Le Lézard

Journée nationale des autochtones - L'OPPOSITION OFFICIELLE SALUE LA CONTRIBUTION DES CULTURES AUTOCHTONES ET INUITES À LA DIVERSITÉ CULTURELLE DU QUÉBEC



QUÉBEC, le 21 juin /CNW/ -- QUÉBEC, le 21 juin /CNW Telbec/ - À l'occasion de la 17e édition de la Journée nationale des autochtones, le député d'Ungava et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'affaires autochtones, Michel Létourneau, tient à saluer la contribution des nations autochtones et des inuits à la richesse de la diversité culturelle du Québec.

"C'est le moment du solstice d'été qui a été choisi pour reconnaître la contribution des nations autochtones et des Inuits à la richesse de la société québécoise, à la demande de la Fraternité des Indiens du Canada, devenue l'Assemblée des Premières Nations. Selon son sens étymologique, le solstice est le moment de l'année où le soleil s'arrête, faisant aussi de cette journée la plus longue de l'année. C'est un moment significatif pour les communautés autochtones puisqu'il marque le début de la période où la terre portera ses fruits", a déclaré Michel Létourneau.

"La volonté des Québécoises et des Québécois à contribuer à l'évolution des relations avec les communautés autochtones est réelle. En quelques décennies, nos rapports avec les peuples autochtones sont passés de relations typiquement colonialistes à une dynamique d'interdépendance qui évolue vers des relations d'égalité entre les nations", a souligné le député d'Ungava.

En 1985, sous l'inspiration de René Lévesque, l'existence des nations abénaquises, Algonquine, Attikamek, Crie, Huronne, Micmaque, Mohawk, Montagnaise, Naskapie et Inuit étaient reconnues. Deux ans plus tard, s'ajoutait à cette liste la nation malécite. De façon plus concrète, cette reconnaissance s'est illustrée, d'abord par la Convention de la Baie James et du Nord québécois, en 1975, puis en 2002, par la signature de la "Paix des Braves" avec la nation crie, l'entente "Sanarrutik" avec la nation inuite et plus récemment, par le développement de l'approche commune dans les négociations sur le partage des ressources naturelles du territoire québécois.

Pour Michel Létourneau, il y a encore de grands défis à relever pour une cohabitation harmonieuse partout au Québec entre les différentes nations. Le partage du territoire et des ressources demeure important, mais la qualité de vie de ces communautés ainsi que la pérennité des cultures autochtones et inuites sont des défis qui ne sont pas négligeables.

"Les Québécoises et les Québécois sont parmi les mieux placés, à l'échelle planétaire, pour saisir l'importance de la langue et de la culture dans l'identification nationale et dans la définition des peuples. Nous allons continuer à participer à la sauvegarde de la culture autochtone. Sachant que plusieurs langues traditionnelles autochtones sont menacées d'extinction à plus ou moins court terme, il est primordial de contribuer à la perpétuation de ces cultures qui enrichissent la société québécoise. J'invite les citoyens de toutes les régions du Québec à profiter de la journée où le soleil s'arrête pour célébrer notre solidarité envers les nations autochtones et inuites", a conclu le député Létourneau.

-%SU: CLT,SOC

-%RE: 1


Communiqué envoyé le 21 juin 2006 à 09:56 et diffusé par :