Le Lézard

CAPITALE-NATIONALE : LE BILAN CACHÉ DES LIBÉRAUX



QUÉBEC, le 29 juin /CNW/ -- QUÉBEC, le 29 juin /CNW Telbec/ - Au cours des dernières semaines, les libéraux se sont littéralement donnés en spectacle dans la région en multipliant les conférences de presse et leur donnant un faste pour le moins inhabituel. "Le gouvernement de Jean Charest aura beau dresser tous les écrans de fumée qu'il veut, la population ne se laissera pas berner. Dans les faits, les six derniers mois ont encore une fois laissé place à une accumulation de mauvaises décisions qui viennent s'ajouter au bilan déjà lourd des trois dernières années pour la Capitale", estime la députée de Taschereau et porte-parole de l'opposition officielle pour la Capitale-nationale, Agnès Maltais.

Dilapider un patrimoine collectif : fermeture du Jardin zoologique

Un des gestes les plus dramatiques pour la Capitale-Nationale fût sans l'ombre d'un doute la fermeture du Jardin zoologique, l'année de son 75è anniversaire. Encore une fois, le gouvernement libéral a fait fi de la volonté de la population et des leaders de la région. "Jean Charest a imposé ses vues avec la complicité des huit députés libéraux de la Capitale qui sont restés sourds et muets, bras croisés et yeux fermés. Les gens de la Capitale-Nationale méritent autre chose que des députés qui défendent les mauvaises décisions du premier ministre plutôt que les intérêts de ceux et celles qui les ont élus", a déploré madame Maltais.

Rater les défusions: encore des chicanes entre villes

Le Conseil d'agglomération mis en place par les libéraux est complètement dysfonctionnel. Au cours des derniers mois, une vingtaine de droits d'opposition ont été déposés retardant ainsi plusieurs projets importants. Unanimement, Québec, L'Ancienne-Lorette et Saint-Augustin réclament que les droits d'opposition puissent faire l'objet d'une décision "a posteriori" plutôt qu'"a priori". Bien qu'elle ne règle pas le fond du problème, cette solution simple permettrait de lancer les travaux sans délai, quitte à renégocier le partage de la facture ultérieurement si un droit d'opposition s'avère fondé. La ministre Nathalie Normandeau a refusé d'apporter des modifications au fonctionnement du Conseil d'agglomération. Fidèle à son habitude, le gouvernement est resté sourd aux demandes des élus municipaux préférant nier les problèmes qu'ils ont eux-mêmes créés.

Menacer les fleurons de notre industrie touristique : financement des

festivals

En toute fin de session, une déclaration incendiaire de la ministre du Tourisme, Françoise Gauthier, a semé la consternation : elle remet en question le financement des grands festivals et événements. Ceux-ci génèrent des retombées économiques de 100 M$ dans la région. Questionnée à l'Assemblée nationale, la ministre Gauthier a refusé de lever le doute sur ses intentions, se contentant de dire qu'elle respectera les ententes triennales sans s'engager pour l'avenir. "Le tourisme est la deuxième activité économique en importance dans la région de la Capitale-Nationale après l'administration publique. Mettre en danger les fleurons de notre industrie touristique est totalement irresponsable", a mentionné la députée.

Placer l'intérêt privé avant le bien public : privatisation de

l'hippodrome

L'empressement du gouvernement Charest à sceller le sort de l'hippodrome et dont l'acquéreur y trouvera son bénéfice par l'augmentation du nombre d'appareils vidéo demeure inexplicable. La ministre déléguée à la Santé et aux Services sociaux, Margaret F. Delisle, s'était pourtant engagée quelques jours plus tôt à ce que son gouvernement attende les résultats des études de la Direction de la Santé publique avant de procéder. "Encore une fois, l'élue de la Capitale n'a pas fait le poids. On implantera un minicasino en plein c?ur de quartiers fragiles sans en avoir évalué les impacts sur le bien-être de la population", a soutenu Mme Maltais.

Refuser d'agir de manière responsable : implantation d'un port méthanier

à Lévis

L'implantation d'un terminal méthanier à Lévis soulève plusieurs questions, tant sur le plan environnemental qu'en matière de sécurité. De plus, le gouvernement refuse toujours de produire une étude permettant d'évaluer les besoins en gaz naturel pour le Québec, tout comme il refuse aussi d'évaluer l'impact de la présence d'un port méthanier sur les croisières, une industrie en plein développement à Québec. "On ne peut permettre aux libéraux d'agir avec autant d'insouciance dans ce dossier. Les questions s'accumulent, les inquiétudes grandissent et les libéraux refusent d'apporter des réponses objectives. Le député de Chomedey a bien voulu répondre dans ce dossier, mais on connaît la suite : il s'est fait bâillonné par le premier ministre", a mentionné la députée.

Rompre ses promesses : listes d'attente en santé et baisses d'impôt

Les libéraux de Jean Charest ont fait campagne sur deux priorités : baisser les impôts de 5 milliards de dollars en 5 ans et régler l'attente en santé. Pourtant, les citoyens de la région se sont appauvris. Non seulement, ils n'ont pas vu les baisses d'impôt promises, mais ils se sont vus refiler des augmentations de tarifs. C'est le cas notamment pour les garderies, l'électricité et les immatriculations.

La situation en santé ne s'est pas améliorée. Dans la Capitale-Nationale, 11 441 personnes sont en attente d'une chirurgie dont 3 850 hors délais. Les urgences de l'Enfant-Jésus et de Saint-François d'Assise connaissent de sérieux problèmes. La situation est précaire dans plusieurs hôpitaux de la région, notamment en cardiologie, faute d'anesthésistes. La décision du gouvernement Charest d'imposer les conditions salariales aux médecins spécialistes n'est certainement pas de nature à améliorer la situation.

S'écraser devant le gouvernement fédéral : le silence devant les refus

répétés

Au lendemain des élections fédérales, le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Michel Després, s'est dit heureux de l'élection de députés conservateurs dans la région. Aujourd'hui, est-il heureux que le projet du Massif n'obtienne toujours pas l'appui nécessaire du gouvernement fédéral à quelques heures de l'échéancier? 600 emplois risquent de ne jamais voir le jour dans une région qui en a particulièrement besoin. Est-il heureux que les conservateurs n'aient pas levé le petit doigt pour empêcher la fermeture du Centre de tri postal? 300 emplois directs et presque autant d'emplois indirects sont perdus. Dans le cas du Jardin zoologique, est-il heureux du refus du fédéral de s'engager financièrement? Encore une fois, les pertes d'emplois directs et indirects seront considérables. A-t-on entendu le ministre Després ou ses collègues s'en plaindre? La réponse est non! M. Després préfère sauver la face des quatre députés conservateurs de la région de la Capitale-Nationale plutôt que les emplois mis en péril par leur inaction et leur négligence.

En résumé

"Les derniers mois ont prouvé que les libéraux n'ont jamais été prêts à gouverner le Québec. De même, ils se montrent totalement incapables de défendre les intérêts de la population de la région de la Capitale-Nationale. Bien sûr, ce bilan, les libéraux ne feront pas de spectacle pour le rendre public. Il n'est pas moins réel", a conclu la députée de Taschereau.

-%SU: CPN

-%RE: 37


Communiqué envoyé le 29 juin 2006 à 11:19 et diffusé par :