Le Lézard

La Conférence nationale de recherche en alphabétisation de l'enfance gagne les collectivités locales



CHARLOTTETOWN, le 19 juin /CNW/ -- CHARLOTTETOWN, le 19 juin /CNW/ - Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation animera aujourd'hui une série d'ateliers visant à gagner davantage les collectivités d'un bout à l'autre du Canada et à leur présenter les plus récents et les plus intéressants résultats de recherche sur le langage et l'alphabétisation. La 5e Conférence annuelle du Réseau, qui se déroulera du 18 au 20 juin à Charlottetown, à l'Î.-P.-É., réunira plus de 250 chercheurs, décideurs et intervenants afin de partager les dernières constatations provenant des recherches sur le langage et l'alphabétisation.

En accord avec le thème de la conférence de cette année, "Les mots, un univers à découvrir : partenaires pour l'alphabétisation des enfants", le Réseau proposera de nombreux ateliers conçus précisément pour stimuler les échanges entre les chercheurs, les intervenants, les parents et les enseignants et portant sur le développement du langage et de l'alphabétisation des enfants. Le Réseau espère bâtir ainsi que développer des ressources et des contacts qui lui permettront d'améliorer et de favoriser le développement du langage et de l'alphabétisation des enfants.

"Le défi d'aujourd'hui est de réunir d'éminents chercheurs dans le développement du langage et de l'alphabétisation des enfants ainsi que des intervenants, des parents et des enseignants qui sont actifs dans la vie d'enfants", a déclaré Don Jamieson, chef de la direction et directeur scientifique du Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation. "Cette conférence constitue le moyen de communiquer à ces groupes les plus récentes découvertes en matière de développement du langage et de l'alphabétisation en plus de permettre aux membres de la collectivité de participer à la recherche sur le langage et l'alphabétisation ainsi qu'au développement du langage et des capacités de lecture des enfants canadiens."

Six ateliers sont prévus en soirée le 19 juin, soit de 17 h à 18 h 30, à l'Hôtel Delta Prince Edward, et 12 ateliers additionnels auront lieu le 20 juin. On y abordera notamment la participation active de la collectivité dans la recherche sur l'alphabétisation, la littératie familiale, les outils de dépistage et d'intervention pour les enseignants, l'évaluation des programmes et les ressources.

Parmi les autres faits saillants de la conférence, on note des exposés de la part de J. Douglas Willms, directeur, Canadian Research Institute for Social Policy, et de David Gough, directeur, The Evidence for Policy and Practice Information and Coordinating Centre, Faculté d'éducation de l'Université de London. Une discussion de groupe en matière d'alphabétisation et de politiques publiques est également prévue, les participants sont les suivants : David Gough; Charles Ungerleider, directeur, Recherche et mobilisation des connaissances, Conseil canadien sur l'apprentissage; Joy K. MacPhail, ex-ministre de l'Éducation, gouvernement de la Colombie-Britannique et James Page, ex-directeur général, Programme national d'alphabétisation.

Pour obtenir de plus amples renseignements concernant la Conférence annuelle du Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation, veuillez consulter la page Web suivante

http://www.cllrnet.ca/index.php?fa=Conference.welcome

Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation, réseau national regroupant des Centres d'excellence, est un point de rencontre pour les experts scientifiques, les cliniciens, les étudiants et les éducateurs, ainsi que pour ses partenaires des secteurs public et privé. Le Réseau a pour mission de générer, d'intégrer et de diffuser des connaissances et des recherches scientifiques impartiales qui ont pour but d'améliorer et de maintenir les capacités langagières, de lecture et d'écriture des enfants canadiens. L'Université de Western Ontario est l'établissement hôte du Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation. Pour obtenir de plus amples renseignements concernant le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation, veuillez consulter le site www.cllrnet.ca

    <<
                             FICHE DOCUMENTAIRE
    >>


Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation

Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation a été constitué par un groupe de chercheurs de pointe canadiens qui partageaient un intérêt scientifique de longue date pour le langage et l'alphabétisation. Le Réseau est constitué en société sans but lucratif et est dirigé par un conseil d'administration dont les membres ont de l'expérience en affaires, en droit, en comptabilité, en soins de santé, en journalisme ainsi que dans les secteurs universitaire et public. Des activités de recherche se poursuivent dans plus de 33 établissements du pays, avec la participation de 125 chercheurs, de 68 attachés de projets, de 230 étudiants et de 126 partenaires des secteurs public, privé et bénévole. Le Réseau, qui a son siège social à l'université de Western Ontario, recevra une subvention de 3,55 millions de dollars par an de 2005 à 2008.

Les objectifs du réseau

    <<
    -  Créer des connaissances et les intégrer au savoir actuel pour
       améliorer les compétences linguistiques des enfants canadiens, ainsi
       que leurs capacités de lecture et d'écriture.
    -  Établir des réseaux de groupes d'intervenants pour faciliter la mise
       en application des résultats de la recherche.
    -  Mesurer l'efficacité des pratiques traditionnelles dans le domaine et
       mettre en application les connaissances existantes pour créer de
       meilleurs programmes et protocoles d'éducation et de traitement.
    -  Mettre sur pied des réseaux permanents à l'échelle fédérale et
       provinciale pour l'élaboration de politiques fondées sur des données
       probantes.

    Principales activités du Réseau

    -  Investir dans des projets pluridisciplinaires et optimiser les
       connaissances accessibles à tous les participants du Réseau.
    -  Investir dans des ressources partagées et des technologies complexes
       pour les rendre accessibles aux chercheurs individuels.
    -  Octroyer des fonds pour former des étudiants dans le domaine du
       langage et de l'alphabétisation, et favoriser l'émergence de la
       prochaine génération de spécialistes dans ce domaine.
    -  Créer des liens entre les milieux de la recherche et de l'éducation,
       les cliniciens et les autres partenaires, ce qui permettra de
       concrétiser rapidement les résultats.
    -  Promouvoir l'établissement de partenariats avec l'industrie, les
       associations dans les domaines de l'éducation et de la santé, les
       organismes de prestation de services, les organisations sans but
       lucratif et le gouvernement.
    >>


Quatre domaines de recherche prioritaires

Le Réseau a établi que des retombées socio-économiques positives étaient liées à l'amélioration des compétences linguistiques et de l'alphabétisation chez les jeunes enfants au Canada. Les Canadiens dont les compétences en lecture et en écriture sont les plus faibles connaissent un taux de chômage élevé (26 p. 100) comparativement à ceux dont les compétences sont les plus élevées (taux de chômage de seulement 4 p. 100). Les priorités de recherche du Réseau portent sur quatre groupes d'enfants dont le développement du langage et l'alphabétisation est à risque.

    <<
    1.  Les enfants autochtones

    Entre 40 et 50 p. 100 des enfants autochtones n'atteignent pas le niveau
requis aux tests d'alphabétisation et de calcul de la 4e, de la 7e et de la
10e année. En outre, 75 p. 100 ne parviennent pas à obtenir leur diplôme
d'études secondaires. Le fait de mettre l'accent sur le développement du
langage et l'alphabétisation dès les premières années pourrait entraîner une
différence marquée.

    2.  Enfants de familles d'immigrants

    À l'heure actuelle, 60 p. 100 de l'accroissement démographique au Canada
est attribuable à l'arrivée d'immigrants. Pour la majorité d'entre eux, la
langue maternelle n'est ni le français ni l'anglais. La plupart sont jeunes,
ont de jeunes enfants ou envisagent de fonder une famille. Selon Statistique
Canada, il faut de sept à huit ans aux enfants de familles d'immigrants pour
atteindre la norme d'alphabétisation des Canadiens. À l'âge adulte, ce retard
non rattrapé se traduit par un salaire inférieur de 20 p. 100 à celui des
Canadiens de naissance.

    3.  Enfants appartenant à une minorité linguistique

    Les compétences de lecture et d'écriture et la capacité de calcul de 48 p.
100 des Canadiens adultes francophones sont trop limitées pour leur permettre
de comprendre la majorité des textes qu'ils rencontrent dans leurs activités
courantes. Cette situation est particulièrement évidente à l'extérieur du
Québec.

    4.  Enfants qui n'acquièrent pas de bonnes compétences de lecture et
        d'écriture en raison d'un manque d'instruction

    Des travaux de recherche montrent que 15 p. 100 des élèves de l'école
secondaire de l'Ontario qui suivent le programme général ne réussissent pas le
test d'alphabétisation de la 10e année et que 55 p. 100 de ceux inscrits au
programme technique échouent le test de lecture. Le taux de décrochage
scolaire au niveau des études secondaires a atteint près de 30 p. 100 l'an
dernier.
    >>


Pour en apprendre davantage, veuillez consulter le site Web www.cllrnet.ca (cliquez sur Français).


Communiqué envoyé le 19 juin 2006 à 08:01 et diffusé par :