Le Lézard
Classé dans : L'environnement

La ministre de l'Environnement propose d'ajouter 42 espèces, dont le rorqual commun et le guillemot à cou blanc à la liste des espèces protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril



OTTAWA, le 12 juin /CNW/ -- OTTAWA, le 12 juin /CNW Telbec/ - L'honorable Rona Ambrose, ministre de l'Environnement, en collaboration avec l'honorable Loyola Hearn, ministre des Pêches et des Océans, a annoncé aujourd'hui sa proposition de recommander l'addition de 42 espèces d'animaux, de plantes et de poissons à la liste des espèces protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP).

La proposition de modifier cette liste a été publiée dans la Partie I de la Gazette du Canada, le 10 juin dernier. Les Canadiens ont donc jusqu'au 10 juillet 2006 pour faire d'autres commentaires ou pour exposer leurs préoccupations au sujet des recommandations d'inscription. Une décision finale sur ce groupe d'espèces sera prise par le gouvernement d'ici au 16 août 2006.

La proposition d'ajouter de nouvelles espèces à la LEP repose sur les évaluations scientifiques du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et sur les consultations menées auprès des gouvernements, des propriétaires fonciers, des conversationnistes, des peuples autochtones, des intervenants et du public canadien. Le COSEPAC évalue la situation biologique et les risques d'extinction en se servant des meilleures connaissances scientifiques, communautaires et traditionnelles autochtones disponibles. Le gouvernement a reçu ces évaluations en novembre 2005.

La ministre de l'Environnement recommande l'inscription de 32 espèces terrestres et de 10 espèces aquatiques, notamment des oiseaux, des reptiles, des arthropodes, des plantes, des mousses, des lichens, des poissons et des baleines. L'un des avantages importants de l'addition d'espèces à l'Annexe 1 est que cette liste contribue à maintenir la diversité et des populations saines.

La ministre de l'Environnement recommande de ne pas inscrire huit espèces aquatiques, pour le moment, notamment cinq populations de bélugas, le requin-taupe commun et deux populations d'esturgeon blanc. Pour plus d'information, veuillez consulter la fiche d'information ci-jointe, intitulée "Motifs de la recommandation de ne pas inscrire des espèces sur la liste de la LEP".

Il est également proposé de ne pas inscrire l'héliotin blanc satiné pour le moment. Ce dossier doit être renvoyé au COSEPAC pour renseignements et examen complémentaires, en raison du peu d'information disponible sur cette espèce.

La mise en ?uvre de la Loi sur les espèces en péril renforce l'engagement du Gouvernement du Canada de veiller à la protection des espèces en péril et de leurs écosystèmes. En vertu de la loi, l'intendance est la première intervention pour la protection de l'habitat.

    <<
    Fiches d'information connexes :

    - Motifs de la recommandation de ne pas inscrire des espèces en vertu de
      ----------------------------------------------------------------------
      la Loi sur les espèces en péril
      -------------------------------

    - Le processus d'inscription des espèces sur la liste de la Loi sur les
      ---------------------------------------------------------------------
      espèces en péril
      ----------------
      (www.sararegistry.gc.ca/species/listing_e.cfm)

    - 42 espèces faisant l'objet d'une proposition d'inscription sur la liste
      -----------------------------------------------------------------------
      de la LEP
      ---------
      (www.sararegistry.gc.ca/regs_orders/RIAS_0606_e.cfm)


    (Also available in English)


    -------------------------------------------------------------------------
                             FICHE D'INFORMATION
    -------------------------------------------------------------------------

         MOTIFS DE LA RECOMMANDATION DE NE PAS INSCRIRE DES ESPÈCES
                 EN VERTU DE LA LOI SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL

    Il importe de noter que la Loi sur les espèces en péril (LEP) sépare le
processus de l'évaluation scientifique de celui de la prise de décision à
propos de l'inscription. Cette approche permet de laisser les scientifiques
formuler des recommandations de façon entièrement indépendante, tandis que les
décisions qui touchent les Canadiens sont prises par des représentants élus
qui en seront tenus responsables.
    Le 12 juin 2006, la ministre de l'Environnement, en collaboration avec le
ministre des Pêches et des Océans, a annoncé sa proposition de recommander
l'addition de 42 espèces d'animaux, de plantes et de poissons à la liste des
espèces protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP).
    La ministre de l'Environnement recommande de ne pas inscrire, pour le
moment, huit espèces aquatiques, dont cinq populations de bélugas (baie
d'Ungava, baie Cumberland, les parties Est et Ouest de la baie d'Hudson et la
partie Est de l'Extrême-Arctique/baie de Baffin), le requin-taupe commun et
deux populations d'esturgeon blanc (cours inférieur et cours moyen du Fraser).
    La ministre de l'Environnement recommande de ne pas inscrire, pour le
moment, cinq populations de bélugas, afin de laisser plus de temps pour une
participation accrue du Conseil de gestion des ressources fauniques du
Nunavut. Cet apport supplémentaire est une façon de veiller à ce que les
décisions d'inscription finales tiennent pleinement compte de l'opinion des
Inuit et du Conseil. Les mesures de conservation sévères déjà en place pour
les bélugas seront maintenues.
    Selon l'évaluation du COSEPAC, il existe six populations d'esturgeon blanc
qui sont géographiquement ou génétiquement distinctes. La ministre de
l'Environnement, suivant les conseils du ministre des Pêches et des Océans,
étudiera chacune de ces populations comme une espèce distincte.
    Selon l'évaluation du COSEPAC, il existe six populations géographiquement
ou génétiquement distinctes d'esturgeon blanc. La ministre de l'Environnement,
suivant les conseils du ministre des Pêches et des Océans, étudiera chacune
des six populations comme une espèce distincte. La ministre de l'Environnement
recommande d'inscrire quatre des populations d'esturgeon blanc en vertu de la
LEP (rivière Nechako, cours supérieur du Columbia, rivière Kootenay et cours
supérieur du Fraser), mais de ne pas inscrire les deux autres (cours inférieur
et cours central du Fraser) en raison du caractère négatif des impacts
socio-économiques sur les peuples autochtones et le secteur de la pêche
sportive. Toutes les populations d'esturgeon blanc continueront d'être gérées
attentivement en vertu de la Loi sur les pêches et les intervenants
poursuivront leurs efforts de rétablissement et de conservation.
    La ministre de l'Environnement recommande aussi de ne pas inscrire le
requin-taupe commun en vertu de la LEP, mais de continuer à le gérer
attentivement en vertu de la Loi sur les pêches. Cette mesure permettra de
maintenir la participation de l'industrie de la pêche aux activités de
conservation.
    Il est également proposé de ne pas inscrire l'héliotin blanc satiné pour
le moment. Ce dossier doit être renvoyé au COSEPAC pour renseignements et
examen complémentaires, en raison du peu d'information disponible sur cette
espèce.
    >>

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 05:00
Pour relever le défi du changement climatique, d'importants changements sont requis à tous les niveaux de la réglementation agricole - national, européen et international. L'agriculture climato-intelligente (CSA, pour « climate-smart agriculture »)...

10 déc 2017
La ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Mme Isabelle Melançon, sera en France du 11 au 14 décembre prochains en compagnie de l'émissaire aux changements climatiques et aux enjeux...

10 déc 2017
Les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique ont annoncé la publication du premier rapport d'étape annuel sur la mise en oeuvre du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques, le tout premier plan...

9 déc 2017
Les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique ont annoncé la publication du premier rapport d'étape annuel sur la mise en oeuvre du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques, le tout premier plan...

8 déc 2017
Ce dossier fournit les preuves de l'existence d'un réseau criminel professionnel trafiquant des produits de grande valeur issus de la faune locale à hauteur de plus de 15 millions USD.    Un an après l'audience publique de la WJC, celle-ci a...

8 déc 2017
Le gouvernement du Canada adopte des méthodes d'approvisionnement en énergie novatrices qui lui permettront d'assurer une saine gérance financière et de mieux tirer parti du gaz naturel renouvelable lorsque celui-ci sera disponible au Canada....




Communiqué envoyé le 12 juin 2006 à 18:51 et diffusé par :