Le Lézard

Nomination de Me Bernard Tremblay au poste de président du Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones



QUÉBEC, le 15 mai /CNW/ -- QUÉBEC, le 15 mai /CNW Telbec/ - Me Bernard Tremblay est le nouveau président du Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones (CPNCF). Il entre en fonction dès aujourd'hui et succède à M. Gilles Hébert, qui a agi à titre de président du CPNCF du 26 avril 2002 au    12 mai 2006. Les représentants des médias qui le désirent pourront compter sur les connaissances et les qualités de vulgarisateur et de communicateur de Me Tremblay.

Me Tremblay compte une vaste expérience dans le domaine scolaire, plus particulièrement en relations du travail et en négociation. Il ?uvre au sein de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) depuis 1990. Il y occupe le poste de directeur des relations du travail depuis l'automne 2002. À cette tâche s'ajoutera la responsabilité de président du CPNCF.

Le CPNCF tient à souligner l'excellent travail effectué par M. Gilles Hébert au cours des quatre dernières années et à l'occasion de la dernière ronde de négociation pour le renouvellement des conventions collectives, laquelle a culminé par la signature d'ententes de principe (sur les clauses normatives) avec toutes les organisations syndicales, exception faite de celles représentant les professionnels de l'éducation. M. Hébert avait auparavant occupé le poste de directeur général adjoint aux services administratifs et corporatifs de la Commission scolaire de Montréal.

Composé de représentants de la FCSQ et du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, le CPNCF organise, dirige et coordonne les négociations de la partie patronale avec les associations représentant le personnel enseignant, professionnel et de soutien des écoles publiques francophones. Ces négociations portent exclusivement sur les clauses normatives des conventions collectives, notamment l'organisation et la prestation du travail, les mouvements de personnel et la sécurité d'emploi. Elles excluent donc la négociation du monétaire lourd (salaires, régimes de retraite, etc.), qui est sous la juridiction du Conseil du trésor.


Communiqué envoyé le 15 mai 2006 à 09:36 et diffusé par :