Le Lézard
Classé dans : Les affaires, L'environnement, Exploitation pétrolière

Natsource fait état d'une croissance extraordinaire du marché des émissions de gaz à effet de serre en 2005 et au premier trimestre 2006



COLOGNE, Allemagne, et WASHINGTON, May 10 /PRNewswire/ --

- Le principal gestionnaire des actifs d'émissions analyse l'activité du marché global des émissions de gaz à effet de serre pour l'unité financière Charbon de la Banque mondiale

Natsource LLC, un gestionnaire des actifs d'émissions et énergies renouvelables, vient d'annoncer la conclusion de son analyse annuelle de l'activité du marché des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour l'année 2005 et le premier trimestre 2006, pour le compte de l'unité financière Charbon de la Banque mondiale. Cette analyse démontre la croissance exponentielle des volumes négociés pour les indemnités de l'Union européenne (IUE) et les unités de réduction certifiée des émissions (URCE). Ces éléments sont créés par les projets de mécanisme de développement propre (MDP) afin de les développer dans les pays ayant ratifié le protocole de Kyoto. Ces transactions ont été évaluées à 10,9 milliards $US en 2005.

L'étude de Natsource a été commandée par la Banque mondiale et intégrée au sixième rapport annuel << État et tendances du marché du charbon >> de l'unité financière Charbon de la Banque mondiale. Ce rapport devrait être publié aujourd'hui même, au salon Carbon Expo de Cologne en Allemagne. Ces rapports ont couvert l'activité du marché des GES entre 1996 et 2006. Natsource est la seule société qui a fourni des informations et analyses pour tous ces rapports.

Jack Cogen, président de Natsource, LLC, a déclaré que << L'amorce de ce système d'échange de l'UE et l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto ont accéléré la demande des gouvernements et des sociétés en instruments permettant de respecter les exigences de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les indemnités offertes par les gouvernements européens et la plus grande transparence des règles de gouvernance des mécanismes par projet offrent aux acheteurs de meilleures possibilités de se conformer aux exigences. Ceci est positif pour le marché. Nous sommes convaincus que le marché continuera de grandir au fur et à mesure que se rapproche l'échéance de Kyoto et que les gouvernements européens annoncent et remplissent leurs objectifs en phase 2 du système d'échange d'émissions de l'Union européenne (EU ETS, European Union Emissions Trading Scheme). >>

Augmentation du commerce des indemnités de l'UE (IUE)

L'EU ETS impose des réductions d'émissions à environ 10 000 grands fournisseurs d'énergie et gros industriels qui totalisent pratiquement la moitié des émissions de dioxyde carbone (CO2) de l'Europe. La phase 1 de ce système a débuté en janvier 2005 et s'achèvera en 2007. La phase 2 correspondra avec la première période d'application du protocole de Kyoto, de 2008 à 2012. Les indemnités de l'UE sont les instruments de conformité de l'EU ETS. Elles sont allouées par les gouvernements européens aux sites en conformité. Elles peuvent être achetées par des entités qui n'ont pas encore atteint leurs objectifs de réduction des émissions.

Le marché des IUE a connu une croissance exponentielle en 2005, passant de 9 millions de tonnes (Mt) environ en 2004 à plus de 322 Mt en 2005, soit pratiquement 35 fois plus. Leur prix ont eux aussi connu une forte hausse en 2005, passant de 7 EUR (9 $US) à un pic de 30 EUR (37 $US) environ. Les facteurs qui ont mené à cette hausse sont divers : augmentation des prix du gaz naturel entraînant un besoin accru en charbon, absence relative sur le marché de certains fournisseurs de l'Europe de l'Est due à leurs retards pour aligner leurs taux d'émission, retards dans la création d'un approvisionnement par projet et autres retards de régulation. En 2005, le montant total du commerce des IUE s'est élevé à 8,2 milliards $US. Le marché européen a vu cette tendance se confirmer au premier trimestre 2006 avec environ 203 Mt échangées pour une valeur approximative de 6,6 milliards $US.

Le 28 avril 2006, le marché européen a connu sa plus forte chute de prix, à 13 EUR (16 $US) suite à la publication des rapports concernant la revue à la baisse des taux d'émission de six pays européens en 2005. Tous les rapports 2005 sur les émissions vérifiées des pays de l'EU ETS seront rendus publics le 15 mai 2006.

Augmentation du commerce des réductions des émissions par projet.

Les volumes échangés de réductions des émissions d'équivalent de dioxyde de carbone (CO2e) créées par projet ont augmenté de 240 %, passant de 110 Mt en 2004 à 374 Mt en 2005. Environ 93 % de ce volume, soit 346 Mt, a été créé à partir des projets de MDP dans les pays en développement ayant ratifié le protocole de Kyoto. La valeur d'échange des transactions par projet en 2005 s'est élevée à 2,7 milliards $US. Au premier trimestre 2006, environ 79 Mt ont été échangées, pour une valeur approximative de 0,9 milliard $US. La figure 1(i) illustre la croissance exponentielle de ces transactions depuis 2001 (plus de 4 000 %). Au moins trois facteurs sont à l'origine de cette hausse :

    
    -- Le début du système d'échange des émissions de l'EU en janvier 2005
       et l'augmentation du prix des IUE. Les URCE crées par projet dans
       les pays en développement peuvent permettre d'atteindre les
       objectifs des émissions de l'UE.

    -- L'entrée en vigueur du protocole de Kyoto qui détermine les objectifs
       de réduction des émissions des GES pour les pays industrialisés 
       signataires et l'approche de la première période de résolution du 
       protocole (2008-2012).

    -- Une meilleure transparence des règles d'approbation de projets de MDP
       et la création des URCE qui peuvent être utilisées pour se conformer 
       aux normes.


Activité future

Bien que les prix sur les marchés des GES continueront de fluctuer comme sur les marchés similaires, les normes de réduction des émissions au niveau national, provenant du protocole de Kyoto, et au niveau entreprises, provenant de l'EU ETS, mèneront très certainement à une hausse de la demande et de l'activité des marchés des émissions de gaz à effet de serre. En tenant compte des émissions de leurs activités normales, Natsource estime qu'il manquera environ 3 à 4 milliards de tonnes aux pays de l'UE, Japon et au Canada pour atteindre leurs objectifs de réduction entre 2008 et 2012.

L'analyse de cette année découvre les tendances suivantes du marché international des GES :

    
    -- La croissance de l'échange des réductions des émissions par projet se
       perpétuera d'année en année. Le commerce total des réductions des
       émissions par projet a augmenté de 110 Mt en 2004 à 374,3 Mt en 2005.
       79 Mt ont été échangées pendant le premier trimestre 2006. Depuis 
       2001, les volumes échangés ont été multipliés par 40, passant de 9 Mt 
       en 2001 à 374,3 Mt en 2005, environ.

    -- Les prix des réductions par projet ont augmenté mais ils varient
       considérablement en fonction du type et des termes du contrat. En 
       2005, le prix moyen (par volume pesé) des réductions vérifiées des 
       émissions (RVE - URCE potentielles des projets de MDP n'ayant pas été 
       enregistrées par le Conseil exécutif de MDP) était de 4,43 $US, 12 % 
       de plus qu'en 2004 (3,95 $US). Au premier trimestre 2006, le prix 
       moyen des RVE était de 5,65 $US, soit 14 % en plus que le prix moyen 
       en 2005. Le prix moyen des URCE (URCE potentielles des projets de MDP 
       qui ont obtenu la certification) en 2005 était de 7,04 $US, soit 37 % 
       en plus qu'en 2004 (5,15 $US). Au premier trimestre 2006, le prix 
       moyen des URCE est passé à 11 56 $US, soit 64 % en plus que le prix 
       moyen en 2005. Sur le marché secondaire, le prix moyen des URCE en 
       2005 était de 22,21 $US, soit pratiquement 30 % en plus que le prix 
       moyen de 2004 (5,82 $US). Au premier trimestre 2006, le prix moyen 
       était de 23,33 $US. Le prix moyen des unités de réduction des 
       émissions (URE) des projets à mise en oeuvre conjointe en 2005 était 
       de 4,63 $US, soit une baisse de 22 % par rapport au prix moyen de 2004 
       (5,95 $US). Au premier trimestre 2006, le prix moyen des URE était de 
       7,18 $US. Le retard du prix des URE était peut-être dû aux risques et 
       incertitudes perçues au sujet du cadre institutionnel des projets à 
       mise en oeuvre commune, aussi bien au niveau national 
       qu'international.

    -- Les projets de destruction de HFC23 représentaient la plus grande part
       des réductions échangées. Les projets de destruction de HFC23 ont créé
       des URCE qui ont totalisé 58 % du volume des transactions par projet,
       soit 36 % de plus qu'en 2004. Les deux grandes catégories suivantes
       étaient celles des projets de gaz émis par les décharges (9 %) et de
       méthane des mines de charbon (6 %). La part combinée des projets
       d'énergie renouvelable mettant à profit le vent, l'eau, la biomasse, 
       le soleil et autres a diminué en 2005.

    -- La Chine a généré 66 % des réductions par projet échangées. L'Asie a
       créé 73 % des réductions par projet qui ont été échangées en 2005 et 
       au premier trimestre 2006. La Chine à elle seule a crée 66 %, soit 
       seulement 5 % de plus qu'en 2004. La part de l'Inde était de 43 % en 
       2004, contre seulement 3 % en 2005 et au premier trimestre 2006. 
       L'Amérique latine représentait 17 % des volumes échangés (25 % en 
       2004). Les projets situés au Brésil tiennent la seconde place après 
       ceux de la Chine, avec 10 % des volumes échangés.

    -- Les acheteurs européens sont les principaux du marché, suivis par le
       secteur privé japonais. L'UE a acheté 56 % des réductions par projet
       crées en 2005 et au premier trimestre 2006, contre 41 % en 2004. 77 %
       des achats européens (ou 43 % du volume mondial) sont attribués au
       secteur privé. Le Japon a lui acheté 38 % des volumes (contre 36 % en
       2004), le secteur privé étant à l'origine de la quasi-totalité de ces
       transactions.


Natsource a grandement participé au marché des GES depuis la fin des années 90. En octobre 2005, Natsource a annoncé la clôture définitive de son fonds GG-CAP (Greenhouse Gas-Credit Aggregation Pool). Au total, les 26 participants situés en Europe, au Japon et au Canada ont contribué au GG-CAP à hauteur de 510 millions d'euros (environ 640 millions $US). Ce capital permettra d'acheter et de gérer la remise d'un grand groupement d'URCE et d'URE que les participants pourront acheter pour se conformer aux objectifs d'émission de GES entre 2005 et 2012.

    
    (a) Pour obtenir un résumé complet de l'analyse du marché des GES de
        Natsource avec ses graphiques (figure 1 susmentionnée),
        veuillez écrire à somna.maraj@edelman.com.


Natsource LLC est une grande société de gestion des actifs sur le marché des émissions et des énergies renouvelables. La gestion des actifs, les services de transaction et ceux de recherche et de conseil de la société s'appuient sur son expertise dans le domaine des marchés réglementaires et en matière commerciale. Natsource aide ainsi les sociétés privées du monde entier à gérer stratégiquement leurs risques environnementaux tout en fournissant des rendements supérieurs aux investisseurs en tirant parti des possibilités présentes sur les marchés locaux, régionaux et mondiaux d'émissions et énergies renouvelables. Le siège de Natsource est situé à New York et la société possède des bureaux à Calgary, La Paz, Londres, Ottawa, Tokyo et Washington DC. Grâce à ce réseau, la société jouit d'une présence mondiale à proximité de la plupart des plus importants centres financiers. Pour plus de renseignements, veuillez consulter http://www.natsource.com.

    
    Personne à contacter (Natsource) :

    Amérique du Nord
    Richard Rosenzweig
    Chef d'exploitation
    Washington, D.C.
    (v) +1-202-496-1423 x230
    (portable) +1-202-841-7276

    Europe
    Dirk Forrister
    Directeur général
    Londres
    (v) +44-20-7827-2942
    (portable) +44-77-6678-1719


Site Web : http://www.natsource.com

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

9 déc 2016
QUÉBEC, le 9 déc. 2016 /CNW Telbec/ - Le député de Pontiac et adjoint parlementaire du ministre des Finances, M. André Fortin, dirigera un groupe de travail qui étudiera la question des clauses de disparité de traitement dans les régimes de retraite...

9 déc 2016
L'Initiative mondiale de parrainage de réfugiés réunit des groupes de parrainage, des réfugiés parrainés par le secteur privé, des dirigeants de la société civile et du monde des affaires, des organisations internationales ainsi que des représentants...

9 déc 2016
Résultats de l'analyse trimestrielle de l'indice composé S&P/TSX de décembre 2016 TORONTO, le 9 déc. 2016 /CNW/ - Les services indiciels canadiens de S&P Dow Jones apporteront les modifications suivantes aux indices canadiens S&P/TSX après la...

9 déc 2016
BAGDAD, le 9 déc. 2016 /CNW/ - Dans le cadre de la plus importante intervention d'aide humanitaire dans l'est de Mossoul depuis le début du conflit en cours, le Programme alimentaire mondial (PAM), l'UNICEF et le Fonds des Nations Unies pour la...

9 déc 2016
MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 9 déc. 2016) - Le Château Inc. (TSX:CTU.A) a annoncé aujourd'hui que le chiffre d'affaires pour le troisième trimestre clos le 29 octobre 2016 s'est élevé à 55,4 millions de dollars comparativement à 57,6 millions de...

9 déc 2016
QUÉBEC, le 9 déc. 2016 /CNW Telbec/ - « En 2016, notre gouvernement a posé des gestes majeurs pour faire avancer les priorités des Québécoises et des Québécois que sont l'économie, l'éducation et la santé. Le changement a commencé. C'est maintenant à...




Communiqué envoyé le 10 mai 2006 à 05:20 et diffusé par :