Le Lézard

Commémoration du lieu de sépulture des pionniers noirs à Otterville, grâce au dévoilement d'une plaque provinciale de la Fiducie du patrimoine ontarien



OTTERVILLE, ON, le 8 juillet /CNW/ -- OTTERVILLE, ON, le 8 juillet /CNW/ - Aujourd'hui, la Fiducie du patrimoine ontarien et la South Norwich Historical Society ont dévoilé une plaque provinciale pour commémorer l'Église méthodiste épiscopale africaine et le cimetière d'Otterville.

Bien qu'il ne reste qu'une seule tombe, ce site occupe une place importante dans l'histoire de l'Ontario. Le cimetière est l'un des rares lieux de sépulture des colons noirs à avoir survécu dans la province.

Dès le début des années 1800, avec l'aide des Quakers du Nord des États-Unis et du Canada, la colonie noire du Sud-Ouest de l'Ontario prit de l'expansion. Au cours des trois décennies suivantes, Otterville - qui s'appelait à l'origine Otter Creek Mills - accueillit des familles qui venaient des États de New York, du Massachusetts et du Connecticut, et d'autres régions de l'Ontario.

"On ne peut qu'imaginer les difficultés auxquelles ces premiers colons furent confrontés dans leur quête de la liberté", a déclaré l'honorable Lincoln M. Alexander, président de la Fiducie du patrimoine ontarien. "Cependant, grâce à leur persévérance et à leur profond désir de survie, ils purent atteindre le Sud-Ouest de l'Ontario et y créer des communautés afro-canadiennes florissantes."

De nombreux immigrants amenèrent avec eux de l'argent pour acheter des terres et la plupart d'entre eux étaient des travailleurs spécialisés. Leur contribution au développement du canton de Norwich fut considérable. Dès 1842, les familles noires étaient suffisamment nombreuses pour qu'on y crée une école afro-canadienne. Les enfants noirs n'avaient pas eu accès à l'éducation publique dans le Sud-Ouest de l'Ontario et avaient dû fréquenter des écoles séparées. Cependant, la Common Schools Act (1850), oeuvre d'Egerton Ryerson, fut interprétée à l'échelle locale de façon à permettre en 1855 l'accès des enfants noirs aux écoles de la région.

Les Noirs de Norwich jouèrent aussi un rôle actif au sein du mouvement anti-esclavagiste canadien et participèrent au Grand congrès de l'Amérique du Nord, ou Congrès des gens de couleur libres, tenu au nouveau Centre St. Lawrence de Toronto, en 1851. Ils y discutèrent de la nouvelle et draconienne Fugitive Slave Law (1850). Après l'adoption de cette loi - qui facilitait la capture des esclaves fugitifs - des milliers de personnes qui avaient fui l'esclavage émigrèrent au Canada. De nombreux immigrants talentueux et ambitieux s'établirent dans le Canada-Ouest.

"La colonie noire d'Otterville témoigne de la force et de la résilience de l'esprit humain face à l'adversité", a remarqué la ministre de la Culture de l'Ontario, Mme Caroline Di Cocco. "Aujourd'hui, la cérémonie de dévoilement de la plaque provinciale célèbre ce legs et nous rappelle un autre événement historique important qui nous a permis de façonner le présent et l'avenir de l'Ontario."

La création d'une église représentait une étape importante de la croissance communautaire. Cette église servait de lieu de culte, de rassemblement et de conférences, et souvent de première école. Le concept de l'école du dimanche fut adopté tôt par la communauté noire, et c'est d'ailleurs à l'école du dimanche que de nombreux enfants et adultes apprirent à lire et à écrire. Des activités abolitionnistes, politiques et sociales furent organisées à l'église qui joua aussi un rôle de premier plan dans la création de groupes d'entraide ainsi que de groupes de bienfaisance, de secours mutuel et de tempérance.

Une petite parcelle fut achetée sur laquelle on créa l'église noire d'Otterville et le cimetière de la congrégation. Selon les archives de l'Église méthodiste épiscopale britannique, l'église d'Otterville, construite aux alentours de 1856, n'avait plus de dettes en 1864. Bien qu'il n'existe aucune photographie connue de cette église, un résident âgé se souvenant l'avoir vue avant qu'elle ne disparaisse a dit qu'il s'agissait d'un bâtiment à ossature de bois peint en blanc dont la façade principale comportait un portique à pignon.

"Les membres de la communauté noire ont contribué à l'épanouissement du canton de Norwich, lors de sa fondation", a affirmé Mme Mae Leonard, une résidente de longue date du village et présidente de la South Norwich Historical Society. "Il est tout à fait normal qu'on reconnaisse l'importance historique du lieu de sépulture de ces braves colons, tant pour Otterville que pour la province."

L'église continua de servir de lieu de culte à la communauté noire tout au long de la deuxième moitié du 19e siècle. À mesure que les résidents noirs s'installèrent dans d'autres régions, le nombre des fidèles diminua. Le bâtiment de l'église disparut au fil du temps. À la fin du 20e siècle, le cimetière était dans un véritable état de délabrement et seule une pierre tombale atteste de la présence de la communauté noire des débuts d'Otterville.

Cette cérémonie de dévoilement d'une plaque s'inscrit dans le cadre du Programme des plaques provinciales qui rend hommage à des personnages, lieux et événements importants de l'histoire de l'Ontario. Depuis 1953, près de 1,200 de ces plaques de couleur familière bleue et or ont été dévoilées.

La Fiducie du patrimoine ontarien est un organisme du gouvernement de l'Ontario ayant pour mission d'identifier, de préserver, de protéger et de promouvoir le patrimoine de l'Ontario.

    <<
                          Also available in English
    >>



Communiqué envoyé le 8 juillet 2006 à 15:00 et diffusé par :