Le Lézard

Une loi qui coûte chère

La ville d'Indianapolis a appris à ses dépends cette semaine que l'application d'une loi pouvait leur coûter bien cher. En effet, cette ville tentait de devenir la première ville possédant un politique visant à protéger les enfants de jeux vidéo violents ou à caractères sexuels. Mais la Cour Suprême a tranché...

Et c'est l'industrie du jeu vidéo qui a gagné. La ville d'Indianapolis a donc été condamnée à payer 318 000$US de dédommagement à l'industrie du jeu vidéo (représenté par le Amusement and Music Operators Association).

La fameuse loi, qui fut votée le 10 juillet 2000, stipulait que les jeux à caractères violents et sexuels devaient obligatoirement être identifiés sur l'emballage et qu'aucun de ces jeux ne pouvait être achetés par des mineurs à moins de posséder une autorisation parentale.

La Cour Suprême a jugé qu'il n'était pas du ressort d'une institution gouvernementale de décider pour les parents ce qui est bien ou mal pour leur enfant. Cette loi aura donc coûté au bas mot, 718 000$US à la ville d'Indianapolis, car en plus de la pénalité (qui représente les coûts encourus par l'industrie du jeu vidéo pour défendre leur cause), c'est 400 000$US qu'il en avait coûté pour mettre en place cette loi qui en fait n'aura jamais été appliquée.

Publié le 2002-01-06 18:01:35 dans la catégorie Informatique par bloof

Source:
IndyStar.com

Nouvelle précédente:
DVD en pente montante

Nouvelle suivante:
Le nouvel iMac