Le Lézard

Bris de verre à la Grande Bibliothèque - Pomerleau nie toute responsabilité



MONTRÉAL, le 6 juillet /CNW/ -- MONTRÉAL, le 6 juillet /CNW Telbec/ - Pomerleau, entrepreneur général et constructeur de la Grande Bibliothèque du Québec (GBQ), a présenté aujourd'hui à la direction de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), les conclusions de son rapport d'expertise sur le bris de lamelles de verre décoratives du parement extérieur du bâtiment. Le rapport, réalisé par Thomas Read, Ph.D., une sommité mondiale dans l'analyse des bris de matériaux de verre, de céramique et de métal, réfute les principales conclusions des experts de la GBQ.

M. Read affirme qu'il n'y a aucune indication que la chute des lamelles ait été causée par des rayures ou des fissures sur le verre, par une mauvaise manutention ou lors de la pose. Par ailleurs, la norme de trempage apparaissant au devis de construction ne s'applique pas au verre décoratif utilisé à la GBQ, précise le rapport d'expert.

Bris spontanés

Le document de Read Consulting rappelle que le phénomène de bris spontané du type de verre utilisé à la GBQ est connu et bien documenté dans l'industrie. La probabilité de bris spontanés, causés par des imperfections lors de la fabrication du verre brut, était donc de la connaissance des professionnels et des responsables du chantier de la Grande Bibliothèque. Un traitement thermique spécial, le Heat Soak Test (HST), aurait permis de réduire substantiellement la probabilité de bris spontanés. Ce traitement a été retiré de l'appel d'offres par les architectes de la GBQ et n'a donc jamais fait partie du contrat de Pomerleau et de ses sous-traitants. Pomerleau a émis de sérieuses réserves quant à la décision de retirer le traitement préventif de l'appel d'offres et l'entrepreneur a fait savoir aux professionnels qu'il ne pouvait garantir les lamelles décoratives contre ce type de bris si le HST n'était pas réalisé.

L'auteur du rapport souligne également que le nombre de bris de lamelles à la GBQ est très inférieur à ce qui est généralement observé dans l'industrie. Cette situation indique clairement que le sous-traitant de Pomerleau, Vertech, avait bien analysé les contraintes du matériau et a livré le meilleur produit possible. Selon Read Consulting, la retrempe du verre est inutile et ne réglera pas le problème de sécurité.

Pour Thomas Read, le problème de sécurité découle directement de la hauteur de chute des lamelles de verre. Ce problème doit être résolu par le remplacement des lamelles de verre trempé par du verre laminé, ou par la mise en place de mesures permanentes de protection du public.

La Grande Bibliothèque est née d'un concours international, et son concept architectural est audacieux et avant-gardiste. Les travaux ont été exécutés en conformité avec les exigences prescrites et sous la supervision des professionnels et des responsables de la GBQ, a déclaré Pierre Pomerleau, pdg de l'entreprise. La question du bris potentiel était connue, mais son impact sur la sécurité publique a été sous-estimé par les concepteurs du projet. Notre relation avec la Grande Bibliothèque est excellente et nous avons l'intention de collaborer avec les concepteurs pour la mise en place de mesures correctives, a conclu M. Pomerleau.


Communiqué envoyé le 6 juillet 2006 à 14:27 et diffusé par :