Le Lézard

Résultats du scrutin syndical 2006 dans la construction



MONTRÉAL, le 15 juin /CNW/ -- MONTRÉAL, le 15 juin /CNW Telbec/ - La Commission de la construction du Québec (CCQ) a dévoilé cet après-midi les résultats du 11e scrutin syndical qui s'est tenu partout au Québec les 8, 9 et 10 juin derniers.

Au terme de la compilation, la nouvelle répartition des travailleurs et des travailleuses par association syndicale, qui entrera en vigueur à compter du 1er septembre 2006, s'établit comme suit en termes de pourcentage :

    <<
    Représentativité syndicale
    -------------------------------------------------------------------------
                                                    2003 (%)    2006 (%)
    -------------------------------------------------------------------------
    CSD-Construction                                13,8        14,0
    CSN-Construction                                10,6        10,6
    CPQMC-International                             30,3        27,0
    FTQ-Construction                                41,5        43,9
    Syndicat québécois de la construction            3,7         4,5
    -------------------------------------------------------------------------
    >>


En 2006, ce sont plus de 146 000 travailleurs et travailleuses qui étaient appelés à voter pour exprimer leur choix d'allégeance. Si tous pouvaient exercer ce droit, le vote de 113 000 d'entre eux, "les votants", comptait pour la représentativité des associations syndicales aux fins de la négociation des prochaines conventions collectives sectorielles. Pour être considéré comme un votant, il fallait que le travailleur remplisse certaines conditions reliées au nombre d'heures de travail ou à l'âge. En 2003, année du dernier scrutin syndical, le nombre de votants totalisait 93 000 personnes.

En 2006, ce sont 11 275 votants qui se sont déplacés pour voter, soit près de 10 % du nombre total des votants. Ce nombre a presque doublé par rapport à 2003. Parmi les personnes qui se sont déplacées pour voter, 97 % l'ont fait pour changer d'allégeance syndicale, tandis que 3 % ont choisi de confirmer en personne leur choix syndical.

Le vote permet aussi aux travailleurs et travailleuses qui le désirent, d'adhérer à une autre association syndicale reconnue pour une période d'au moins trois ans.

Rappelons qu'en vertu du principe de la présomption de vote, seulement ceux et celles qui désirent modifier leur allégeance doivent aller voter. Ainsi pour ceux et celles qui désirent conserver leur allégeance syndicale, il n'y a pas d'obligation de se déplacer dans un bureau de scrutin pour voter. Le fait de ne pas voter est considéré comme une volonté de ne pas changer d'association syndicale.

Organisé et supervisé par la Commission de la construction du Québec, le scrutin syndical permet de déterminer la représentativité des associations syndicales relativement à la négociation des conventions collectives qui devrait s'amorcer au cours des prochains mois. Il sert aussi à fixer le nombre de membres qui siégera à certains comités paritaires de la CCQ.

En effet, la loi qui régit l'industrie de la construction, la Loi R-20 (Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'?uvre dans l'industrie de la construction), stipule qu'un scrutin doit avoir lieu onze mois avant l'échéance des conventions collectives. Or, elles prendront fin officiellement le 30 avril 2007.

Depuis 1994, l'industrie de la construction au Québec est divisée en quatre secteurs aux fins de relations du travail : le génie civil et la voirie, le résidentiel, l'institutionnel et le commercial ainsi que l'industriel.

Tous ces secteurs disposent de leur propre convention collective qui est valide pour une période de trois ans. L'association syndicale ou le regroupement d'associations syndicales qui obtient 50 % plus un des votants négocie les quatre conventions pour l'ensemble des salariés. Du côté patronal, ce sont les associations patronales suivantes qui, en vertu de la Loi R-20, ont la responsabilité de négocier : l'Association de la construction du Québec (ACQ) pour le secteur institutionnel et commercial, de même que pour le secteur industriel, l'Association des constructeurs d'habitations du Québec (APCHQ) pour le secteur résidentiel et, enfin, l'Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec (ACRGTQ) pour le secteur génie civil et voirie.

En vertu de la Loi R-20, la Commission de la construction du Québec a notamment le mandat de tenir un scrutin syndical tous les trois ans et de veiller à l'application des conventions collectives conclues par les parties patronale et syndicale.


Communiqué envoyé le 15 juin 2006 à 14:45 et diffusé par :