Le Lézard

Projet de loi 33 sur l'assurance santé privée: Déception à l'Institut économique de Montréal



MONTRÉAL, le 16 juin /CNW/ -- MONTRÉAL, le 16 juin /CNW Telbec/ - Le projet de loi 33 déposé hier à l'Assemblée nationale par le ministre de la Santé déçoit la vice-présidente de l'Institut économique de Montréal (IEDM), Tasha Kheiriddin, qui estime que l'ouverture à l'assurance santé privée n'aurait pas dû être limitée à seulement trois procédures chirurgicales électives.

"Il est décevant de voir que, bien que la Cour Suprême ait indiqué dans sa décision de juin 2005 que des Québécois meurent sur les listes d'attente du régime public, le gouvernement Charest ait décidé de maintenir l'interdiction des assurances privées pour des traitements plus fondamentaux", a affirmé Mme Kheiriddin.

Selon Norma Kozhaya, économiste à l'IEDM, aucun pays où l'assurance santé duplicative est disponible - par exemple la Finlande, l'Australie, l'Irlande, ou l'Italie - ne limite la couverture à un nombre très réduit de services comme le propose le ministre de la Santé dans son projet de loi.

"Une réelle ouverture aux assurances privées aurait permis d'augmenter les ressources globales consacrées à la santé, et donc de diminuer éventuellement les listes d'attente. Une étude de l'OCDE confirme que plus importantes sont les ressources (publiques et privées) moins on observe de listes d'attente", a ajouté Mme Kozhaya.

L'IEDM salue toutefois la décision du gouvernement d'avoir choisi la voie réglementaire plutôt que législative pour l'ouverture éventuelle de l'assurance privée à d'autres traitements médicaux et hospitaliers.


Communiqué envoyé le 16 juin 2006 à 10:46 et diffusé par :