Le Lézard
Sujets : Sans buts lucratifs, Salon commercial, Religion, Sécurité publique

L'association bouddhiste SGI réaffirme lors de la conférence au Vatican que l'abolition des armes nucléaires est une obligation morale


TOKYO, 13 novembre 2017 /CNW/ - Hiromasa Ikeda, vice-président de l'association bouddhiste Soka Gakkai International (SGI), s'est joint à d'autres participants pour réitérer l'argument moral visant à débarrasser le monde de tout armement nucléaire et pour exhorter au déploiement d'efforts supplémentaires de sensibilisation lors de la conférence intitulée Perspectives for a World Free from Nuclear Weapons and for Integral Disarmament (« perspectives à l'égard d'un monde dépourvu d'armes nucléaires et d'un désarmement complet ») qui s'est tenue au Vatican, à Rome, le 10 et le 11 novembre.

« Les armes nucléaires sont dangereuses dans une optique de sécurité », déclare Ikeda. « D'un point de vue moral et éthique, elles n'ont pas lieu d'être. Cela les rend inacceptables, peu importe qui les détient. Comme les risques géopolitiques de conflit nucléaire ont atteint un degré inégalé, il est essentiel de sensibiliser tous les habitants de la planète sur ce sujet. »

Il a aussi rappelé la visée éducative de SGI, qui met l'accent sur l'établissement de dialogues. « Cela peut mener à une prise de conscience mutuelle selon laquelle les armes nucléaires -- peu importe qui les détient -- sont dangereuses et n'ont pas lieu d'être comme moyen de protection des biens et des gens que nous chérissons. »

SGI a été l'une des 13 organisations coopératives prenant part à la conférence mise sur pied par le Dicastère pour le service du développement humain intégral du Vatican.

Le 10 novembre, les participants à la conférence ont été reçus en audience par Sa Sainteté le pape Francis, qui a discuté du « climat de peur » que l'armement nucléaire instaure. Il affirme : « Les armes de destruction massive, plus particulièrement les armes nucléaires, ne font que créer un faux sentiment de sécurité. Ils ne peuvent être le fondement d'une coexistence pacifique entre les membres de la famille humaine; celle-ci doit plutôt provenir d'un principe de solidarité ».

Plusieurs lauréats du prix Nobel de la paix ont pris part à la conférence, dont Beatrice Fihn, directrice générale de l'organisme ICAN (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons) et lauréate du prix de 2017, qui a remercié les croyants de toutes allégeances pour les efforts investis dans l'adoption historique du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires en juillet de cette année. Elle soutient que « le traité n'est pas l'étape ultime qui permettra de dissiper les ténèbres nucléaires, mais bien le début de la fin ».

Parmi les autres lauréats du prix Nobel de la paix à avoir prononcé une allocution, mentionnons Mohamed ElBaradei, Jody Williams, Muhammad Yunus, Mairead Maguire et Adolfo Perez Esquivel. Des dignitaires de haut niveau de l'ONU et du comité international de la Croix-Rouge ainsi que Masako Wada de Nihon Hidankyo, une victime du bombardement atomique de Nagasaki, se sont aussi adressés aux participants.

Son Éminence le cardinal Peter K. A. Turkson, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral, a clos la conférence en appelant au dialogue continu et aux gestes soutenus. « Tout est relié et toutes les personnes sont interreliées. Ensemble, nous pouvons débarrasser la planète des armes nucléaires, investir dans le développement intégral de l'être humain, et créer un monde de paix », affirme-t-il.

Voici les autres organisations coopératives participantes : l'Ambassade d'Italie au Saint-Siège, la Conférence des évêques catholiques d'Allemagne, la Conférence des évêques catholiques du Japon, le Centre interdisciplinaire « Sciences pour la paix » (CISP) de l'Université de Pise, l'Université de Georgetown, l'Institut Kroc pour les études internationales sur la paix de l'École Keough des affaires internationales, Mazda Motor Europe GmbH, l'Université Notre Dame, Initiative menace nucléaire, les conférences Pugwash sur la science et les affaires internationales, Senzatomica et le Regroupement italien des scientifiques pour le désarmement.

L'exposition anti-armement nucléaire de Senzatomica, créée à l'origine par l'Institut italien de Soka Gakkai, a été présentée lors de la conférence.

Soka Gakkai International (SGI) est une association bouddhiste communautaire comptant 12 millions de membres provenant de partout dans le monde. Elle mène, depuis 60 ans, des activités éducatives visant l'abolition des armes nucléaires.

Contact :
Joan Anderson
Bureau d'information du public
Soka Gakkai International
Tél. : +81-80-5957-4711
Téléc. : +81-3-5360-9885
Courriel : anderson[at]soka.jp

SOURCE Soka Gakkai International



Communiqué envoyé le 14 novembre 2017 à 23:58 et diffusé par :