Le Lézard

"Le Canada d'abord" pour l'approvisionnement de la défense-navire de soutien interarmées



HALIFAX, NOUVELLE ECOSSE--(CCNMatthews - 26 juin 2006) - L'honorable Gordon O'Connor, ministre de la Défense nationale, l'honorable Michael Fortier, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, et le Général Rick Hillier, Chef d'état-major de la Défense du Canada, ont annoncé aujourd'hui le Projet des navires de soutien interarmées pour la Marine canadienne, d'une valeur de 2,9 milliards de dollars. Ce projet comprend un montant de base de 2,1 milliards de dollars et un contrat de soutien en service d'une durée de 20 ans dont la valeur est estimée à 800 millions de dollars.

"Dans le contexte de la stratégie de défense visant à accorder la priorité au Canada, le nouveau gouvernement a promis de doter les Forces canadiennes d'équipement neuf, et nous prenons le premier pas vers la réalisation de cet engagement", a déclaré le Ministre O'Connor. "Le gouvernement tient résolument à acquérir l'équipement dont les Forces canadiennes ont besoin, au meilleur prix pour les contribuables et avec des retombées favorables à l'industrie canadienne."

"Cette acquisition se fera au moyen d'un processus équitable, ouvert, transparent et conforme à la Loi fédérale sur la responsabilité et au Plan d'action qui ont été proposés par le gouvernement", a expliqué le Ministre Fortier. "Un processus d'achat rigoureux a été mis en place pour que l'équipement réponde réellement aux besoins des hommes et des femmes des Forces canadiennes, tout en assurant aux contribuables canadiens le meilleur rapport qualité-prix pour leur précieux investissement."

"Le nouveau gouvernement du Canada veillera à ce que ce projet procure à la population canadienne les meilleures retombées industrielles possibles", a mentionné l'honorable Maxime Bernier, ministre de l'Industrie. "Notre industrie de la construction navale est bien placée pour exercer un rôle prépondérant au fur et à mesure de l'évolution du Projet des navires de soutien interarmées."

"Les navires de soutien interarmées amélioreront la capacité des Forces canadiennes à protéger les zones maritimes du Canada ainsi que sa souveraineté", a indiqué le Général Rick Hillier, Chef d'état-major de la Défense. "Ces navires offriront un service de ravitaillement et de soutien essentiel à d'autres navires canadiens ainsi qu'aux ressources de l'Armée de terre et de la Force aérienne lors de certains déploiements. Un élément clé de la transformation des Forces canadiennes, ils serviront à constituer une capacité véritablement interarmées de la Marine, de l'Armée de terre et de la Force aérienne."

Grâce au Projet des navires de soutien interarmées, trois navires polyvalents seront dotés de capacités nettement supérieures à celles des navires de la classe Protecteur. En plus d'assurer le soutien en mer (ravitaillement en carburant et réapprovisionnement) des groupes opérationnels navals en déploiement, ces navires pourront mener des opérations de transport maritime et appuyer les forces à terre.

Quatre équipes du secteur privé ont été présélectionnées en vue de soumissionner pour la conception des trois navires. Une demande de propositions, publiée sous peu, enclenchera le processus qui mènera à la sélection de deux équipes pour la phase de définition du projet. Chacune de ces deux équipes se verra attribuer un contrat de 12,5 millions de dollars afin d'élaborer des propositions pour la conception préliminaire du navire, les plans de mise en oeuvre du projet et le plan de soutien en service. Une équipe sera retenue pour construire les trois navires en fonction de ces plans. La livraison du premier navire est prévue en 2012.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter la fiche documentaire concernant les navires de soutien interarmées, à l'adresse www.forces.gc.ca.
DOCUMENTATION

"LE CANADA D'ABORD"
POUR L'APPROVISIONNEMENT DE LA DEFENSE
NAVIRE DE SOUTIEN INTERARMEES

Cerner les besoins des Forces canadiennes

Au cours des 35 dernières années, nos pétroliers ravitailleurs d'escadre (AOR) ont fait plus que ravitailler en carburant et réapprovisionner la flotte. En effet, le NCSM Protecteur et le NCSM Preserver ont participé aux missions d'aide humanitaire en Floride et aux Bahamas, aux opérations de maintien de la paix en Somalie et au Timor-Oriental, de même qu'à l'évacuation des non-combattants en Haïti, notamment. Ces navires atteindront bientôt la fin de leur durée de vie utile, et leurs coûts d'entretien et de réparation sont de plus en plus élevés.

Le but ultime du navire de soutien interarmées (NSI) est de fournir aux FC trois navires polyvalents dotés de capacités nettement supérieures à celles des AOR. En plus d'assurer le soutien en mer des groupes opérationnels navals, ces navires seront capables de mener des opérations de transport maritime et d'appuyer les forces à terre.

Le Canada d'abord, chez nous et à l'étranger - Répondre aux besoins en allant de l'avant

Les navires de soutien interarmées doteront le Canada de vaisseaux modernes qui constitueront un aspect crucial de sa capacité de défense, tant au pays qu'à l'étranger. Ces navires permettront aux Forces canadiennes de respecter leurs priorités en matière de sécurité maritime nationale, en plus d'appuyer les objectifs du Canada en matière de politique étrangère.

Les navires de soutien interarmées auront les mêmes capacités essentielles que les pétroliers ravitailleurs dont la Marine dispose actuellement, c'est-à-dire :

- Capacité de ravitaillement en mer (carburant, vivres, pièces de rechange et munitions);

- Installations médicales et dentaires modernes, y compris une salle d'opération pour les cas urgents;

- Installations de réparation et expertise technique pour garder les aéronefs et les autres équipements en état de marche;

- Systèmes d'autodéfense de base.

Les navires de soutien interarmées appuieront en outre les opérations des Forces canadiennes à terre grâce à d'autres capacités, par exemple :

- Capacité de transroulage (RO/RO);

- Capacité de manutention verticale (LO/LO);

- Trois ou quatre hélicoptères maritimes (à bord de chaque navire);

- Aire de travail et d'habitation pour du personnel d'appoint au-delà de l'équipage standard de 165 matelots;

- Capacité de naviguer dans les glaces arctiques de première année.

Les navires ravitailleurs comme le navire de soutien interarmées permettent à un groupe opérationnel naval de demeurer en mer jusqu'à six fois plus longtemps qu'il le pourrait par ses propres moyens. Cette capacité est essentielle au maintien de notre sécurité maritime et de notre souveraineté. Grâce à sa capacité de soutien des troupes à terre, le nouveau navire permettra également au Canada d'accentuer sa présence dans le monde, tout en l'aidant à réaliser les objectifs de sa politique étrangère. Voici certaines des caractéristiques du navire de soutien interarmées :

- Pont polyvalent couvert pour les véhicules et les conteneurs, et espace pour des conteneurs additionnels sur le pont supérieur. Les FC auront moins souvent besoin de recourir à des navires de transport affrétés.

- Les dimensions du navire seront de l'ordre de 200 mètres de longueur et 26 mètres de largeur, avec un déplacement de 28 000 tonnes métriques.

- Outre son interopérabilité avec l'Armée de terre et la Force aérienne, le navire pourra faire fonction de Quartier général d'une Force opérationnelle interarmées (QG FOI), car dans une zone de conflit, il risque d'être impossible d'établir un QG FOI à terre.

- Le navire pourra être reconfiguré rapidement. Le hangar, qui sert normalement à la maintenance des aéronefs, pourra être transformé rapidement en centre de soins pour les survivants d'une catastrophe en mer ou à terre.

- Le navire sera doté de systèmes d'autodéfense active et passive, et il sera capable de naviguer dans l'Arctique dans des glaces de première année de 0,7 mètre d'épaisseur.

Un processus juste, ouvert et transparent

Les quatre consortiums qui soumissionnent au stade de la définition du projet sont dirigés par :

- Irving Shipbuilding

- BAE Systems (Project) Limited (BAE Systems Naval Ships)

- ThyssenKrupp Marine Systems AG

- SNC-Lavalin Profac Inc.

Les consortiums soumissionnaires ont été invités à présenter des propositions pour la conception préliminaire des navires, ainsi qu'un plan de mise en oeuvre et un plan de soutien en service.

Deux consortiums ont obtenu des contrats (12,5 millions de dollars chacun) pour la définition du projet et se feront concurrence pour l'obtention du contrat final de mise en oeuvre. En fonction des plans soumis durant la phase de définition, un consortium sera choisi pour mettre en oeuvre le projet. Le coût global du projet s'élève à 2,9 milliards de dollars. Ce montant comprend le coût de base de 2,1 milliards de dollars, ainsi que les frais estimés du soutien en service attribué par contrat sur une période de 20 ans, soit 800 millions de dollars.

Une bonne affaire pour l'industrie canadienne

Conformément à la politique canadienne sur la construction navale, les navires de soutien interarmées seront construits au Canada. Cette nouvelle possibilité qui s'offre à l'industrie navale canadienne signifie que l'on créera des emplois de grande qualité et que l'on favorisera le développement industriel, ce qui contribuera à renforcer l'économie canadienne.

Le nouveau gouvernement du Canada veillera à ce que le projet des navires de soutien interarmées procure aux contribuables canadiens les meilleures retombées industrielles possibles et à ce que notre industrie de la construction navale soit bien placée pour exercer un rôle prépondérant au fur et à mesure de l'évolution du projet.

Le projet engendrera un développement industriel à long terme au Canada. La politique gouvernementale exige que les entrepreneurs principaux pour l'approvisionnement de la défense mènent des activités commerciales au Canada, généralement d'une valeur équivalant à la valeur du marché qui leur est accordé. Les entreprises canadiennes peuvent ainsi exercer au Canada des activités aptes à soutenir la concurrence internationale et répondre adéquatement aux futurs besoins en matière de sécurité nationale.




Communiqué envoyé le 26 juin 2006 à 13:05 et diffusé par :