Le Lézard

Pour se doter d'une vision à la mesure des défis de demain - LE PREMIER MINISTRE ET LE MINISTRE DE L'AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L'ALIMENTATION ANNONCENT LA CRÉATION DE LA COMMISSION SUR L'AVENIR DE L'AGRICULTURE ET DE L'AGROALIMENTAIRE QUÉBÉCOIS



QUÉBEC, le 28 juin /CNW/ -- QUÉBEC, le 28 juin /CNW Telbec/ - Le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, ainsi que le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, ministre responsable du Centre-du-Québec et député de Richmond, M. Yvon Vallières, ont annoncé la création de la Commission sur l'avenir de l'agriculture et de l'agroalimentaire québécois. Cette commission indépendante est chargée d'établir un diagnostic complet de l'avenir du secteur en tenant des consultations dans l'ensemble des régions auprès des acteurs du secteur et des citoyens intéressés par cette question. Le rapport de la Commission et ses recommandations devront être déposés au plus tard en janvier 2008.

"L'annonce d'aujourd'hui marque le début d'un exercice de réflexion d'envergure, tant pour le secteur agricole et agroalimentaire que pour l'ensemble de la société québécoise. La Commission aura une portée gouvernementale puisque son regard se dirigera aussi bien sur les interventions sous la responsabilité du ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation que sur celles qui dépendent d'autres ministres touchant le secteur agricole et agroalimentaire dans des domaines comme l'environnement, la santé, l'occupation du territoire et le développement régional", a indiqué le premier ministre.

Nomination du président et des commissaires

Le ministre Yvon Vallières a pour sa part annoncé que la présidence de cette commission a été confiée à M. Jean Pronovost, un ancien haut fonctionnaire possédant une vaste expérience au sein de l'Administration publique québécoise. Ce dernier y a occupé de nombreux postes clés, dont celui de sous-ministre en titre à l'Environnement, à l'Industrie et au Commerce ainsi qu'aux Affaires municipales.

M. Pronovost sera secondé par deux commissaires, soit M. Mario Dumais et Mme Pascale Tremblay. M. Dumais, économiste et présentement professeur associé à la Chaire de recherche en développement rural à l'Université du Québec à Rimouski, a occupé d'importants postes dans des organisations agricoles, coopératives, de développement international et à la Commission sur le développement durable de la production porcine. Pour sa part, Mme Tremblay, diplômée en agronomie de l'Université McGill, est une communicatrice reconnue qui a animé pendant de nombreuses années diverses émissions d'information et de vulgarisation en agroalimentaire.

"Nul doute que l'expertise variée de M. Pronovost fait de lui un président de grande valeur. De plus, les connaissances et l'expérience de Mme Tremblay et de M. Dumais les qualifient en tant que commissaires aptes à saisir l'ensemble des enjeux d'ordre économique et sociétal émanant de la scène agricole et agroalimentaire québécoise", a ajouté le ministre Yvon Vallières.

Mandat et structure de la Commission

Le mandat de la Commission sera de dresser un état de situation sur les enjeux et les défis de l'agriculture et de l'agroalimentaire québécois; d'examiner l'efficacité des interventions publiques actuellement en place et d'établir un diagnostic ainsi que de faire des recommandations en tenant compte des défis de la compétitivité et des revenus agricoles, des attentes sociétales et de la mise en valeur des potentiels régionaux.

La Commission sera dotée d'une structure autonome et indépendante. À cet égard, elle disposera d'une équipe de soutien professionnel et administratif lui permettant de réaliser ses travaux. Des assemblées publiques se tiendront à partir d'un document de consultation que la Commission aura préparé.

Une démarche pour bâtir l'avenir

Aux prises avec un contexte économique, social et régional en profonde mutation, le secteur agricole et agroalimentaire a vu son environnement d'affaires se resserrer considérablement au cours des dernières années. Les acteurs du milieu sont de plus en plus nombreux à s'interroger sur leur avenir et sur leur capacité à maintenir l'essor du secteur dans les années à venir.

Deux grands groupes de préoccupations absorbent le secteur. Le premier est d'ordre économique. Il concerne la capacité de l'industrie à maintenir sa place sur les marchés, ici comme ailleurs. Le second est d'ordre sociétal puisqu'il porte sur la disposition de l'industrie à répondre aux nouvelles demandes des citoyens et des consommateurs en matière de sécurité des aliments, d'alimentation santé, de protection de l'environnement, de cohabitation harmonieuse, d'occupation dynamique du territoire et de développement régional.

Bien que ces préoccupations soient généralement connues, les acteurs concernés n'établissent pas tous le même diagnostic et, par conséquent, éprouvent de la difficulté à faire consensus sur la façon de relever les nouveaux défis.

"Comme chef du gouvernement, je dois m'assurer de l'efficacité de l'intervention publique dans le domaine agricole et agroalimentaire. Il faut chercher à atteindre le meilleur équilibre entre le développement économique, la protection de l'environnement et de la santé publique ainsi que le développement régional. Or, cet équilibre est au c?ur même du développement durable. Et collectivement, nous avons une obligation de succès à cet égard", a indiqué le premier ministre.

Pour sa part, le ministre Yvon Vallières a conclu en expliquant que cette commission constitue une assise sur laquelle nous pourrons tous nous appuyer dans les années à venir. "L'objectif du gouvernement, et le mien, est à la fois simple et ambitieux. La Commission doit constituer une tribune exceptionnelle pour favoriser l'émergence d'idées neuves, établir un diagnostic partagé de la réalité et des changements anticipés et, finalement, pour se donner les bases d'une nouvelle vision du développement durable de l'agriculture et de l'agroalimentaire à la mesure des défis de demain."

-%SU: AGR

-%RE: 1


Communiqué envoyé le 28 juin 2006 à 16:19 et diffusé par :