Le Lézard

Privatisation de Télé-Québec - Le gouvernement du Québec fait le jeu des producteurs indépendants



MONTREAL, le 14 mai /CNW/ -- MONTREAL, le 14 mai /CNW Telbec/ - Le Syndicat des employés en radio- télédiffusion de Télé-Québec (SERT), affilié à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), soutient que le gouvernement du Québec, en enclenchant le processus de privatisation de Télé-Québec, est tombé dans le panneau des producteurs indépendants qui cherchaient depuis belle lurette à étendre leur monopole sur l'ensemble des outils de production de la télévision québécoise.

Telle est l'opinion rendue publique par le président du SERT, M. Philippe Ouimet, dans le cadre de la quatrième capsule d'information sur la privatisation de Télé-Québec qui vient d'être rendue publique aujourd'hui et qui peut être visionnée sur le site Web du SERT, www.sert.csq.qc.net.

Le président du SERT est convaincu que le gouvernement du Québec ne sert pas ses intérêts, pas plus que ceux de la population québécoise, à travers la privatisation de Télé-Québec.

"Comme nous l'avons démontré dans notre capsule d'information précédente, le gouvernement Charest suit aveuglément les recommandations du Groupe Bédard. Pourtant, ce groupe de travail n'était absolument pas objectif. La plupart de ses membres servaient leurs propres intérêts, c'est-à-dire ceux de l'Association des producteurs privés, et il était évident, avant même le début de leurs travaux, qu'ils recommanderaient en fin de compte la privation de Télé-Québec. Ils ne pouvaient faire autrement puisque c'était leur intérêt de faire une telle recommandation et d'orienter le gouvernement Charest dans cette direction", explique M. Philippe Ouimet.

La motivation réelle derrière la privatisation de Télé-Québec

Le leader syndical soutient donc que la motivation première derrière la privatisation de Télé-Québec n'est pas tant le fait pour le gouvernement du Québec de faire des économies budgétaires, que pour les producteurs indépendants d'imposer à l'Etat son monopole dans le secteur de la production télévisuelle. "Depuis quelques années déjà, nous avons vu la direction de Télé- Québec choisir de confier ses émissions aux producteurs indépendants. Mais cela n'a pas été suffisant pour satisfaire leur appétit. Ils veulent beaucoup plus. En fait, les producteurs indépendants ont manoeuvré à travers le Groupe Bédard pour convaincre le gouvernement Charest de leur remettre l'ensemble des outils de production, en sachant très bien qu'ils contrôleront de cette façon l'accès aux studios, aux caméras de même qu'aux salles de montage", rapporte M. Ouimet.

Un gouvernement devenu "dépendant" des producteurs indépendants

Ce dernier ajoute qu'une fois cette opération complétée, le gouvernement du Québec sera alors totalement dépendant des producteurs indépendants pour pouvoir produire des émissions de télévision dites "publiques".

"Lorsque les producteurs indépendants auront assis leur monopole, quel pouvoir de négociation restera-t-il au gouvernement du Québec pour contrôler les coûts de production des émissions de télévision ? Poser la question, c'est y répondre. Les producteurs indépendants auront finalement atteint leur but et ils auront mis la main sur la télévision publique au Québec, au plus grand malheur de la population qui n'y trouvera plus son compte et son intérêt", assure le président du SERT.

Eviter d'être pris en otage

M. Philippe Ouimet conclut donc en réaffirmant que Télé-Québec est un service public et doit le demeurer. "La mission de Télé-Québec doit réserver à la nouvelle génération un accès direct aux ondes, et ce, sans être pris en otage par une organisation dont le mot d'ordre est : "Hors de l'association, point d'émission!", termine-t-il.

Profil de la CSQ

La CSQ regroupe environ 180 000 membres, dont plus de 125 000 dans le secteur public. Elle est présente dans les secteurs de l'éducation, de la santé et des services sociaux, des services de garde, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications. Elle représente le Syndicat des employés en radio-télédiffusion de Télé-Québec et l'Association des réalisateurs et réalisatrices de Télé-Québec.


Communiqué envoyé le 14 mai 2006 à 10:00 et diffusé par :