Le Lézard
Classé dans : Les affaires, Transport

Conclusion des aspects financiers du projet de l'aéroport de Quito



TORONTO, le 29 juin /CNW/ -- TORONTO, le 29 juin /CNW/ - Aecon Group Inc. (TSX: ARE) a annoncé aujourd'hui qu'Aecon et ses partenaires avaient réalisé la conclusion des aspects financiers du projet de l'Aéroport International de Quito, et que les prêteurs du projet avaient avancé la première tranche de financement.

La réalisation de la conclusion des aspects financiers permet d'amorcer la construction du nouvel aéroport de 414 M$US. Aecon va construire l'aéroport dans le cadre d'une coentreprise à part égale avec Andrade Gutierrez Constructores, une des plus grandes entreprises de construction du Brésil.

En outre, Aecon possède actuellement un intérêt économique de 45,5 % dans la concession de l'aéroport par sa participation dans Corporacion Quiport S.A. (Quiport), qui détient les droits de concession de l'aéroport.

Le coût total du projet est d'environ 591 M$US, qui proviendront d'investissements d'Aecon et de ses partenaires (près de 74 M$US), de l'obligation engagée auprès de ses prêteurs du projet (près 376 M$US) et des bénéfices d'exploitation générés par l'aéroport actuel de Quito, de janvier 2006, date de prise d'effet de la concession, jusqu'à la fin de la période de construction (près de 141 M$US). L'investissement en actions d'environ 33 M$US d'Aecon sera effectué entre 2006 et 2009.

Les partenaires d'Aecon dans le Quiport sont : Andrade Gutierrez Concessoes du Brésil, Airport Development Corporation de Toronto et HAS Development Corporation de Houston, Texas, société affiliée au Houston Airport System. Le concesseur de la concession est Corporacion Aeropuerto y Zona Franca del Distrito Metropolitano de Quito (CORPAQ), et les principaux prêteurs du projet sont: Overseas Private Investment Corporation, basée aux Etats-Unis, Export-Import Bank of the USA et Inter-American Development Bank, ainsi que Exportation Développement Canada (EDC).

"Cette conclusion constitue une étape importante pour Aecon. Outre les profits de construction anticipés, notre rôle à titre de promoteur représente des gains significatifs potentiels pour Aecon" explique John M. Beck, président du conseil et chef de la direction du Groupe Aecon Inc. "Notre longue fiche de route dans la construction d'aéroports au Canada et au niveau international, alliée à notre expérience dans le développement de grands projets d'infrastructure, nous situe très bien pour ce projet qui, à notre avis, sera d'une grande valeur pour Aecon."

"Nous sommes ravi du potentiel de ce projet," indique Steve Nackan, président d'Aecon Concessions. "Notre expérience dans la gestion de l'aéroport en place existant depuis 2002 a confirmé la grande valeur potentielle de ce aéroport et la conclusion des aspects financiers de la construction des nouvelles installations ne peut que consolider nos perspectives futures."

"Comme on peut s'y attendre lors de la construction d'un nouvel aéroport sur un plateau montagneux, ce projet présente des défis uniques en matière de construction" commente Doug Steels, président d'Aecon Constructors. "Mais cela fait quelque temps que nous nous y préparons et nous sommes fin prêts."

Le nouvel aéroport sera construit à 18 km à l'est de Quito près du village de Tababela. L'infrastructure du site, y compris une canalisation d'eau de 20 km, doit être mise en place avant que la construction des installations ne puisse commencer. Près de sept millions de mètres cube de terre vont être déplacés pendant le processus du nivellement.

"Aujourd'hui, nous voyons le résultat d'années de travail acharné par un grand nombre de personnes dévouées, notamment le Maire de Quito, Paco Moncayo, dont la vision et la persévérance ont fait de ce projet une réalité" déclare Bill Pearson, vice-président directeur de Groupe Aecon Inc. "Cette étape importante aurait été impossible sans l'assistance du Gouvernement canadien qui, par l'entremise de la Corporation commerciale canadienne, Exportation et Développement Canada et l'Agence de développement international du Canada, a joué un rôle clé dans cette réalisation"

En 2002, Quiport a obtenu une concession de la Ville de Quito, en Equateur, prévoyant la conception, la construction, le financement et l'exploitation d'un nouvel aéroport en vue de remplacer l'aéroport de plus petite taille qui dessert la ville à l'heure actuelle.

La demande pour les services aéroportuaires de Quito, capitale de l'Equateur, a fait l'objet d'une croissance régulière au fil des ans, et l'aéroport situé au centre ville n'a pas la capacité ni la possibilité d'expansion requises pour prendre en charge le trafic actuel de plus de trois millions de passagers par an.

L'aéroport actuel est extrêmement limité de plusieurs points de vue, y compris la capacité du terminal en termes de passagers, de la longueur de piste, des installations connexes telles le stationnement et les installations de maintenance des avions.

Le nouvel aéroport sera construit en vertu d'un contrat à forfait ingénierie/ approvisionnement/ construction de 51 mois signé conclu la Ville de Quito et la Corporation commerciale canadienne (CCC), une société d'Etat du Gouvernement canadien. La CCC, à son tour, va sous-traiter 100% des travaux de construction à une une coentreprise à part égale constituée d'Aecon et d'Andrade Gutierrez Constructores. Aecon agira en qualité d'associé directeur de coentreprise de la construction.

Quiport exploite l'aéroport actuel de Quito depuis novembre 2002 et va continuer de le faire jusqu'à ce que le nouvel aéroport soit achevé, date à laquelle les activités cesseront à l'aéroport actuel et commenceront au nouvel aéroport. Quiport connaît donc déjà bien l'actif, les défis que présente son exploitation et les circuits de circulation.

L'été dernier Aecon a signé les principaux documents de financement clés du projet avec ses partenaires, et en janvier cette année, la concession a pris plein effet.

Dans le cadre de ce contrat de 35 ans, Quiport a le droit de percevoir toutes les recettes générées par les compagnies aériennes, les passagers et les détaillants de l'aéroport jusqu'en 2040. Certaines de ces recettes, en particulier les redevances d'atterrissage et de départ des passagers, sont réglementées par contrat ; certaines autres, y compris les recettes commerciales telles que les boutiques hors taxe et autres entreprises connexes, ne le sont pas. Toutes les recettes et les coûts du projet seront en dollars US, la seule monnaie légale en Equateur.

Outre son investissement par actions d'environ 33 M$US, Aecon garantit environ 30M$ d'investissement conditionnel.

Tout comme son investissement précédent dans la Cross Israel Highway, Aecon va utiliser les bénéfices en espèces anticipés des activités associées à la construction pour financer l'investissement par actions d'Aecon dans la concession de l'aéroport de Quito.

Aecon va comptabiliser cet investissement en utilisant la méthode consolidation proportionnelle, conformément aux principes comptables généralement acceptés.

Conformément à la politique comptable d'Aecon pour ses grands contrats pluriannuels, le bénéfice est seulement reconnu quand la construction atteint un stade d'achèvement suffisant pour déterminer raisonnablement les résultats probables (en général quand 20% du contrat est achevé), ce qui est prévu vers la fin 2007 pour le projet de Quito.

Quiport devrait générer des résultats comptables positifs pour Aecon dès la première année d'exploitation suivant la période de construction de 51 mois, et, dans une optique de liquidité, on s'attend à ce que Quiport soit en mesure de générer des dividendes environ deux ans plus tard.

Groupe Aecon Inc. est la plus grande société ouverte au Canada dans le domaine de la construction et de l'aménagement d'infrastructures. Aecon et ses filiales offrent des services à des clients des secteurs privé et public partout au Canada et ailleurs dans le monde.

L'information contenue dans le présent communiqué comprend certains énoncés prospectifs. Ces énoncés reposent sur des estimations et des hypothèses formulées en tenant compte des événements antérieurs et de l'interprétation des tendances historiques, de la situation actuelle et des événements futurs prévus. De nombreux facteurs pourraient faire en sorte que les résultats réels, la performance ou les réalisations d'Aecon diffèrent de ceux exprimés ou sous-entendus par ces énoncés. Les facteurs de risque sont commentés plus en détail sous la rubrique "Risques et incertitudes" de l'analyse par la direction des résultats d'exploitation et de la situation financière pour l'exercice terminé le 31 décembre 2005, qui a été déposée sur SEDAR et que l'on peut consulter à l'adresse www.sedar.com. Bien qu'Aecon croie que les attentes décrites dans les énoncés prospectifs sont raisonnables, elle ne peut garantir la concrétisation d'aucune des attentes découlant de ces énoncés prospectifs

%SEDAR: 00004778EF c6073

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

18 fév 2018
Veuillez noter que toutes les heures sont locales. Itinéraire du premier ministre Justin Trudeau pour le lundi 19 février 2018 :   Ahmedabad (Inde) 10 h 05 Le premier ministre et Mme Grégoire Trudeau arriveront à Ahmedabad, en Inde....

18 fév 2018
Megaport Limited (ASX : MP1) (« Megaport »), un fournisseur Network as a Service (NaaS) mondial de premier plan et Cinia Oy, créateurs de solutions de connectivité intelligentes, ont annoncé aujourd'hui la formation d'un partenariat permettant aux...

18 fév 2018
Lors d'une assemblée tenue ce matin, les membres de l'unité WAJAX de la section locale 698 du syndicat Unifor ont accepté une entente de principe intervenue vendredi dans une proportion de 83 % mettant ainsi fin au conflit de travail. « Nos membres...

18 fév 2018
Réunis en assemblée générale à Montréal, les membres du Syndicat du transport de Montréal-CSN de la STM ont voté à 98 % un mandat prévoyant des moyens de pression, incluant une banque de six jours de grève à exercer au moment jugé opportun. Bien...

18 fév 2018
L'année de son 40ème anniversaire, le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) entend réaliser son projet le plus ambitieux, une marche continue de plus de 500 km. Sous la bannière « De villes en villages pour le droit au logement »,...

18 fév 2018
Le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) invite les médias à une conférence de presse au cours de laquelle il annoncera la tenue d'une marche de plus de 500 km entre Ottawa et Québec, le projet le plus ambitieux de son histoire....




Communiqué envoyé le 29 juin 2006 à 09:44 et diffusé par :