Le Lézard

Adoption de la Loi sur la réduction de la dette et instituant le Fonds des générations - "Un geste historique pour l'avenir du Québec" - Michel Audet



QUÉBEC, le 15 juin /CNW/ -- QUÉBEC, le 15 juin /CNW Telbec/ - Le ministre des Finances, M. Michel Audet, s'est réjoui de l'adoption du projet de loi no 1, Loi sur la réduction de la dette et instituant le Fonds des générations. "Avec le Fonds des générations, nous allons doter le Québec d'un outil permanent qui sera affecté exclusivement au remboursement de la dette. Il s'agit là d'un geste historique pour l'avenir de nos enfants et l'avenir du Québec", a déclaré M. Audet.

"Le gouvernement devait agir parce qu'il ne pouvait pas reporter l'action à plus tard. Nous ne pouvions pas rester les bras croisés devant une dette totale, au 31 mars 2006, de 118,2 milliards de dollars", a poursuivi le ministre des Finances en ajoutant que "le gouvernement a ainsi choisi une approche pragmatique, à la hauteur de nos moyens et qui nous permettra d'atteindre une cible concrète. Le 31 mars 2026, la dette ne devra plus représenter que 25 % du PIB, alors qu'elle en représente 43 % actuellement".

Pour arriver à ce résultat, la loi prévoit des sources de revenus exclusivement dédiées au remboursement de la dette qui n'auront pas pour effet d'augmenter les taxes ou les impôts existants. L'eau, richesse naturelle des Québécois, sera à la base du financement du Fonds des générations, notamment par les redevances hydrauliques que versera Hydro-Québec.

Reconnaissance de l'agence Moody's

Par ailleurs, le ministre s'est dit extrêmement fier de la décision toute récente de l'agence Moody's d'augmenter la cote de crédit du Québec de A1 à Aa3. À cet égard, il faut rappeler que Moody's a fondé sa décision non seulement sur la gestion rigoureuse des dépenses ainsi que l'amélioration générale de la situation des finances du Québec depuis 2003 mais aussi sur le développement par le gouvernement d'une stratégie claire de réduction du fardeau de la dette par la création du Fonds des générations.

Volte-face de l'ADQ

Contre toute attente, les députés de l'Action démocratique du Québec (ADQ) se sont prononcés contre la création du Fonds des générations, lors du vote à l'Assemblée nationale ce matin. "Je ne comprends pas ce changement de cap de l'ADQ et de Mario Dumont. L'aile jeunesse de son propre parti avait publiquement demandé au gouvernement de tenir des consultations publiques sur l'enjeu de la dette, ce que nous avons fait en février dernier, et elle a même participé à ces consultations pour réclamer au gouvernement de faire de la dette une priorité. Mario Dumont devra maintenant répondre de son incohérence devant la population, et particulièrement devant les jeunes. Le plus décevant, c'est qu'au cours des 30 heures de travaux parlementaires qui se sont échelonnés sur plus de trois semaines et qui ont mené à l'adoption de cette loi, aucun député de l'ADQ n'a pris part aux discussions", a déploré le ministre des Finances.

30 ans pour solutionner 30 ans d'accumulation

Près de 90 milliards de dollars de la dette actuelle accumulée au cours des 30 dernières années ont servi à financer une partie des dépenses courantes des anciens gouvernements plutôt que pour financer des infrastructures. Le Fonds vise spécifiquement cette portion de la dette, car celle-ci ne laisse en échange aucun actif aux prochaines générations. "Grâce au Fonds des générations, nous pourrons constituer en 30 ans un fonds d'une valeur de 90 milliards de dollars sans alourdir le fardeau fiscal des contribuables. Ainsi, les prochaines générations n'auront pas à supporter ce fardeau qui s'est accumulé depuis 30 ans", a précisé le ministre.

"C'est la première fois qu'un gouvernement au Québec met en place un plan concret pour éliminer la dette qui a servi à financer des dépenses courantes. Commencer à rembourser la dette permettra en définitive d'améliorer l'équité envers les générations futures et de préserver la capacité du Québec à maintenir le niveau et la qualité des services publics", a conclu M. Audet.

-%SU: TAX

-%RE: 1


Communiqué envoyé le 15 juin 2006 à 14:43 et diffusé par :