Le Lézard
Classé dans : L'environnement

L'Ordre des ingénieurs forestiers demande moins de normes et plus de latitude professionnelle en forêt privée



QUÉBEC, le 15 mai /CNW/ -- QUÉBEC, le 15 mai /CNW Telbec/ - À l'aube de la rencontre des partenaires de la forêt privée, visant à renouveler les orientations du Programme d'aide à la mise en valeur des forêts privées du Québec, l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec demande au ministre des Ressources naturelles et de la Faune, M. Pierre Corbeil, de s'assurer que le cadre normatif, exigé par les Agences régionales de mise en valeur des forêts privées, puisse faire place à une plus grande autonomie professionnelle pour l'ingénieur forestier offrant des services aux propriétaires de boisés privés. La rencontre doit se tenir le 18 mai prochain à huis clos entre les partenaires de la forêt privée.

"Au fil des ans, le cadre normatif mis en place par le Gouvernement et repris par les Agences régionales, a évolué et sert toujours à baliser le travail de l'ingénieur forestier dans sa pratique professionnelle. Ce cadre a parfois pour effet de réduire la latitude professionnelle de l'ingénieur et de nuire à la mise en oeuvre de ses compétences et à son professionnalisme, ce qui peut desservir les propriétaires de boisés privés. Il importe que le professionnel puisse continuer d'exercer son jugement, mais également d'en être imputable", d'affirmer M. Pierre Mathieu, ing.f., M.G.P., président-directeur général de l'Ordre des ingénieurs forestiers du Québec.

Par cette demande, les ingénieurs forestiers souhaitent que l'approche retenue par certaines Agences régionales et consistant à autoriser des traitements sortant du cadre normatif, mais s'appuyant sur un diagnostic sylvicole de qualité, constitue la voie à privilégier afin de permettre l'utilisation optimale des fonds investis et l'évolution de la sylviculture, de manière à s'adapter aux nouvelles réalités du développement durable.

Pour M. Mathieu, la rencontre des partenaires de la forêt privée constituera également une opportunité pour bien définir la portée du plan d'aménagement forestier (PAF). Ce plan est une obligation pour l'obtention du statut de producteur forestier pour un propriétaire d'une superficie forestière d'au moins 4 hectares d'un seul tenant. Au-delà de l'utilité administrative liée au statut de producteur forestier, le PAF est un outil de vulgarisation dont l'objet est d'informer sommairement le client (propriétaire de boisé) sous deux aspects : la description de la propriété et l'identification des travaux potentiels. Or, d'après M. Mathieu : "Il faut être prudent afin que l'on ne fasse pas des utilisations non appropriées du PAF, notamment en prenant appui sur ce dernier pour de l'évaluation municipale, des transactions immobilières ou autres".

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

15 jan 2018
Le gouvernement du Canada est résolu à appuyer les collectivités du Nord et à collaborer avec elles dans leur lutte contre les changements climatiques. Aujourd'hui, l'honorable Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones et des...

15 jan 2018
L'Agence canadienne d'évaluation environnementale (l'Agence) a entamé une évaluation environnementale fédérale du projet de mine de terres rares Foxtrot, situé à environ 10 kilomètres à l'ouest de St. Lewis, à Terre-Neuve-et-Labrador. L'Agence...

15 jan 2018
Les Canadiens savent que la pollution a un prix. Ils en constatent les coûts en cas de sécheresses, d'inondations, de phénomènes météorologiques extrêmes, et les répercussions sur leur santé. La tarification de la pollution par le carbone est l'un...

15 jan 2018
Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal, M. Martin Coiteux, le député de Vanier-Les Rivières, M. Patrick Huot, et le maire de la Ville de...

15 jan 2018
Les réseaux électriques intelligents - des réseaux qui utilisent mieux les actifs de production, de transport et de distribution de l'électricité pour offrir un meilleur service à la clientèle - accroissent le dynamisme et la flexibilité du système...

15 jan 2018
L'interféromètre d'ABB est au coeur d'un instrument clé destiné au satellite Joint Polar Satellite System-1 (JPSS-1) lancé par la NASA pour la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Cette technologie de nouvelle génération  permettra...




Communiqué envoyé le 15 mai 2006 à 09:04 et diffusé par :