Le Lézard

Des vacances bien méritées pour les travailleurs de la construction de Montréal



MONTRÉAL, le 11 juillet /CNW/ -- MONTRÉAL, le 11 juillet /CNW Telbec/ - À la veille de ses traditionnelles vacances, la construction reste robuste à Montréal, selon la Commission de la construction du Québec (CCQ). Lors d'un point de presse, tenu sur le nouveau chantier du Pavillon Lucie et André Chagnon du CHU Sainte-Justine, l'économiste principal de la CCQ, Louis Delagrave, a expliqué que, malgré le repli de la construction commerciale et résidentielle, les autres segments de la construction affichent une forte activité. Les travaux de génie civil et voirie ont le vent dans les voiles, tandis que les projets institutionnels, c'est-à-dire ceux reliés aux universités et aux hôpitaux, se multiplient. La construction industrielle affiche aussi une bonne vitalité, malgré les pressions du dollar canadien sur la rentabilité des manufacturiers.

Près de 75 000 salariés de la construction de la région du Grand Montréal ont travaillé l'an dernier : il s'agit d'un record depuis 1976. Quant à l'année 2006, elle s'annonce tout aussi bonne, sinon meilleure. En effet, les données de la CCQ indiquent une augmentation de 2 % du volume de travail total rapporté, entre janvier et avril, sur les chantiers du Grand Montréal.

Par rapport à l'an dernier, les travaux de génie augmentent de 32 %, tandis que les travaux industriels bondissent de 20 %. De grands travaux routiers ont cours sur les diverses autoroutes de la région, et on compte plusieurs travaux reliés aux égouts et aux aqueducs, en plus du parachèvement du métro de Laval qui se poursuit. Quelques grands chantiers industriels sont en cours (par exemple l'usine d'éthanol de Varennes, les travaux de QIT-Fer et Titane à Sorel-Tracy et ceux de Quebecor à Mirabel), mais la croissance de la construction industrielle s'explique aussi par de nombreux travaux de moindre envergure dans l'ensemble de la région.

La construction résidentielle régresse toutefois de 3 % depuis le début de l'année, et l'important secteur institutionnel et commercial encaisse également une diminution de 4 % de son volume de travail. Dans ce dernier secteur, la CCQ constate toutefois un regain de 9 % de la valeur des permis de bâtir commerciaux depuis le début de l'année, mais il reste cependant loin du sommet atteint en 2001.

La construction d'édifices à bureaux est au point mort, tandis qu'une activité fébrile touche encore le commerce de détail, par exemple, les chantiers Faubourg Boisbriand, sur la Rive-Nord, et le Quartier Dix30, sur la Rive-sud. C'est d'ailleurs en Montérégie que l'activité est la plus vigoureuse dans la construction depuis le début de l'année.

De leur côté, les permis institutionnels ont triplé cette année par rapport à l'an dernier et, avec les grands projets qui ont été annoncés, soit les hôpitaux, les bâtiments culturels ou universitaires, la construction institutionnelle sera le moteur de la construction montréalaise pour les années à venir. Mentionnons, par exemple, les travaux qui ont cours à l'Îlot Voyageur de l'UQAM (325 millions $), à l'Oratoire Saint-Joseph (75 M$), à l'École de technologie supérieure (64 millions $) et au Pavillon des sciences de la vie de l'Université McGill (53 millions $). À ces travaux s'ajouteront ceux de l'Université de Sherbrooke à Longueuil (75 millions $), du Centre universitaire de santé McGill (1,6 milliard $), du CHUM (1,5 milliard $), du CHU Sainte-Justine (503 millions $), du nouveau campus de l'Université de Montréal (800 millions $) et de la future salle de concert de l'Orchestre symphonique de Montréal (105 millions $).

Besoins en main-d'oeuvre

Est-ce que la CCQ prévoit des pénuries de main-d'?uvre? Selon M. Delagrave, la baisse de la construction résidentielle libérera une partie de la main-d'?uvre, de sorte que l'industrie réussira à combler les besoins, même si elle restera sous pression. Près de 8 000 nouveaux apprentis ou man?uvres ont joint l'industrie l'an dernier dans la région. La CCQ prévoit que l'industrie aura besoin entre 5 000 et 6 000 nouveaux travailleurs annuellement au cours des prochaines années dans la grande région de Montréal et 9 000 pour l'ensemble du Québec. Les dispositifs mis en place ces dernières années pour former davantage de diplômés dans les métiers de la construction répondent assez bien aux besoins de l'industrie.

    <<
    La construction dans la grande région de Montréal en chiffres
    -------------------------------------------------------------------------
                             2005                    2006
                             Annuel   Variation   janv.-avril    Variation
                                      Sur 2004
    -------------------------------------------------------------------------
    Heures travaillées
    dans la région ('000)    74 606      + 5 %       20 139         + 2 %
    Institutionnel/
     commercial              39 938      + 5 %       11 213         - 4 %
    Industriel                8 706     + 13 %        3 020        + 32 %
    Génie                     9 815      + 1 %        1 800        + 20 %

    Résidentiel              16 146      + 4 %        4 107         - 3 %

    Salariés actifs
     domiciliés dans
     la région
    Nombre                   74 204      + 5 %       58 197         + 4 %
    Heures ('000)            74 472      + 4 %       19 949         + 1 %
    Logements mis
     en chantier             28 340     - 11 %    (janv.-mai)      - 11 %
                                                     8 919
    -------------------------------------------------------------------------
    Source : Commission de la construction du Québec et SCHL
    >>


Dans la province

Sur le plan provincial, la CCQ observe une croissance de 5 % du volume de travail depuis le début de l'année, ce qui donne pour le moment une légère avance sur la prévision de 127 millions d'heures travaillées (comparativement à 126 millions en 2005).


Communiqué envoyé le 11 juillet 2006 à 11:23 et diffusé par :