Le Lézard

L'impasse demeure entière - Le maire Claude Gladu perplexe et déçu de l'attitude de la ministre Normandeau dans le dossier de l'agglomération de Longueuil



LONGUEUIL, le 12 mai /CNW/ -- LONGUEUIL, le 12 mai /CNW Telbec/ - Commentant la rencontre tenue hier entre les maires de l'agglomération de Longueuil et la ministre des Affaires municipales et des Régions, le maire de Longueuil, Claude Gladu, a qualifié les propositions de la ministre de décevantes. Selon lui, il est impératif à ce moment-ci de prendre un certain recul afin d'analyser l'étrange comportement du gouvernement du Québec dans le dossier de l'agglomération.

"Je suis à ce point perplexe à l'égard de l'approche de la ministre que je me demande si elle a lu le rapport de son médiateur, Jean Pronovost", dit le maire Gladu. Si tel est le cas, cet exercice de médiation n'aura été qu'une perte de temps et peut-être même une mascarade.

Au terme de la rencontre d'hier, les villes défusionnées ont demandé une autre coupe de 10 millions de dollars dans le budget d'agglomération alors que deux jours plus tôt, son médiateur, Jean Pronovost, indiquait clairement que le budget préparé par Longueuil était à toutes fins utiles incompressible. De son côté, la ministre n'a fait aucune demande aux municipalités reconstituées qui ont pourtant été visées par le rapport du médiateur. Aucune ouverture non plus quant à la mise en place d'un mécanisme de gouvernance viable contrairement à la règle actuelle de la double majorité.

Le maire Claude Gladu ne voit pas, à la suite de cette rencontre qu'il qualifie d'échec, la volonté de Québec, ni celle des maires des villes reconstituées, de contribuer à faire fonctionner cette agglomération. "Le rapport du médiateur nous donnait des perspectives encourageantes quant à la possibilité de faire avancer ce dossier. Le rapport était d'une grande clarté et offrait des pistes de solution intéressantes. Là on nous ramène à la case départ", conclut le président du conseil d'agglomération.

Le maire Gladu constate malheureusement que plus de quatre mois de rencontres, une vingtaine de séances d'information et de négociation et une étude approfondie du dossier par un médiateur auront été parfaitement inutiles. "Tout cela payé par nos citoyens qui devront acquitter plus de 4,5 millions de dollars en frais d'intérêts", ironise le maire M. Gladu, qui se dit abasourdi par l'attitude incohérente de Québec dans ce dossier.

"Si la ministre devait vraisemblablement imposer d'ici quelques jours un budget comportant des coupes additionnelles pour l'agglomération, je l'invite à la plus grande prudence car elle devra répondre des conséquences à la population. Je la réfère encore au rapport de son médiateur", dit le maire Gladu. Il rappelle par ailleurs que quelles que soient les décisions budgétaires de la ministre, l'agglomération demeurera paralysée à cause de sa double majorité.


Communiqué envoyé le 12 mai 2006 à 13:12 et diffusé par :