Le Lézard

Citoyenneté pour les enfants adoptés



OTTAWA, le 15 mai /CNW/ -- OTTAWA, le 15 mai /CNW Telbec/ - En cette Journée internationale des familles, l'honorable Monte Solberg, ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, a présenté devant la Chambre des communes un projet de loi visant à modifier la Loi sur la citoyenneté. Ce projet de loi permettra aux enfants adoptés à l'étranger par des citoyens canadiens d'acquérir la citoyenneté canadienne sans avoir à obtenir au préalable la résidence permanente. Ainsi, la différence de traitement entre les enfants adoptés à l'étranger et ceux nés à l'étranger d'un parent canadien sera réduite.

"Nous appuyons les familles canadiennes qui adoptent des enfants nés à l'étranger en les aidant à obtenir la citoyenneté pour ces enfants sans avoir à passer par le processus d'immigration", a souligné le ministre Solberg. "Le dépôt de cet important projet de loi en cette Journée internationale des familles ne pourrait mieux tomber."

Pour que l'enfant adopté puisse acquérir la citoyenneté, l'adoption doit être conforme aux lois en vigueur dans la province ou le territoire de résidence des parents adoptifs. Les enfants adoptés pourront devenir citoyens canadiens dès que les détails entourant l'adoption auront été réglés, si une demande en ce sens est présentée en leur nom.

"Ce projet de loi marque un pas important pour les enfants adoptés nés à l'étranger et leurs familles adoptives", a déclaré Sandra Scarth, présidente du Conseil d'adoption du Canada.

"Conformément à son engagement, le gouvernement du Canada travaille à faciliter l'accueil de ces jeunes et nouveaux arrivants et à assurer un traitement plus équitable", a ajouté le ministre Solberg.

    <<
                           DOCUMENT D'INFORMATION
                          ------------------------

         Modification des dispositions de la Loi sur la citoyenneté
                           relatives à l'adoption


    Dépôt d'un projet de loi

    Le gouvernement du Canada a déposé un projet de loi visant à modifier la
Loi sur la citoyenneté. S'il reçoit la sanction royale, le projet de loi
mettra à jour la loi actuelle, qui date de 1977.
    La première loi du Canada en matière de citoyenneté est entrée en vigueur
en 1947 et a été remplacée par une nouvelle loi qui a été promulguée en 1977.
Depuis, un certain nombre d'incohérences ont été signalées.
    La modification proposée est fondée sur des consultations et des
propositions législatives antérieures : le projet de loi C-63, présenté au
Parlement en 1998; le projet de loi C-16, présenté en 1999; le projet de loi
C-18, présenté en 2002; et le projet de loi C-76, déposé en 2005. Elle tient
également compte des recommandations que le Comité permanent de la citoyenneté
et de l'immigration a faites au cours de la législature précédente.
    Si le projet de loi reçoit la sanction royale, il entrera en vigueur à la
date fixée par le gouverneur en conseil et prendra effet en même temps que les
dispositions réglementaires à formuler.

    Citoyenneté par adoption

    Aux termes du projet de loi, un enfant adopté à l'étranger par un citoyen
canadien peut se voir attribuer la citoyenneté sans avoir à acquérir au
préalable la résidence permanente. Cette disposition vise à réduire la
distinction entre les enfants nés à l'étranger de citoyens canadiens et les
enfants adoptés à l'étranger par des citoyens canadiens. Pour être reconnue
aux fins de la citoyenneté, l'adoption doit être en bonne et due forme et
avoir été faite dans l'intérêt supérieur de l'enfant. Ces exigences ont pour
but d'aider à prévenir le trafic ou l'enlèvement d'enfants. En vertu de la Loi
actuelle, un enfant né à l'étranger et adopté par un citoyen canadien doit
obtenir la résidence permanente avant qu'une demande de citoyenneté puisse
être présentée en son nom.

    - Le projet de loi éliminera l'obligation d'acquérir la résidence
      permanente pour les enfants adoptés à l'étranger par un parent
      canadien, sauf si le parent décide de suivre le processus d'immigration
      ou si l'adoption doit avoir lieu au Canada.
    - Tout comme les enfants nés à l'étranger de parents canadiens, les
      enfants adoptés ne seront pas visés par les interdictions en matière de
      criminalité et de sécurité.
    - Les enfants adoptés pourront acquérir la citoyenneté dès que les
      détails de l'adoption auront été finalisés, si une demande en ce sens
      est présentée en leur nom.
    - Le projet de loi permettra également à un adulte adopté (de 18 ans ou
      plus) d'obtenir la citoyenneté à condition qu'un lien de filiation
      authentique ait existé au moment de l'adoption et avant que l'adulte
      n'ait atteint l'âge de 18 ans.

    Demandes d'adoption en cours de traitement

    Si ce projet de loi est approuvé par le Parlement, les demandes de
citoyenneté en cours de traitement présentées pour des enfants adoptés à
l'étranger par un parent canadien seront traitées aux termes du processus
actuel. Si un enfant adopté est jugé non admissible à la citoyenneté en vertu
du processus actuel, CIC évaluera la demande en vertu de la nouvelle
disposition.
    Si ce projet de loi est adopté, les parents canadiens qui auront adopté un
enfant à l'étranger pourront présenter une demande de citoyenneté au nom de
l'enfant en vertu de cette nouvelle disposition, dès son entrée en vigueur.

    DEMANDES DE RENSEIGNEMENTS

    Le Télécentre de CIC peut fournir des renseignements supplémentaires au
sujet du projet de loi et des répercussions des modifications pour les
Canadiens. Veuillez composer le numéro suivant, peu importe l'endroit où vous
vous trouvez au Canada : 1 888 242-2100 (sans frais).

    Vous pouvez également consulter notre site Web pour obtenir des
renseignements à jour sur le projet de loi relatif à la citoyenneté à
l'adresse suivante : www.cic.gc.ca.
    >>



Communiqué envoyé le 15 mai 2006 à 16:47 et diffusé par :