Le Lézard

Avis aux médias: Le gouvernement du Canada informe les familles canadiennes à revenu modeste qu'elles peuvent obtenir le Bon d'études canadien



OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 14 juin 2006) - Cette semaine, Ressources humaines et Développement social Canada a fait parvenir un avis législatif à plus de 280 000 familles canadiennes pour les informer que leur enfant est admissible à un Bon d'études canadien de 500 $. L'objectif est d'aider les familles à commencer à épargner tôt en prévision des études postsecondaires de leur enfant.

"Le Bon d'études canadien permet d'offrir davantage de possibilités aux Canadiens en offrant aux citoyens de toutes les tranches de revenu un meilleur accès à l'éducation postsecondaire. Il s'agit d'un investissement dans l'avenir de nos enfants et dans l'avenir du Canada", a déclaré la ministre Finley.

Les enfants nés après le 31 décembre 2003 et dont la famille reçoit le Supplément de la prestation nationale pour enfants (SPNE), qu'on appelle aussi parfois "l'allocation familiale", sont admissibles au Bon d'études canadien. Il s'agit en général de familles dont le revenu net est d'environ 36 000 $ par année, ou moins.

L'avis législatif informe les parents que s'ils adhèrent à un régime enregistré d'épargne-études (REEE) au nom de leur enfant, le gouvernement du Canada y versera directement 500 $. Le gouvernement versera aussi 100 $ de plus par année au REEE de l'enfant pendant une période pouvant aller jusqu'à quinze ans, tant et aussi longtemps que la famille continue de recevoir le SPNE. Avec les intérêts, la somme pourrait atteindre 3 000 $ quand l'enfant aura dix-huit ans.

Tandis que le Bon d'études canadien représente une aide à l'épargne en prévision des études des enfants nés après le 31 décembre 2003 et issus d'une famille à revenu modeste, tous les enfants canadiens sont admissibles à une aide du gouvernement du Canada grâce à la Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE). Ainsi, selon le revenu du ménage, le gouvernement ajoutera chaque année un montant supplémentaire variant entre 20 et 40 % de la première tranche de 500 $ de cotisations au REEE, puis un montant correspondant à 20 % des cotisations additionnelles, jusqu'à concurrence de 2 000 $ par an.

On peut utiliser tant le Bon d'études canadien que la SCEE pour payer les frais associés aux études à temps plein et à temps partiel dans une université, un collège, un cégep ou une école de métiers, ou encore dans le cadre d'un programme d'apprentissage.

On peut consulter en ligne la brochure du Bon d'études canadien ou de la Subvention canadienne pour l'épargne-études à www.rhdsc.gc.ca (recherchez l'abréviation "BEC" ou "SCEE"). Pour en savoir plus sur ces programmes, vous pouvez composer le 1 800 O Canada (1 800 622-6232) ou le numéro d'ATS sans frais (1 800 926-9105), visiter un Centre Service Canada ou consulter www.cibletudes.ca.




Communiqué envoyé le 14 juin 2006 à 11:10 et diffusé par :