Le Lézard
Classé dans : Exploitation minière, Exploitation pétrolière

Agnico-Eagle construira le projet aurifère LaRonde II; la société fait le point sur ses quatre autres programmes de croissance dans le secteur aurifère



TORONTO, ON, le 12 mai /CNW/ -- TORONTO, ON, le 12 mai /CNW/ - La société Mines Agnico-Eagle Limitée a annoncé aujourd'hui qu'elle avait décidé de procéder avec la mise en valeur positive du projet en propriété exclusive LaRonde II. LaRonde II constitue le prolongement de la zone 20 Nord sous l'infrastructure courante à la mine LaRonde. Les réserves d'or à LaRonde II totalisent 3,6 millions d'onces tirées de 18,8 millions de tonnes d'une teneur de 6,0 grammes la tonne. En plus de ses réserves d'or, le gisement LaRonde II contient environ 13 millions d'onces d'argent, 62 000 tonnes de cuivre et 155 000 tonnes de zinc.

Une étude de faisabilité sur le projet LaRonde II a été récemment conclue et révisée par des tiers indépendants. Les scénarios de référence de l'étude prévoient un rendement après impôts de 13,3 %, d'après un prix de l'or de 450 $ l'once, un taux de change $ CA/$ US de 1,25 et des prix des sous- produits de 6,50 $ l'once d'argent, 3 086 $ la tonne de cuivre et 1 213 $ la tonne de zinc.

Fondée sur une production quotidienne de 6 000 tonnes de minerai par jour, l'étude de faisabilité comprend des coûts d'exploitation de la mine de 67 $ CA la tonne, des dépenses en immobilisations pour la construction de 210 M$ et des investissements de maintien des installations moyens d'environ 10 M$ à 12 M$ par année, une fois la construction terminée. Le projet sera financé à même l'encaisse et le flux de trésorerie courants. Les coûts totaux moyens devraient se chiffrer à 230 $ l'once.

La production aurifère annuelle devrait totaliser en moyenne 320 000 onces et le démarrage de la production devrait avoir lieu en 2011, ce qui prolongera la durée de vie du complexe LaRonde jusqu'en 2020 au moins. La production annuelle de sous-produits devrait atteindre en moyenne 670 000 onces d'argent, 4 000 tonnes de cuivre et 8 600 tonnes de zinc. La conversion des ressources aurifères actuelles en réserves pourrait prolonger considérablement la durée de vie de la mine.

"Notre décision de bâtir LaRonde II est une étape importante dans l'expansion et le renforcement de notre assise de production aurifère au Québec", a affirmé Sean Boyd, vice-président du conseil et chef de la direction. "Avec la construction des nouvelles mines Goldex et LaRonde II et l'exécution d'études de faisabilité pour les projets de Suurikuusikko, Lapa (Phase II) et Pinos Altos, nous progressons vers notre objectif qui consiste à tripler notre production aurifère d'ici 2009", a ajouté M. Boyd.

La sensibilité du taux de rendement interne par rapport aux coûts de l'or, à la teneur aurifère, aux dépenses en immobilisations, aux frais d'exploitation, au taux de change $ CA/$ US et à l'échéancier des dépenses en immobilisations est décrite sur la page Web suivante (cliquez sur le lien ci- dessous ou copiez l'adresse URL dans votre navigateur Internet) :

    http://www.agnico-eagle.com/files/LaRondeIIFeasibility.pdf.

    La construction du projet de la mine Goldex se déroule bien


La construction de la nouvelle mine Goldex, qui appartient à la société en propriété exclusive et qui est située près de la ville de Val d'Or, au Québec, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de LaRonde, progresse bien tant en surface que sous terre.

La construction du chevalement de béton est terminée et la construction de l'installation de traitement a commencé.

Sous terre, quelque 800 mètres de travaux latéraux et 400 mètres supplémentaires de percement d'une cheminée verticale ont été effectués au cours du premier trimestre.

Une fois la construction terminée, ce qui est prévu pour le deuxième semestre de 2008, Goldex devrait enregistrer une production aurifère moyenne de 170 000 onces par année. Goldex compte des réserves d'or probables de 1,6 million d'onces, soit assez pour prolonger la durée de vie de la mine d'environ 10 ans à un tel niveau de production.

Une étude de faisabilité sur la phase II du projet Lapa est prévue pour

le deuxième trimestre 2006

En 2005, la société a dévoilé un programme de mise en valeur, de forage et de métallurgie sous terre de 30 M$ à son projet en propriété exclusive Lapa, situé à 10 kilomètres à l'est de LaRonde. Le puits de mine est actuellement d'une profondeur de 700 mètres, et environ 240 mètres de travaux latéraux ont été effectués.

Plus tôt que prévu, une galerie d'allongement a été creusée dans le minerai au niveau 69 pour obtenir de l'information sur la teneur aurifère, la continuité et les conditions du sol. La société vise à déterminer si elle procédera à la deuxième phase de la construction dès que possible pour accélérer le démarrage de la production.

Si la première étape du programme produit des résultats positifs, le puits serait prolongé jusqu'à une profondeur approximative de 1 370 mètres. Les dépenses en immobilisations supplémentaires liées à cette deuxième étape sont actuellement évaluées à 80 M$. En supposant qu'aucune autre réserve ne soit ajoutée et que la teneur actuelle ne change pas, la société prévoit que la mine aura une durée de vie de dix ans, la production devant commencer à la fin de 2008 et générer en moyenne 125 000 onces d'or par année.

Une étude de faisabilité sur Suurikuusikko devrait être effectuée au

deuxième trimestre 2006

Une étude de faisabilité susceptible d'un concours bancaire sur le projet Suurikuusikko, dans le nord de la Finlande, devrait être finalisée au deuxième trimestre 2006. L'étude est fondée sur un scénario comportant une mine à ciel ouvert avec exploitation souterraine par des rampes. Chacune de ces exploitations fournirait 3 000 tonnes de minerai par jour à l'usine de traitement.

Les réserves d'or probables actuelles sont évaluées à 2,3 millions d'onces provenant de 13,7 millions de tonnes de minerai d'une teneur de 5,3 grammes la tonne. Le site compte actuellement huit appareils de forage au diamant; cinq exécutent des forages intercalaires, un est réservé à l'exploration et deux effectuent le forage de condamnation du site prévu pour les rejets. Le gisement demeurera accessible en profondeur et sur l'étendue longitudinale. Une mise à jour complète sur le projet sera fournie avant la visite du site prévue en juin.

Visite prévue du projet Suurikuusikko

La société prépare une visite du site de son projet Suurikuusikko, dans le nord de la Finlande. Un avion nolisé quittera Toronto, au Canada, le 13 juin pour Kittila, en Finlande, le retour étant prévu pour le 15 juin. Les analystes et les investisseurs institutionnels d'autres villes d'Europe sont également invités à participer à la visite.

Les analystes boursiers et les investisseurs institutionnels intéressés sont invités à communiquer avec Hazel Winchester au 416 847-3717, ou hwinchester@agnico-eagle.com. Le nombre de places étant limité, veuillez vous inscrire dès que possible.

Début de l'étape de faisabilité du projet Pinos Altos et nomination d'un

cadre supérieur pour le Mexique

Agnico-Eagle a le plaisir d'annoncer la nomination de Tim Haldane, ing., au poste de vice-président pour le Mexique. M. Haldane possède 28 années d'expérience diversifiée dans le secteur minier. Il a récemment été nommé vice- président à la mise en valeur auprès d'un producteur d'or de moyenne envergure, où il a été responsable de la réussite de la construction et du démarrage des activités d'une mine au Mexique.

Au premier trimestre 2006, la société a exercé son option d'acquisition de la totalité de la propriété Pinos Altos, dans le nord du Mexique, de Industrias Penoles S.A. de C.V.

Les ressources indiquées comprennent 12,5 millions de tonnes à 3,9 grammes d'or la tonne et 102,3 grammes d'argent la tonne, ou 1,6 million d'onces d'or et 41,0 millions d'onces d'argent. Les ressources présumées contiendraient 3,2 millions de tonnes à 5,2 grammes d'or la tonne et 111,0 grammes d'argent la tonne ou 0,5 million d'onces d'or et 11,6 millions d'onces d'argent. Lire les remarques destinées aux investisseurs américains relatives à l'utilisation du mot "ressources".

Les estimations préliminaires d'Agnico-Eagle prévoient l'extraction de 3 000 tonnes par jour. La mine à ciel ouvert et les puits devraient fournir chacun 1 500 tonnes par jour. L'estimation préliminaire des dépenses en immobilisations requises pour faire passer le projet à l'étape de production se chiffre à quelque 150 M$.

La société prévoit fournir un échéancier détaillé des activités d'exploration et de l'étude de faisabilité plus tard au cours du deuxième trimestre. Une étude de faisabilité devrait être finalisée d'ici la fin du deuxième trimestre 2007.

Enoncés prospectifs

Les renseignements contenus dans le présent communiqué ont été rédigés le 12 mai 2006. Certains des énoncés de ce communiqué sont des "énoncés prospectifs" au sens de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995 des Etats-Unis. Dans ce document, les mots "anticiper", "s'attendre", "estimer", "prévoir", "planifier" et d'autres expressions semblables servent à désigner les énoncés prospectifs.

Ces énoncés comprennent notamment : les estimations de la production et des ventes futures de minéraux; les estimations des coûts de production, du total des coûts au comptant par once, des coûts relatifs aux sites miniers et d'autres frais; les estimations des dépenses en immobilisations et des autres besoins de trésorerie futurs; les estimations liées à la mise en valeur prévue de certains gisements de minerai, notamment les estimations des coûts d'exploration, de mise en valeur et d'autres dépenses en immobilisations, et les estimations quant à l'échéancier d'une telle mise en valeur ou les décisions visant une telle mise en valeur; les estimations des réserves et des ressources, et les énoncés concernant les futurs résultats des activités d'exploration et des études de faisabilité; l'occurrence prévue d'événements liés aux sites miniers de la société; ainsi que d'autres énoncés concernant les tendances anticipées relativement aux ressources en capital et aux résultats d'exploitation de la société. Ces énoncés reflètent le point de vue de la société au moment de la préparation du présent communiqué de presse et ils sont assujettis à certains risques, incertitudes et hypothèses. De nombreux facteurs, connus et inconnus, pourraient entraîner une différence importante entre les résultats réels et ceux exprimés ou sous-entendus par ces énoncés prospectifs. Certains des énoncés prospectifs susmentionnés, principalement ceux formulés au sujet des projets, sont fondés sur les opinions préliminaires de la société en ce qui a trait, notamment, à la teneur, au tonnage, au traitement, aux méthodes d'exploitation minière, aux dépenses en immobilisations et à l'emplacement des infrastructures de surface. Les décisions finales et les résultats réels pourraient être très différents de ce qui est actuellement envisagé. Ces risques incluent, mais sans s'y limiter : la dépendance de la société à l'égard de sa mine LaRonde pour la totalité de sa production aurifère actuelle; l'incertitude des estimations quant aux réserves et ressources minérales, à la teneur du minerai et aux taux de récupération du minerai; l'incertitude entourant la production, les dépenses en immobilisations et les autres coûts futurs; la volatilité des prix de l'or et des autres métaux; les fluctuations des devises; les risques miniers; ainsi que la réglementation gouvernementale et environnementale. Pour obtenir plus de précisions au sujet de ces risques et facteurs, se reporter à la notice annuelle et au rapport annuel sur formulaire 20-F de la société pour l'exercice clos le 31 décembre 2005, de même qu'aux autres rapports déposés par la société auprès des Autorités canadiennes en valeurs mobilières et de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis. La société n'entend pas mettre à jour ces énoncés prospectifs et n'assume aucune obligation à cet égard.

Agnico-Eagle

Agnico-Eagle est un producteur d'or canadien établi de longue date. La société exerce des activités d'exploitation au Québec, ainsi que des activités d'exploration et de mise en valeur au Canada, en Finlande, au Mexique et aux Etats-Unis. La mine LaRonde d'Agnico-Eagle est le plus important gisement aurifère au Canada. La société est en mesure de profiter entièrement de la hausse du cours de l'or en raison de sa décision de ne pas vendre d'or à terme. La société verse un dividende en espèces depuis 26 années d'affilée.

Remarques à l'intention des investisseurs des Etats-Unis concernant

l'utilisation des ressources

Mise en garde à l'intention des investisseurs au sujet des estimations formulées concernant les ressources mesurées et indiquées.

Dans le présent communiqué de presse, les termes "ressources mesurées" et "ressources indiquées" sont utilisés. Nous prions les investisseurs de prendre note que, bien que reconnus et exigés par les organismes canadiens de réglementation, ces termes ne sont pas reconnus par la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis. Les investisseurs américains sont priés de ne pas présumer que les gisements minéraux appartenant à ces catégories seront convertis en réserves, que ce soit en tout ou en partie.

Mise en garde à l'intention des investisseurs au sujet des estimations formulées concernant les ressources présumées. Dans le présent communiqué de presse, on retrouve également le terme "ressources présumées".

La société avise les investisseurs que, bien que reconnu et exigé par les organismes canadiens de réglementation, ce terme n'est pas reconnu par la SEC des Etats-Unis. Les "ressources présumées" sont soumises à un haut degré d'incertitude quant à leur existence réelle et à la faisabilité économique et juridique de leur mise en valeur. On ne peut tenir pour acquis qu'une partie ou que la totalité des ressources minérales présumées sera éventuellement reclassée dans une catégorie supérieure. En vertu de la réglementation canadienne, les estimations des ressources minérales présumées ne peuvent constituer la base d'une étude de faisabilité ou de préfaisabilité, sauf en de rares cas. Les investisseurs sont priés de ne pas tenir pour acquis que les ressources présumées existent réellement ou qu'elles sont économiquement ou légalement susceptibles d'être mises en valeur, et ce, en tout ou en partie.

Données scientifiques et techniques

Mines Agnico-Eagle Limitée communique ces estimations de ressources et de réserves minérales conformément aux lignes directrices de l'ICM relatives à l'estimation, à la classification et à la divulgation des ressources et des réserves.

Mise en garde à l'intention des investisseurs des Etats-Unis. La Securities and Exchange Commission des Etats-Unis permet aux sociétés minières des Etats-Unis de ne divulguer, dans les documents qu'elles déposent auprès d'elle, que les gisements minéraux qu'elles peuvent économiquement et légalement extraire ou produire. La société utilise dans le présent communiqué de presse certaines expressions, comme "ressources mesurées", "ressources indiquées" et "ressources présumées", que la SEC, dans ses lignes directrices, interdit formellement aux entreprises constituées aux Etats-Unis d'inclure dans les documents qu'elles déposent auprès d'elle. Les investisseurs des Etats-Unis sont priés de lire attentivement le formulaire 20-F de la société, qu'ils peuvent se procurer en s'adressant à Agnico-Eagle ou en consultant le site Web de la SEC à l'adresse http://sec.gov/edgar.shtml. Une étude de faisabilité "finale" ou "susceptible d'un concours bancaire" est nécessaire pour se conformer aux exigences relatives à la mention des réserves en vertu de l'Industry Guide 7 de la SEC. Les estimations ont été calculées en fonction des prix des métaux et taux de change moyens des trois dernières années, conformément à l'Industry Guide 7. L'Industry Guide 7 exige l'utilisation de prix qui reflètent la conjoncture économique au moment du calcul des réserves, ce qui selon le personnel de la SEC correspond aux prix moyens des trois dernières années. Les hypothèses qui ont servi au calcul des estimations des réserves et des ressources minérales pour 2005 par la société ont été fondées sur un prix de 405 $ l'once d'or, 6,35 $ l'once d'argent, 0,51 $ la livre de zinc, 1,24 $ la livre de cuivre et des taux de change $ CA/$ US, $ US/euro, et MXP/$ US de 1,30, 1,21 et 11,0 respectivement.

Selon la Norme canadienne 43-101 ("NC 43-101") des Autorités canadiennes en valeurs mobilières, les sociétés minières sont tenues de présenter les données sur les réserves et les ressources en les classant dans les sous- catégories suivantes : "réserves prouvées", "réserves probables", "ressources mesurées", "ressources indiquées" et "ressources présumées". Les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont aucune viabilité économique démontrée.

Les réserves minérales désignent la partie économiquement exploitable des ressources minérales mesurées ou indiquées, démontrée au moins par une étude de faisabilité préliminaire. Cette étude doit inclure les informations adéquates relatives à l'exploitation minière, au traitement, à la métallurgie, aux aspects économiques et aux autres facteurs pertinents démontrant qu'il est possible, au moment de la rédaction du rapport, de justifier l'extraction économique. Les réserves minérales comprennent les matériaux de dilution et les provisions constituées pour les pertes qui risquent d'être subies au moment de l'exploitation. Les réserves minérales prouvées désignent la partie économiquement exploitable des ressources minérales mesurées pour lesquelles la quantité, la teneur ou la qualité, la densité, la forme et les caractéristiques physiques sont si bien établies qu'on peut les estimer avec suffisamment de confiance pour permettre l'application appropriée de paramètres techniques et économiques pour soutenir la planification de la production et l'évaluation de la viabilité économique du gisement. Les réserves minérales probables désignent la partie économiquement exploitable des ressources minérales indiquées pour lesquelles la quantité, la teneur ou la qualité, la densité, la forme et les caractéristiques physiques peuvent être estimées avec suffisamment de confiance pour permettre l'application appropriée de paramètres techniques et économiques pour soutenir la planification de la mine et l'évaluation de la viabilité économique du gisement.

Les ressources minérales sont des concentrations ou indices minéralisés d'une substance naturelle solide présente au sein de la croûte terrestre ou sur celle-ci, qu'il s'agisse d'une substance inorganique ou d'une substance organique fossilisée, dont la forme, la quantité et la teneur ou la qualité sont telles qu'elles présentent des perspectives raisonnables d'extraction économique. L'emplacement, la quantité, la teneur, les caractéristiques géologiques et la continuité des ressources minérales sont connus, estimés ou interprétés à partir d'observations et de connaissances géologiques spécifiques. Les ressources minérales mesurées désignent la partie des ressources minérales dont la quantité et la teneur ou qualité, la densité, la forme et les caractéristiques physiques peuvent être estimées avec suffisamment de confiance pour permettre la mise en application appropriée de paramètres techniques et économiques pour appuyer la planification de la mine et l'évaluation de la viabilité économique du gisement. L'estimation est basée sur des informations détaillées et fiables relatives à l'exploration, à l'échantillonnage et aux essais, recueillies à l'aide de techniques appropriées à partir d'emplacements tels des affleurements, des tranchées, des puits, des chantiers et des sondages dont l'espacement est assez serré pour confirmer à la fois la continuité de la géologie et des teneurs. Les ressources minérales indiquées désignent la partie des ressources minérales dont on peut estimer la quantité et la teneur ou qualité, la densité, la forme et les caractéristiques physiques avec un niveau de confiance suffisant pour permettre la mise en application appropriée de paramètres techniques et économiques pour appuyer la planification minière et l'évaluation de la viabilité économique du gisement. L'estimation est basée sur des informations détaillées et fiables relatives à l'exploration et aux essais, recueillies à l'aide de techniques appropriées à partir d'emplacements tels des affleurements, des tranchées, des puits, des chantiers et des sondages dont l'espacement est assez serré pour donner lieu à une hypothèse raisonnable sur la continuité de la géologie et des teneurs. Les ressources minérales présumées désignent la partie des ressources minérales dont on peut estimer la quantité et la teneur ou qualité sur la base d'évidences géologiques et d'un échantillonnage restreint et dont on peut raisonnablement présumer, sans toutefois la vérifier, la continuité de la géologie et des teneurs. L'estimation est basée sur des informations et un échantillonnage restreints, recueillis à l'aide de techniques appropriées à partir d'emplacements tels des affleurements, des tranchées, des puits, des chantiers et des sondages. Les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont aucune viabilité économique démontrée.

Les investisseurs sont priés de ne pas tenir pour acquis que les ressources présumées existent réellement ou qu'elles sont économiquement ou légalement susceptibles d'être mises en valeur, et ce, en tout ou en partie.

Une étude de faisabilité est une étude exhaustive d'un gisement minéral dans laquelle tous les facteurs géologiques, juridiques, sociaux ou environnementaux ou relatifs au génie ou à l'exploitation ou tout autre facteur pertinent sont analysés de façon assez détaillée pour que l'étude puisse raisonnablement servir de fondement pour une décision finale, par une institution financière, quant au financement de la mise en valeur du gisement en vue d'une production minière.

La personne qualifiée responsable des estimations de réserves minérales et de ressources minérales de LaRonde I et de LaRonde II est Marc Ruel, géologue et surintendant de la géologie pour la division LaRonde. L'estimation, qui est datée du 22 février 2006, utilise (à l'exception des hypothèses concernant les frais d'exploitation et les dépenses en immobilisations, décrites ci-dessus) les mêmes paramètres et les mêmes méthodes que ceux que l'on retrouve dans le rapport sur les ressources et réserves minérales pour 2005, préparé par Guy Gosselin, géologue, rattaché à la division LaRonde de Mines Agnico-Eagle Limitée, et déposé sur SEDAR le 23 mars 2005.

Une personne qualifiée, Carl Pelletier, géologue, de Services géologiques Innovexplo, était responsable de l'estimation des réserves et ressources minérales de Goldex. Une description des hypothèses concernant les frais d'exploitation et les dépenses en immobilisations, ainsi que des paramètres et méthodes, se trouve dans le Rapport technique sur l'estimation des ressources et réserves minérales pour le prolongement de Goldex, affiché sur SEDAR le 27 octobre 2005. L'estimation est datée du 9 septembre 2005. L'estimation pour 2005 diffère de la précédente en raison de la présence, au 31 décembre 2005, sur les piles de stockage d'une quantité minime de réserves prouvées sous forme de roches des travaux de mise en valeur. Bien que les hypothèses de prix ayant servi à élaborer les modèles fil de fer contraints et à estimer les ressources et réserves minérales en 2005 soient légèrement inférieures à celles utilisées actuellement, la personne qualifiée est d'avis que ces différences ne sont pas significatives.

La personne qualifiée responsable des estimations des réserves et ressources minérales de Lapa est Christian D'Amours, géologue, de Service Conseil Géopointcom. L'estimation est datée du 23 février 2005. Les modèles fil de fer des zones englobant le gisement de Lapa qui ont été utilisés pour l'estimation des ressources minérales proviennent des intersections de forage. Les principales hypothèses utilisées pour déterminer les intervalles des intersections de forage étaient un prix de l'or de 360 $ l'once et des taux de récupération métallurgique de 85,9 % pour l'or. Le titrage de l'or a été coupé à 51,4 grammes par tonne ou à 58,6 grammes par tonne, selon la zone. Pour le modèle d'exploitation souterraine des ressources minérales, une valeur limite minimale de 5 grammes la tonne pour la teneur en or a servi à évaluer les intersections de forage, qui ont été ajustées afin de respecter une largeur minimale d'exploitation de 3 mètres (largeur horizontale). Bien que les hypothèses de prix ayant servi à élaborer les modèles fil de fer contraints et à estimer les ressources et réserves minérales en 2005 soient légèrement inférieures à celles utilisées actuellement, la personne qualifiée est d'avis que ces différences ne sont pas significatives.

L'estimation des ressources minérales de Lapa découle d'une modélisation tridimensionnelle en blocs du gisement; les teneurs ont été interpolées à l'aide de la méthode fondée sur l'inverse du carré de la distance. Afin d'estimer les réserves minérales, un facteur de dilution de 22,8 % en moyenne a été appliqué. Pour le modèle d'exploitation souterraine des réserves, une valeur limite minimale de 6 grammes ou 6,5 grammes la tonne a été utilisée pour la teneur en or sur place, selon la méthode d'extraction.

La personne qualifiée responsable de l'estimation des ressources et réserves minérales de Suurikuusikko est Normand Bédard, géologue principal de la division régionale de l'Abitibi. La date d'effet de l'estimation est le 22 février 2006. Un rapport technique décrivant les estimations des ressources et des réserves minérales a été affiché dans SEDAR le 14 mai 2006.

La personne qualifiée responsable de l'estimation des ressources minérales de Pinos Altos est Christian D'Amours, géologue, de Service Conseil Géopointcom, de Val-d'Or, au Québec. L'estimation est datée du 13 février 2006. Un rapport technique décrivant l'estimation des ressources sera déposé auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières en temps voulu. Les modèles fil de fer des zones formant le gisement de Pinos Altos qui ont été utilisés pour l'estimation des ressources minérales proviennent des forages. Les principales hypothèses utilisées pour déterminer l'intervalle des forages étaient un prix de l'or de 400 $ l'once, un prix de l'argent de 6 $ l'once, des taux de récupération métallurgique de 92,4 % pour l'or et de 47,8 % pour l'argent, tandis que des valeurs limites variables pour les revenus nets de fonderie ont été appliquées selon que les matières peuvent faire l'objet d'une extraction à ciel ouvert ou souterraine. Le titrage de l'or a été coupé à 41 grammes par tonne et celui de l'argent, à 1 500 grammes par tonne. En ce qui concerne le modèle d'exploitation des ressources à ciel ouvert (profondeur maximale estimative d'environ 130 mètres à 170 mètres, selon la zone), une valeur limite minimale de 11,90 $ la tonne pour le revenu net de fonderie a été utilisée pour évaluer les forages, qui ont été ajustés de manière à observer une largeur de forage minimale de 4 mètres (largeur horizontale). Pour le modèle d'exploitation souterraine, une valeur limite minimale de 35,60 $ la tonne pour le revenu net de fonderie a servi à évaluer les forages, qui ont été ajustés afin de respecter une largeur de forage minimale de 3 mètres (largeur horizontale). L'estimation des ressources minérales découle d'une modélisation tridimensionnelle en blocs du gisement; les teneurs ont été interpolées à l'aide de la méthode fondée sur l'inverse du carré de la distance. Les mêmes valeurs limites et taux de récupération métallurgique ont été utilisés pour estimer les ressources minérales et pour construire les modèles fil de fer, mais le calcul des hypothèses de prix liés aux valeurs limites variant en fonction d'une exploitation à ciel ouvert ou souterraine se fonde sur les hypothèses tirées des prix moyens des trois dernières années (lesquelles sont décrites ci-dessus). Bien que les hypothèses de prix ayant servi à élaborer des modèles fil de fer contraints sont légèrement inférieures à celle utilisées pour établir le modèle des ressources, la personne qualifiée est d'avis que ces différences ne sont pas importantes.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 18:27
VEGREVILLE, Alberta, le 7 déc. 2016 /CNW/ - TerraVest Capital Inc. (TSX : TVK) (« TerraVest » ou la « Société »), fabricant de réservoirs pour carburants et de matériel destiné à l'exploitation pétrolière et gazière ainsi que fournisseur de services...

à 16:47
QUÉBEC, le 7 déc. 2016 /CNW Telbec/ - La direction régionale de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec du Centre de contrôle environnemental du Québec signale qu'on lui a rapporté un déversement de diesel suite au renversement d'un...

à 15:39
SAINT-HYACINTHE, QC, le 7 déc. 2016 /CNW Telbec/ - La Ville de Saint-Hyacinthe a conclu une entente avec Agropur coopérative, le leader canadien de l'industrie laitière situé notamment à Saint-Hyacinthe, afin de recueillir et de traiter...

à 09:05
GENÈVE, December 7, 2016 /PRNewswire/ -- Selon les dernières perspectives financières pour le Venezuela publiées aujourd'hui par le fonds spéculatif Adar Capital Partners, ce pays va continuer à rembourser sa dette normalement comme il le fait...

à 06:00
MONTRÉAL, le 7 déc. 2016 /CNW Telbec/ - Malgré la nouvelle politique énergétique 2030 et les plans d'action sur les changements climatiques, les cibles fixées par le gouvernement ne seront pas atteintes si les tendances actuelles se poursuivent,...

6 déc 2016
QUÉBEC, le 6 déc. 2016 /CNW Telbec/ - Le Commissaire au lobbyisme du Québec annonce qu'il a terminé sa vérification à l'égard des activités de M. Yvon Nadeau et d'autres représentants de l'entreprise Pyrobiom Énergies inc. au regard de la Loi sur la...




Communiqué envoyé le 12 mai 2006 à 17:40 et diffusé par :