Le Lézard

Conseil de presse du Québec - Comité des plaintes et de l'éthique de l'information - Décision - Numéro de dossier : D2005-12-028



MONTRÉAL, le 27 juin /CNW/ -- 
    <<
    -------------------------------------------------------------------------
    Numéro de dossier : D2005-12-028

    Plaignante          Parti Vision Montréal
                        Mme Élaine Bissonnette, candidate

                        et

    Mis-en-cause        Mme Lucie Lecours, directrice de l'information
                        Mme Marie-Josée Chouinard, rédactrice en chef
                        L'hebdomadaire Le Guide de Montréal-Nord
    -------------------------------------------------------------------------
    >>


MONTRÉAL, le 27 juin /CNW Telbec/ -

RÉSUMÉ DE LA PLAINTE

La plaignante porte plainte en son nom et au nom du Parti Vision Montréal contre l'hebdomadaire Le Guide de Montréal-Nord pour le traitement inéquitable qui aurait été accordé à ses candidats et à son parti lors des élections municipales du 6 novembre 2005.

GRIEFS DE LA PLAIGNANTE

Mme Élaine Bissonnette, candidate du Parti Vision Montréal aux élections municipales du 6 novembre 2005, porte plainte en son nom et au nom de son parti pour le traitement inéquitable que Le Guide de Montréal-Nord leur aurait réservé. Elle estime que l'hebdomadaire a accordé une importance prépondérante aux activités du maire sortant, M. Gérald Tremblay et au maire sortant de l'arrondissement, M. Marcel Parent. L'intérêt que leur auraient manifesté les mis-en-cause était, selon la plaignante, disproportionné et au détriment des candidats du Parti Vision Montréal. La plaignante estime que c'est particulièrement la pondération et l'impartialité de l'information qui sont en cause dans les manquements exposés dans sa plainte :

    <<
    1.  Édition du 24 août 2005 : la candidate de l'Union des citoyens et des
        citoyennes de l'île de Montréal (UCIM) fait la première page et la
        moitié de la page 6. En page 4, l'ancienne conseillère, Mme Georgette
        Morin occupe une demi-page.

    2.  Édition du 7 septembre : la démission de Mme Michelle Allaire de
        Vision Montréal occupe la page frontispice et la page 2.

    3.  Édition du 14 septembre : la plaignante signale que la publicité de
        l'UCIM figure en page 9 et indique qu'elle désirerait en connaître le
        coût; elle relève également qu'on retrouve une photographie de
        M. Marcel Parent en page 10.

    4.  Édition du 21 septembre : MM. Gérald Tremblay et Marcel Parent
        apparaissent à la une du journal, de même qu'en page 2 sur un quart
        de page et en page 3 sur une demi-page. La page 7 est en couleur et
        entièrement consacrée à MM. Tremblay et Parent ainsi qu'à M. Ryan à
        qui la Ville donnait une fête pour la troisième fois. En page 8, on
        retrouve l'annonce de Vision Montréal, mais elle n'est pas en couleur
        comme demandé et la qualité de l'impression est totalement déficiente
        par rapport à celle de l'UCIM apparaissant en page 10. La plaignante
        ajoute que M. Jean-Marc Gibeau profite d'un quart de page, en page
        13. Elle fait également observer la différence de qualité
        d'impression entre une publicité apparaissant en page 18 et celle où
        elle apparaît en compagnie de M. Pierre Bourque en page 8.

    5.  Édition du 28 septembre : L'équipe Bourque fait la première page dans
        une annonce de 2 sur 3 pouces et dans un trois quarts de page, en
        page 4. En page 3, M. Parent inaugure un parc dans la cour de l'école
        St-Rémi. L'UCIM obtient la page de droite, en page 5, et l'éditeur y
        publie sa politique rédactionnelle alors qu'il ne publie pas le texte
        des plaignants. Toute la page 7 est consacrée à une publicité de la
        Ville avec photos des conseillers, en plus de la demi-page en page 9.

    6.  Édition du 5 octobre : M. Marcel Parent fait la une du journal lors
        "du voyage du train de l'Est", alors que la plaignante était dans le
        même wagon. Un article sur le sujet paraît en page 3 sur un quart de
        page, alors qu'en page 5, un article sur l'équipe Tremblay-Parent
        occupe trois quarts de page. Pendant ce temps, la publicité des
        plaignants apparaît en page 8, sur une page complète. Mais on revoit
        M. Parent en page 15 sur un quart de page.

    7.  Édition du 12 octobre : On trouve M. Parent en page 3, la publicité
        de l'UCIM en page 6 et on revoit M. Parent en page 7. Pendant ce
        temps, le texte que les plaignants voulaient faire publier le
        28 septembre apparaît en page 8 et leur publicité en page 12.

    8.  Édition du 19 octobre : Le texte des plaignants est publié en page 6,
        la publicité de l'UCIM en page 8 et celle des plaignants en page 19.

    9.  Édition du 26 octobre : On revoit M. Gérald Tremblay en page 6, pour
        l'inauguration d'un complexe d'habitation déjà inauguré et ayant déjà
        fait l'objet d'une reportage dans le même journal le 12 octobre. On
        trouve en page 9 une publicité de l'UCIM avec un reportage sur
        M. Parent, de même qu'un reportage sur lui en page 10 et une
        publicité en page 11. Même chose en page 13 : un article sur
        M. Parent et une publicité. Ce dernier apparaît enfin en page 20 sur
        un quart de page alors que la publicité des plaignants paraît en page
        28, dans les annonces classées.

    10. Édition du 2 novembre : On revoit M. Parent en page 4, alors qu'en
        page 7 paraît, selon la plaignante "un curieux texte qui reflète peu
        ce que nous avions soumis". Une publicité de son équipe est ensuite
        publiée en page 13. Elle ajoute que "pour s'excuser de l'avoir placée
        en page 28 dans l'édition précédente, la rédaction du journal a
        offert aux plaignants une demi-page pour répondre aux accusations de
        l'équipe Tremblay. La plaignante demande ensuite le prix de la
        publicité des deux pages centrales du journal que l'UCIM a fait
        paraître. Elle fait enfin observer qu'en page 25 de la même édition
        paraît sur une page complète une publicité du Parti Libéral avec
        photo couleur de M. Parent et des conseillers d'arrondissement.

    11. Édition du 23 novembre : Les plaignants ont dû attendre cette édition
        pour voir leurs remerciements publiés, même si le texte était prêt
        pour l'édition du 16 novembre.

    Pour Mme Bissonnette, les plaignants auraient souhaité que Le Guide de
Montréal-Nord fasse preuve de plus d'équité dans le traitement de
l'information en regard des deux partis lors de la campagne électorale.

    COMMENTAIRES DES MIS-EN-CAUSE

    Commentaires de la directrice de l'information, Mme Lucie Lecours
    -----------------------------------------------------------------

    Mme Lecours indique qu'elle répondra à chacun des points mentionnés dans
la plainte. Elle ajoute qu'elle a inclus à son envoi une carte des tarifs
publicitaires en vigueur aux Hebdos Transcontinental, sans pour autant fournir
les coûts des publicités puisque cela ne regarde en rien la rédaction. Elle
assure le Conseil que la carte des tarifs, outil des représentants
publicitaires, a été respectée avec rigueur.
    En réponse aux griefs détaillés exposés par la plaignante elle indique :

    1.  Édition du 24 août 2005 : en ce qui concerne l'article portant sur la
        candidate Clémentina Teti-Tomassi, la directrice de l'information
        répond que le texte en question a été publié le 24 août 2005, donc,
        avant le début de la campagne électorale. Par ailleurs, en ce qui a
        trait au traitement de l'information relatif à la conseillère
        d'arrondissement, Mme Georgette Morin, elle fait observer que cette
        dernière n'a pas présenté sa candidature au dernier scrutin
        municipal.

    2.  Édition du 7 septembre : Au sujet de l'interrogation de la plaignante
        sur la pertinence de la photographie de Mme Michelle Allaire à la une
        du journal, la porte-parole des mis-en-cause explique que l'article
        répond à la question : cette ancienne conseillère municipale a été
        défaite en 2001 par 92 voix et elle a milité au cours des quatre
        années suivantes dans les rangs de Vision Montréal. L'article
        annonçait que l'ancienne conseillère municipale renonçait à tenter à
        nouveau sa chance.

    3.  Édition du 14 septembre : À la plaignante qui désirerait connaître le
        coût de la publicité de l'UCIM en page 9, Mme Lecours répond que le
        prix a été préparé dans le respect de la carte de tarifs des Hebdos
        Transcontinental. Pour ce qui est de la photographie de M. Marcel
        Parent publiée en page 10, elle accompagnait un communiqué de presse
        proposé par l'Association libérale provinciale de Bourassa-Sauvé et
        l'Association fédérale de Bourassa pour expliquer que ces deux
        organisations avaient tenu leur épluchette de blé d'inde annuelle où
        600 personnes étaient présentes. M. Parent y assistait à titre de
        maire d'arrondissement.

    4.  Édition du 21 septembre : En ce qui a trait à la question principale
        sur la présence de MM. Gérald Tremblay et Marcel Parent à un
        événement ayant eu lieu le 11 septembre pour honorer l'ancien maire,
        M. Yves Ryan, Mme Lecours explique qu'il s'agissait d'un événement
        d'envergure et que Le Guide de Montréal-Nord y était pour rapporter
        les faits. Quant à l'annonce de Vision Montréal et à la couleur qui
        n'y apparaît pas, l'erreur a été corrigée par une note de crédit.
        Enfin, en ce qui concerne le texte intitulé "Jean-Marc Gibeau se
        défend", la directrice de l'information répond qu'il n'était pas en
        lien avec la campagne électorale qui, d'ailleurs, n'était pas encore
        déclenchée.

    5.  Édition du 28 septembre : La porte-parole des mis-en-cause précise
        qu'il s'agit du premier numéro suivant le début de la campagne
        électorale municipale. On y retrouve la politique rédactionnelle en
        vigueur à l'occasion de chaque campagne électorale. La directrice de
        l'information décrit alors les choix de couverture dans le contexte
        et explique pourquoi le maire d'arrondissement, M. Marcel Parent se
        retrouve en page 3. Quant aux publicités des pages 7 et 9, leur coût
        a été préparé dans le respect des tarifs de Transcontinental.

    6.  Édition du 5 octobre : Mme Lecours explique la présence de M. Marcel
        Parent à la une du journal : "La photo a été prise lors d'un grand
        rassemblement de tous les intervenants de l'Est en faveur de
        l'instauration d'un train de banlieue dans ce secteur de la ville.
        Tous les maires des arrondissements de l'Est y étaient (...). C'est
        donc à titre maire de l'arrondissement de Montréal-Nord que Marcel
        Parent y était et qu'il a revendiqué. En ce qui a trait au reste, il
        s'agit simplement de publicité."

    7.  Édition du 12 octobre : Au sujet de la une de cette édition, Le Guide
        de Montréal-Nord fait référence à un constat fait par le maire de
        l'arrondissement à l'effet que l'élagage d'arbres par Hydro-Québec
        est "sauvage". L'article rapporte les propos du maire et ceux d'une
        porte-parole d'Hydro-Québec; rien, donc, en rapport avec la campagne
        électorale.

        Ensuite, ce sont deux communiqués de presse provenant de l'UCIM et de
        Vision Montréal qui sont publiés. La publicité apparaît également
        "comme de coutume en période électorale".

    8.  Édition du 19 octobre : En ce qui concerne le "positionnement des
        publicités", la directrice de l'information répond que celle de
        l'UCIM apparaît avant celle de Vision Montréal, mais que les
        communiqués de presse traités par la rédaction ont été publiés comme
        suit : celui de Vision Montréal en page 6 et celui de l'UCIM en page
        8. Elle ajoute que la publicité ne regarde en rien la rédaction.

    9.  Édition du 26 octobre : Mme Lecours explique : "M. Marcel Parent
        était présent lors de l'inauguration des Habitations Pelletier, le
        18 octobre 2005, comme plusieurs autres intervenants du milieu. Tous
        avaient un lien avec le projet. L'événement rapporté dans le journal
        du 26 octobre n'avait toutefois rien de politique, puisque l'on
        traitait de l'ouverture officielle d'un complexe d'habitation destiné
        aux personnes âgées du secteur." En ce qui a trait à un autre
        événement en rapport avec les Habitations Pelletier, qui ont fait
        l'objet d'un autre reportage un mois auparavant; il s'agissait d'un
        événement "porte ouverte" destiné à convaincre les gens que le
        secteur était sécuritaire. Les policiers et la direction du complexe
        d'habitation avaient orchestré la conférence de presse

        Enfin, les autres fois où apparaît M. Parent sur une photo sont,
        d'abord la remise d'un prix à une Nord-Montréalaise dans le cadre de
        l'Opération patrimoine architectural de Montréal, et ensuite, la
        visite des membres de la Légion royale canadienne à l'Hôtel de Ville
        d'arrondissement qui s'apprêtaient à célébrer leur 50e anniversaire
        d'existence. Deux événements qui n'ont encore là, rien de politique.

    10. Édition du 2 novembre : On aperçoit une photo de M. Parent prise lors
        d'une conférence de presse où l'on a procédé au lancement d'un projet
        contre la violence. Le projet prenait son envol à Montréal-Nord au
        sein de l'organisme Halte-Femmes et le seul nom qui y apparaît est
        celui de M. Denis Coderre, qui remettait la subvention au nom du
        gouvernement fédéral.

        En ce qui a trait au "curieux texte" publié en page 7 dont parle la
        plaignante, il s'agit simplement d'un article rédigé sur la base d'un
        communiqué de presse reçu de Mme Justine Charlemagne, alors candidate
        avec la plaignante dans les rangs de Vision Montréal. Pour le reste
        des questions abordées par la plaignante, il n'est question que de
        publicité et de coûts qui sont calculés selon la carte des tarifs des
        Hebdos Transcontinental.

    Mme Lecours termine ses commentaires en affirmant que dans son journal,
toutes les informations politiques jouissent d'une couverture équitable. Il
faut comprendre que même en campagne électorale, les mis-en-cause doivent être
à l'affût des événements qui se déroulent sur leur territoire, même s'ils
n'ont aucun lien avec la campagne électorale. C'est le mandat des journalistes
d'être là sur le terrain, là où il y a de la nouvelle. C'est ce que l'équipe
rédactionnelle du Guide de Montréal-Nord a toujours fait.

    RÉPLIQUE DE LA PLAIGNANTE

    Mme Bissonnette réplique à quelques points de la réponse de Mme Lecours :

    - Édition du 28 septembre : la plaignante explique qu'elle avait fait
      parvenir au Guide de Montréal-Nord un communiqué de presse pour
      publication, mais que ce dernier n'a jamais été publié.

    - Édition du 5 octobre : la plaignante indique qu'elle était présente
      lors du rassemblement de tous les intervenants de l'Est en faveur de
      l'instauration d'un train de banlieue; et bien qu'elle était assise sur
      la banquette face à celle des représentants du Guide de Montréal-Nord,
      sa présence n'est pas mentionnée.

    - Édition du 7 septembre : le traitement journalistique au sujet de la
      démission de Mme Michelle Allaire a terni l'image de son parti; son
      conjoint et organisateur a par la suite fait campagne pour l'UCIM.
    >>


La plaignante affirme avoir pu constater le traitement inéquitable après avoir consulté le journal Informateur de Rivière-des-Prairies, où les efforts des deux partis pendant la campagne électorale étaient, selon elle, plus équitablement démontrés.

Selon Mme Bissonnette, depuis la fin des élections, M. Parent fait moins souvent les premières pages du journal local.

DÉCISION

Mme Élaine Bissonnette, candidate du Parti Vision Montréal lors des élections municipales du 6 novembre 2005, estimait que Le Guide de Montréal-Nord avait accordé un traitement inéquitable aux candidats de son parti dans sa couverture de la campagne électorale. La plaignante faisait porter ses observations tant sur le contenu rédactionnel que publicitaire de l'hebdomadaire.

Avant d'arriver aux conclusions qui suivent, le Conseil de presse a procédé à une analyse de contenu des éditions du journal identifiées par la plaignante pour mesurer les espaces consentis à chacun des partis politiques et pour vérifier si leur répartition avait été faite en conformité avec les normes déontologiques reconnues.

Bien que le Conseil de presse ne traite pas des plaintes formulées à l'encontre de publicités, une analyse de l'espace publicitaire à caractère électoral a été effectuée afin d'en apprécier l'envergure et d'évaluer si sa présence pouvait avoir influencé la perception du public sur l'équité du traitement accordée aux différents partis par le journal.

Le décompte de l'espace publicitaire total consacré aux partis démontre une différence importante entre les publicités des partis Vision Montréal (VM) et de l'Union des citoyens et des citoyennes de l'île de Montréal (UCIM), à l'avantage de ce dernier.

Pour mesurer l'espace rédactionnel relié à la campagne électorale municipale, le Conseil a utilisé des règles de compilations reconnues, qui tiennent compte non seulement de dimensions quantitatives, mais également qualitatives, dans l'appréciation de la couverture journalistique accordée aux partis.

Lors de l'examen du contenu rédactionnel du journal, le Conseil a donc tenu compte du facteur qualitatif de la "pertinence électorale". Le Conseil a également pris en compte le principe maintes fois cité selon lequel l'équilibre et l'égalité de traitement auxquels se doivent les organes d'information ne sauraient être mesurés sur la base d'une seule émission et, dans le cas de la presse écrite, d'une seule édition ou sur le strict calcul du nombre de lignes, mais doit se faire aussi en fonction de l'importance de la nouvelle de chaque jour.

Un premier relevé brut, recueillant toutes les mentions et photos des candidats et des partis, sans tenir compte du lien avec la campagne électorale indiquait une nette différence en faveur de l'UCIM.

Mais, une fois départagées les occurrences sans lien avec la campagne électorale - par exemple la participation du maire sortant de l'arrondissement à la "campagne annuelle du coquelicot" - il est apparu que même si l'équilibre de l'espace rédactionnel consenti à VM et à l'UCIM penchait en faveur de cette dernière, il ne présentait pas de différence significative pouvant induire un manquement à l'équité. La couverture journalistique en regard de la campagne électorale municipale est donc apparue comparable et équitable.

Le Conseil rappelle que la couverture journalistique est directement fonction des événements qui se déroulent dans un milieu. Si des personnes au cours d'une période donnée ont été moins présentes dans la sphère publique, on ne doit pas s'étonner de ce qu'elles soient également moins présentes dans la presse locale qui couvre l'actualité, et ce n'est pas pour autant imputable aux médias.

Dans notre cas, bien que l'UCIM ait bénéficié d'une couverture abondante tant au plan publicitaire que rédactionnel, l'examen ne démontre aucunement la couverture exagérée, le favoritisme ou le manque d'équité dénoncés par la plaignante.

Pour l'ensemble de ces raisons, le Conseil de presse rejette la plainte de Mme Élaine Bissonnette contre Le Guide de Montréal-Nord et sa direction.

Nathalie Verge, secrétaire générale

Au nom du comité des plaintes et de l'éthique de l'information


Communiqué envoyé le 27 juin 2006 à 14:24 et diffusé par :