Le Lézard
Sujets : Santé, Soins de santé / hôpitaux, SANTÉ

De nouvelles données montrent le rôle important des tests génomiques dans le traitement des patientes âgées atteintes de cancer du sein


GENÈVE, Suisse, [6 juin 2017] – Genomic Health a annoncé les résultats d’une analyse menée chez des patientes atteintes de cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs (HR+) au stade précoce, lors du congrès annuel de l’American Society for Clinical Oncology (ASCO), du 2 au 6 juin à Chicago, Illinois. De nouvelles données[1] montrent que l’utilisation du test Oncotype DX Breast Recurrence Score® (Score de récidive de cancer du sein) pour identifier les bonnes patientes à traiter par chimiothérapie peut être bénéfique aux patientes âgées de 70 ans ou plus, résultat similaire à ceux obtenus pour les patientes plus jeunes.

Dans l’étude, menée par Clalit Health Services (Israël), les dossiers médicaux de 458 patientes âgées et 2 052 patientes jeunes ont été examinés. À l’aide des résultats des patientes au test Oncotype DX Breast Recurrence Score, les chercheurs ont comparé les traitements administrés et les résultats obtenus. Les résultats ont fait apparaître une distribution similaire des résultats du Recurrence Score®entre les groupes d'âges, et montré qu’au sein de chaque groupe de résultats Recurrence Score (faible, intermédiaire et élevé) il n’y avait aucune différence statistiquement significative dans les résultats cliniques entre les patientes âgées et jeunes.

« Ce travail apporte des données éclairantes qui mettent en valeur l’importance de prendre en compte et d’améliorer la prise en charge des patientes âgées, notamment par l’utilisation d’outils qui nous aident à prédire la probabilité de récidive à distance du cancer du sein et le besoin de chimiothérapie, » a déclaré le Prof. Salomon Stemmer, investigateur principal de l’étude, Service d’oncologie, Davidoff Center, Rabin Medical Center, affilié à l’Université de Tel Aviv (Israël).

Auparavant, l’étude European Registration of Cancer Care (EURECCA)[2], comparaison internationale à grande échelle du traitement des patientes âgées atteintes de cancer du sein non-métastatique, a montré qu’il y avait des différences substantielles dans les résultats et le recours à la chirurgie, à l’hormonothérapie et à la chimiothérapie entre les pays européens. Les investigateurs ont appelé à ce que davantage d’études soient réalisées, comme l’étude Clalit, afin d’améliorer les approches de traitement et les résultats chez les patientes âgées atteintes de cancer du sein.

Les preuves en conditions réelles confirment la capacité du test Oncotype DX Breast Recurrence Score à prédire avec précision les résultats cliniques

Également présentée lors de l’ASCO, une analyse[3] du programme Surveillance, Epidemiology, and End Results (SEER - Surveillance, Épidémiologie et Résultats finaux) mené par le National Cancer Institute (NCI) des États-Unis, intégrant plus de 49 000 patientes, a montré que chez celles qui avaient un résultat au Recurrence Score inférieur à 18, le recours à la chimiothérapie était peu fréquent (3-8 %) et le taux de survie spécifique au cancer du sein (BCSS) à cinq ans était élevé (> 99 %). Dans le groupe ayant des résultats de 18-25 au Recurrence Score, la chimiothérapie était administrée plus souvent (29 %) et la BCSS à cinq ans était de 99 % indépendamment du recours à la chimiothérapie (aussi bien chez les patientes traitées par chimiothérapie que chez les patientes non traitées par chimiothérapie).

Ces données, tirées des pratiques cliniques en conditions réelles, confirment la capacité du test à prédire avec précision les résultats cliniques à long terme, soulignant la valeur unique d’Oncotype DX en tant que seul test d'expression multigénique disponible pour le cancer du sein disposant de données prospectives chez plus de 60 000 patientes.

« Les résultats présentés lors de l’ASCO font à nouveau ressortir l’utilité d’examiner la biologie de la tumeur par Oncotype DX dans des populations de patientes spécifiques, comme les femmes âgées, et s’ajoutent aux preuves sans précédent montrant que le test Breast Recurrence Score apporte des informations essentielles pour améliorer les approches de traitement et les résultats obtenus chez les patientes atteintes de cancer du sein, » affirme Steven Shak, M.D., Directeur scientifique de Genomic Health.

Des données supplémentaires démontrent la valeur du test Oncotype DX Breast Recurrence Score dans la sélection des patientes pour le traitement par chimiothérapie.

Les résultats du traitement par chimiothérapie de l’étude prospective PlanB[4] ont été présentés à l’ASCO lors d’une session orale. Les résultats pour le groupe des patientes atteintes de cancer du sein HER2 négatif au stade précoce présentant un risque clinique élevé et des résultats intermédiaires à élevés au test Recurrence Score, ont montré une survie sans maladie à cinq ans pour les régimes de chimiothérapie avec et sans anthracycline, indiquant qu’éviter le recours à une anthracycline peut être une option importante. De plus, les résultats au Recurrence Score lors de l’étude PlanB étaient cohérents avec les essais précédents sur la chimiothérapie (NSABP-B28, PACS-01), montrant le fort impact pronostique du test Breast Recurrence Score chez les patientes traitées par chimiothérapie. Des essais visant à évaluer les nouveaux agents chez les patientes ayant des résultats élevés au Recurrence Score sont justifiés.

PlanB, l’un des plus vastes essais contemporains sur le traitement adjuvant du cancer du sein en Europe, est la première étude prospective utilisant le test Oncotype DX pour rapporter les résultats complets. L’étude a été menée par le West German Study Group (WSG) et a intégré plus de 3 100 patientes considérées candidates à une chimiothérapie selon les paramètres traditionnels, y compris celles présentant un envahissement ganglionnaire (jusqu’à trois ganglions envahis). Les résultats de PlanB présentés précédemment ont démontré que les femmes ayant des résultats faibles au Recurrence Score pouvaient être efficacement traitées par hormonothérapie seule, et avaient une survie sans maladie à cinq ans de 94 %.

Oncotype DX® et Genomic Health

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes en France, avec environ 48 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année. Tous les cancers du sein ne sont pas identiques et le traitement adapté n’est pas toujours celui qu’on croit: la recherche a démontré que moins de 10% des patients atteints d’un cancer du sein à un stade précoce tirent un bénéfice de la chimiothérapie. Le test génomique Oncotype DX est le test le plus validé scientifiquement pour éclairer quant au bénéfice de la chimiothérapie adjuvante, et est le seul test disposant de données prospectives. À ce jour, le test Oncotype DX a été utilisé chez plus de 750 000 patients dans le monde entier pour guider la prise de décisions thérapeutiques les concernant. Créateur d'Oncotype DX et leader mondial des tests diagnostiques, Genomic Health s’engage à soutenir les patients françaises avec un nouveau site pour informer les patients atteints de cancer du sein à un stade précoce, sur un traitement personnalisé, www.MonTraitement-CancerduSein.fr, et des nouvelles vidéos: https://www.youtube.com/watch?v=8T6qxOLolOQ&feature=youtu.behttps://www.youtube.com/watch?v=l0qufjHXtqU&feature=youtu.be, https://www.youtube.com/watch?v=6jOZQguRCsw&feature=youtu.be. Pour en savoir plus sur Oncotype DX et Genomic Health, consultez http://breast-cancer.oncotypedx.com/fr-FR/Patient-Invasive et www.genomichealth.fr.

 

# # #

________________________________________

[1] Stemmer S. et al., abstract N° 543, présenté lors de l’ASCO 2017

[2] Derks M. et al., abstract N° 1808 présenté lors de l’ECC 2015

[3] Miller D. et al., abstract N° 537, présenté lors de l’ASCO 2017

[4] Harbeck N. et al., abstract N° 504, présenté lors de l’ASCO 2017



Communiqué envoyé le 22 juin 2017 à 08:30 et diffusé par :