Le Lézard

Bilan de la session parlementaire - ARROGANCE, INCOMPÉTENCE, IMPROVISATION



QUÉBEC, le 19 juin /CNW/ -- QUÉBEC, le 19 juin /CNW Telbec/ - Le chef du Parti Québécois, André Boisclair, la députée de Hochelaga-Maisonneuve et chef de l'opposition officielle, Louise Harel, et la députée de Bourget et leader de l'opposition officielle, Diane Lemieux, ont dressé aujourd'hui un bilan peu reluisant du gouvernement de Jean Charest. "Cette session parlementaire ressemble aux précédentes : elle comporte son lot d'arrogance, d'incompétence et d'improvisation et se termine avec un bâillon, totalement injustifié, sans caractère d'urgence et où l'intérêt public n'est pas menacé. Les Québécoises et les Québécois méritent mieux", a déclaré Louise Harel.

Le bâillon imposé la semaine dernière, qui empêche toute poursuite de citoyens incommodés par la motoneige et les VTT, qui officialise la vente d'une montagne, qui force la privatisation des hippodromes et qui fixe la rémunération des médecins spécialistes alors qu'il n'y avait aucun moyen de pression, témoigne bien de l'incapacité libérale à gérer l'État du Québec. "Quel exemple le gouvernement du Québec donne-t-il quand il affirme que le Québec entre dans une nouvelle ère en suggérant que dorénavant, on négociera avec l'épée de Damoclès?", se demande la chef de l'opposition officielle.

Encore une fois, l'incompétence des libéraux a fait vivre aux Québécoises et aux Québécois plusieurs controverses et scandales au cours des derniers mois :

    <<
    - le remaniement raté, expulsant Thomas Mulcair du Conseil des ministres
      parce qu'il tenait tête au premier ministre dans le projet Rabaska et
      refusait le projet de vente du Mont-Orford;
    - le scandale à la Société des alcools du Québec, nécessitant une enquête
      du Vérificateur général;
    - la vente du Mont-Orford à des intérêts privés;
    - la fermeture du zoo de Québec;
    - la chef de cabinet de la ministre Théberge qui use d'intimidation;
    - les critères de sélection modifiés, en cours de processus, des bureaux
      coordonnateurs;
    - la saga des festivals de films à Montréal;
    - la privatisation des hippodromes.
    >>


"Si le taux d'insatisfaction demeure si élevé à l'égard du premier ministre depuis près de trois ans maintenant, c'est parce que la population ne sent pas que M. Charest gouverne pour le bien collectif", a poursuivi la leader de l'opposition officielle, Diane Lemieux.

"Après trois années de déceptions libérales, les Québécoises et les Québécois veulent un gouvernement qui travaille à défendre leurs intérêts, un gouvernement au service du bien commun et de l'intérêt collectif, un gouvernement où la solidarité dominera son action. Ils veulent un gouvernement à l'écoute, compréhensif, qui décidera en tenant compte de leurs valeurs et de leurs ambitions. C'est l'engagement que nous prenons", a conclu le chef du Parti Québécois, André Boisclair.

-%SU: CPN

-%RE: 37


Communiqué envoyé le 19 juin 2006 à 14:17 et diffusé par :