Le Lézard

La Journée de l'enfant africain (le 16 juin) souligne l'effet dévastateur continu de la violence sur la vie des enfants africains



REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, le 16 juin /CNW/ -- Le président d'UNICEF Canada, Nigel Fisher, est sur le terrain en

République démocratique du Congo, où la guerre a tué 1,7 million

d'enfants de moins de cinq ans

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, le 16 juin /CNW/ - Au cours des 16 années qui se sont écoulées depuis que les dirigeants africains ont choisi de rendre hommage au soulèvement de Soweto en déclarant le 16 juin "Journée de l'enfant africain", bien peu auraient imaginé qu'un jour des milliers d'enfants seraient tués chaque année et des millions forcés de lutter avec de graves blessures physiques et psychologiques. Cette année, l'UNICEF se joint à la communauté internationale pour souligner la Journée de l'enfant africain en attirant l'attention sur la violence commise envers les enfants et sur ce qui devrait être fait pour protéger leur vie et leur enfance. De plus, monsieur Fisher quittera la République démocratique du Congo demain afin de se rendre au Rwanda, où il a supervisé les efforts humanitaires de l'UNICEF suite au génocide.

Monsieur Nigel Fisher, président et chef de la direction d'UNICEF Canada, se trouve cette semaine en République démocratique du Congo, où il a pu constater l'effet dévastateur de la violence pendant un conflit armé. Cette situation inclue l'utilisation du viol comme arme de guerre sur les enfants et en particulier sur les filles. La République démocratique du Congo est l'un des exemples les plus frappants de la façon dont l'espoir de l'Afrique d'atteindre un état de paix durable risque d'être miné par la violence horrible infligée aux enfants à cause, dans le cas présent, du conflit armé.

Selon une enquête menée par le Comité international de secours (IRC) et publiée par Lancet, on estime que 3,9 millions de personnes sont mortes entre 1998 et 2004 à cause de la guerre en République démocratique du Congo. De ce nombre, 45 pour cent étaient des enfants de moins de cinq ans, ce qui signifie que 1,7 million d'enfants, soit 567 chaque jour, ont perdu la vie dans cette nation déchirée par le conflit.

Des femmes et des enfants, certains d'à peine huit ans, continuent d'être violés bien que le pays s'apprête à vivre ses premières élections nationales en plus de quatre décennies. On estime que 5 000 à 7 000 enfants sont toujours dans des groupes armés dans l'est du pays.

Lors d'une entrevue téléphonique tenue jeudi, monsieur Fisher a souligné que la situation en République démocratique du Congo constitue une situation d'urgence de proportions inouïes. "Ici, le conflit est devenu une guerre contre les enfants, incluant les milliers de filles qui sont violées chaque année tant par les groupes armés que lors des attaques dans les villages."

Monsieur Fisher décrit sa visite à un centre de transit de Bunia, où plus de mille filles (beaucoup âgées de neuf à douze ans seulement) ont trouvé refuge au cours des trois dernières années après avoir été engagées dans les forces de combat. Des centaines d'entre elles ont été des "épouses forcées" dans les forces armées, utilisées sexuellement par les combattants, et près du tiers des jeunes filles se sont ainsi trouvées enceintes. Des centaines d'autres avaient besoin d'une protection, car elles avaient été victimes d'agression sexuelle dans leur village ou forcées de se prostituer à cause du conflit.

Le centre, qui compte parmi les quelque quinze subventionnés par l'UNICEF d'un bout à l'autre du pays, constitue un lieu sûr pour les filles et, dans de nombreux cas, pour leurs bébés, où elles peuvent séjourner en attendant d'être réintégrées dans leur communauté. Les filles y reçoivent des consultations et un soutien psychosocial, ainsi que de l'aide pour reprendre une vie normale en acquérant des compétences artisanales et en se préparant à aller à l'école. Parce qu'elles sont souvent stigmatisées après avoir été engagées de force dans les combats armés ou la prostitution, les ONG locaux travaillent avec les parents et les communautés afin de médier le retour des enfants et leur réintégration à leur ancienne vie.

Monsieur Fisher a également visité les camps de personnes déplacées de Vilo et de Beni, où des enfants et leurs parents ont été obligés de fuir lorsque leur village ont été envahis par les groupes armés. L'UNICEF et ses partenaires s'emploient à fournir de l'eau salubre, des systèmes d'assainissement et des services de santé dans les camps, et à offrir une éducation et une scolarité aux enfants.

"L'effet qu'ont le conflit et la violence sur les enfants en République démocratique du Congo ne peut être surestimé", explique monsieur Fisher. "Ce pays est en situation de crise depuis plusieurs années, mais le monde ne s'est pas rendu compte de la véritable ampleur de cette situation d'urgence, ni de la dévastation totale et absolue qu'elle cause chez les enfants."

Monsieur Fisher souligne que l'approche des élections offre un certain degré d'espoir et d'optimisme pour l'avenir, mais il ajoute que la communauté internationale, de même que les entreprises du secteur privé qui tirent parti des ressources naturelles du pays, doivent prendre des mesures afin d'édifier des systèmes sociaux et économiques durables pour que les enfants puissent connaître la paix et avoir un avenir. "Le signe d'espoir le plus réconfortant que j'aie vu réside dans la résistance des enfants que j'ai rencontrés au cours des derniers jours", dit monsieur Fisher. "Malgré le traumatisme inimaginable qu'ils ont vécu, ils arrivent encore à sourire, à rire et à être des enfants. Ces enfants méritent un avenir et, pour cela, ils ont besoin que le monde leur prête attention."

Chef de file mondial des organismes d'aide à l'enfance, l'UNICEF s'emploie à sauver, protéger et améliorer la vie des filles et des garçons dans 155 pays et territoires. L'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, assure la promotion d'une éducation de base de qualité, protège les enfants contre la violence, l'exploitation et le sida et est la principale source d'approvisionnement en vaccins des nations en développement. Chef de file mondial des organismes d'aide et fort de six décennies d'expérience sur le terrain, l'UNICEF sauve et rebâtit la vie des enfants en situation de conflit et de catastrophe naturelle. L'UNICEF est entièrement tributaire des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations, d'écoles, d'associations et de gouvernements.

Remarque aux photothèques et aux diffuseurs : Des photos de la visite de monsieur Nigel Fisher en République démocratique du Congo sont fournies sur demande.


Communiqué envoyé le 16 juin 2006 à 15:20 et diffusé par :