Le Lézard
Classé dans : Santé, Le virus Ebola
Sujet : Lois fédérales et d'états

L'austérité libérale frappe de nouveau - Les budgets de santé publique de Laval amputés de 913 500 dollars



QUÉBEC, le 3 mars 2015 /CNW Telbec/ - Le député de Rosemont et porte-parole de l'opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile et de prévention, Jean-François Lisée, et la députée de Taillon et porte-parole en matière de santé et d'accessibilité aux soins, Diane Lamarre, dénoncent les coupes de 913 500 dollars en santé publique qui seront imposées à la région de Laval à compter du 1er avril prochain.

Rappelons qu'en septembre dernier, lors du dépôt du projet de loi 10, le ministre avait annoncé son intention de couper 20 millions en santé publique; on apprend maintenant qu'il met de nouveau la hache dans un programme pourtant essentiel et coupe 3,7 millions supplémentaires. C'est injustifiable.

« Peu importe l'économie qu'elles peuvent représenter pour le gouvernement à court terme, ces coupes auront inévitablement de graves conséquences à moyen et à long termes pour la santé de notre population et pour les finances du Québec. Les directions régionales de santé publique devront vraisemblablement couper dans leurs services, car plus de 30 % de leurs budgets seront amputés », a déclaré Jean-François Lisée.

« La santé publique, c'est entre autres la prévention, la vaccination, la surveillance des maladies infectieuses, comme l'Ebola, la prévention du tabagisme, le dépistage du cancer du sein, ou encore le soutien apporté à la communauté de Lac-Mégantic après la tragédie de juillet 2013. Ces exemples nous montrent qu'on ne coupe pas dans les structures, comme on voudrait le faire croire, mais bien dans le coeur d'actions qui ont un effet positif sur notre quotidien. Ces coupes sont un autre mauvais choix du gouvernement en matière de santé. Déjà sous-financée au Québec, la santé publique est pourtant loin d'être une dépense; c'est plutôt un investissement. Le gouvernement actuel, dirigé par des médecins, devrait la promouvoir et non l'amputer », a ajouté Diane Lamarre.

Pour chaque dollar investi en prévention et en santé publique, le retour est incontestablement supérieur à l'investissement. À titre d'exemple, un dollar investi dans la lutte contre le tabagisme rapporte 20 dollars. « Où est la logique qui guide les choix de ce gouvernement? Pourquoi couper des investissements qui rapportent autant? », se demandent les députés.

 

SOURCE Aile parlementaire du Parti Québécois


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 06:30
Le nombre de morts par surdose ne cesse d'augmenter. Pourtant, nos gouvernements ne semblent pas saisir l'ampleur du phénomène, ni comprendre les raisons qui font que les mesures prises jusqu'à maintenant n'ont peu ou pas d'impact. C'est désormais...

à 06:30
Merck, société leader dans le domaine des sciences de la vie, des...

à 06:12
L'equipe Humaniq a annoncé aujourd'hui qu'elle va rejoindre le groupe de coordination dirigé par la "Biometrics Institute", entre autre elle traitera avec d'autres membres des problèmes de sécurité, de technologies et d'éthique. Suite à son...

à 06:03
En vertu des exigences d'alerte précoce de la norme canadienne 62-103, Thérapeutique Knight inc. («?Knight?») , a annoncé aujourd'hui un accroissement de son intérêt dans les titres de Crescita Therapeutics Inc. («?Crescita?»). Le 16 février...

à 06:00
Le nombre de décès de nouveau-nés à l'échelle internationale demeure à un niveau alarmant, particulièrement dans les pays les plus démunis, a déclaré aujourd'hui l'UNICEF dans un nouveau rapport sur la mortalité néonatale. Les bébés nés au Japon, en...

à 05:59
De nouvelles données réelles évaluant l'efficacité comparative d'ENTYVIO® (vedolizumab) et du traitement par inhibiteur du facteur de nécrose tumorale alpha...




Communiqué envoyé le 3 mars 2015 à 11:20 et diffusé par :