Le Lézard

Port méthanier : selon la FCCQ, le Québec ne doit surtout pas manquer le bateau



CACOUNA, le 14 juin /CNW/ -- CACOUNA, le 14 juin /CNW Telbec/ - Dans le cadre des audiences du BAPE concernant l'implantation d'un terminal méthanier à Gros-Cacouna, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a insisté aujourd'hui sur l'importance pour le Québec de se doter, au minimum, d'une seconde source d'approvisionnement en gaz naturel et ce, par l'entremise d'un ou de plusieurs terminaux méthaniers sur le Saint-Laurent.

En effet, le Québec compte actuellement sur une seule source d'approvisionnement en gaz naturel, soit le pipeline en provenance de l'Ouest canadien. Cette situation est d'autant plus préoccupante que le contexte économique et politique mondial impose au Québec de sécuriser ses importations de gaz naturel et de réduire la vulnérabilité de ses approvisionnements. L'implantation d'un ou de plusieurs terminaux méthaniers pourrait ainsi permettre de réduire l'impact pour les entreprises et les consommateurs québécois des fluctuations de prix associées à cette forme d'énergie qui, rappelons-le, connaît un engouement sans précédent.

De plus, selon la FCCQ, l'implantation d'un ou de plusieurs terminaux méthaniers favoriserait également une saine concurrence entre les approvisionnements continentaux et internationaux et diminuerait potentiellement les coûts en énergie. En outre, en dynamisant l'industrie de l'énergie au Québec et son potentiel de production, l'implantation de terminaux méthaniers offrirait des perspectives intéressantes d'exportation de gaz naturel, notamment vers l'Est des États-Unis.

Par ailleurs, la FCCQ est consciente que le choix de l'emplacement d'un futur terminal méthanier est une décision d'une grande importance et, à cet effet, elle laisse le soin aux mécanismes d'évaluation et de consultation en place, tel le BAPE, de décider quels seront les meilleurs emplacements au Québec et les meilleurs moyens de mitigation pour implanter un ou des terminaux méthaniers, dans une perspective de développement durable.

"Plusieurs localités sur la côte Est américaine et dans les provinces atlantiques ont déjà amorcé la construction de terminaux méthaniers pour recevoir le gaz naturel liquéfié. Si le Québec laisse filer cette opportunité, il pourrait se retrouver de nouveau à l'extrémité d'un autre pipeline apportant le gaz des États-Unis vers le Canada, ce qui est loin d'être une situation idéale pour la sécurité énergétique et le développement économique du Québec", de déclarer la présidente-directrice générale de la FCCQ, Françoise Bertrand.

À propos de la FCCQ

Grâce à son vaste réseau de 164 chambres de commerce, la FCCQ représente 57 000 membres exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l'économie et sur l'ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d'affaires et d'entreprises au Québec, la FCCQ est l'ardent défenseur des intérêts de ses membres au chapitre des politiques publiques, favorisant ainsi un environnement d'affaires innovant et concurrentiel.


Communiqué envoyé le 14 juin 2006 à 13:42 et diffusé par :