Le Lézard

La Financière agricole du Québec : un partenaire capital pour le secteur agricole et agroalimentaire québécois



SAINT-ROMUALD, QC, le 13 juin /CNW/ -- SAINT-ROMUALD, QC, le 13 juin /CNW Telbec/ - Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et député de Richmond, M. Yvon Vallières, a déposé hier le rapport annuel 2005-2006 de La Financière agricole du Québec à l'Assemblée nationale. Les résultats obtenus témoignent de son rôle clé dans le développement et la pérennité des entreprises agricoles et agroalimentaires au Québec.

La société administre des valeurs assurées de l'ordre de 4,2 milliards de dollars. Quant à son portefeuille de prêts garantis, il a atteint 4,2 milliards, ce qui représente près de 55 % du financement agricole au Québec.

"Après cinq ans d'existence, La Financière agricole du Québec est désormais reconnue comme un chef de file de l'industrie, et ce, grâce à l'engagement remarquable de ses employés. À travers ses interventions, elle a su, en effet, gagner la confiance et le respect du monde agricole et agroalimentaire. Dans sa relation avec la clientèle, La Financière agricole est présente pour la soutenir dans ses projets, tout comme elle est là également dans les moments plus difficiles", de souligner son président-directeur général, M. Jacques Brind'Amour.

Financement agricole et forestier

En 2005-2006, les prêts et les ouvertures de crédit autorisés par La Financière agricole se sont élevés à 710 millions de dollars. Plus de 3 000 autorisations de prêts agricoles ont été accordées, totalisant 563 millions de dollars. Toutefois, en raison du contexte, 18 % des prêts de cette année ont servi à des fins de consolidation pour soutenir les entreprises. Les ouvertures de crédit autorisées ont, quant à elles, atteint 124 millions de dollars, soit environ 5 % de plus que l'an dernier. De plus, 300 autorisations de prêts forestiers ont été accordées, pour un montant de 23 millions de dollars.

Appui à la relève agricole

La Financière agricole a autorisé, au cours du dernier exercice financier, des subventions à l'établissement totalisant 9,3 millions de dollars à 302 entreprises. De plus, un montant de 870 000 dollars a été accordé à 87 entreprises en vertu de la subvention au démarrage, soit une augmentation de 24 % par rapport à 2004-2005. Quant à la subvention à l'encadrement, 290 entreprises s'en sont prévalues, pour un montant total de 435 000 dollars. Ainsi, c'est près de 11 M $ qui ont été engagés pour appuyer financièrement la relève agricole en 2005-2006.

Assurance et protection du revenu

La Financière agricole offre aux entreprises des programmes d'assurance et de protection du revenu qui minimisent l'impact des nombreux risques auxquels elles sont exposées et elle contribue ainsi à leur stabilité financière.

En 2005-2006, le Programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) a couvert 17 464 productrices et producteurs. Les compensations ont totalisé 436,3 millions. Quant au Programme d'assurance récolte (ASREC), 13 320 entreprises y ont adhéré, et des indemnités de l'ordre de 58,9 millions de dollars ont été accordées.

La mise en place du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA) a requis des efforts considérables. Les ventes de produits admissibles déclarées par les clients du PCSRA en 2003 totalisaient 5,6 milliards de dollars. Cette somme représentait 92 % du total des ventes de produits agricoles admissibles au Québec pour cette période.

Investissements de Capital Financière agricole

Capital Financière agricole inc. (CFAI), filiale de La Financière agricole, a autorisé cette année huit investissements, soit 2,1 millions de dollars, afin de soutenir des projets totalisant 9 millions. Les investissements autorisés par CFAI ont permis de créer ou de maintenir quelque cent quarante emplois.

Diminution des frais administratifs et réduction des dépenses

Dans l'ensemble, les frais d'administration se sont élevés à 54 millions en 2005-2006, ce qui représente une diminution de 9,3 % par rapport à l'exercice financier précédent. Ces économies sont attribuables en grande partie aux efforts déployés pour la révision des processus liés à l'administration des programmes ainsi qu'à une gestion rigoureuse de ses dépenses administratives. Tout en réduisant ses dépenses administratives récurrentes, l'organisation a su maintenir la qualité des services offerts à sa clientèle.

Une organisation forte de son partenariat

Dans son action, La Financière agricole s'appuie sur un partenariat avec le milieu. À cet effet, le président du conseil d'administration de La Financière agricole et président général de l'Union des producteurs agricoles, M. Laurent Pellerin, a tenu à faire part de sa satisfaction : "Rapidité d'intervention, flexibilité et mesures ciblées en fonction des besoins du milieu sont au rendez-vous quand on dresse le bilan des interventions menées par La Financière agricole du Québec au cours de la dernière année. Mais la conjoncture particulièrement difficile de la dernière année, séquelles de l'ESB, effondrement des prix dans les céréales, ravages du syndrome de dépérissement post-sevrage en production porcine, flambée des coûts de l'énergie, complexité du Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA), a conduit La Financière agricole à intervenir au-delà de son mandat. Le gouvernement fédéral devrait assumer sa juste part de responsabilité afin de rétablir un équilibre fragilisé par la situation de crise qui perdure".

Source : La Financière agricole du Québec

Information : Nathalie Foster

Relationniste et porte-parole

La Financière agricole du Québec

(418) 834-6866, poste 6546

-%SU: AGR

-%RE: 1


Communiqué envoyé le 13 juin 2006 à 11:43 et diffusé par :