Le Lézard

Conseil national du PQ sur l'éducation - La CSQ déplore le recul du PQ concernant le financement des écoles privées



MONTRÉAL, le 12 juin /CNW/ -- MONTRÉAL, le 12 juin /CNW Telbec/ - La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) déplore le recul du Parti québécois concernant le financement des écoles privées qui va à l'encontre de son programme. "La position du PQ concernant le financement des écoles privées est un manque de courage flagrant et favorise un système d'éducation à deux vitesses. Le système d'éducation québécois est devenu, au fil des ans, profondément inégalitaire et ce n'est pas en intégrant davantage d'enfants en difficulté d'apprentissage dans le réseau privé qu'on mettra fin au système d'apartheid scolaire qui s'est créé à travers le temps", de souligner le président de la CSQ, Réjean Parent.

Le réseau collégial

La Centrale aurait souhaité que le Parti québécois élabore des positions plus précises quant à l'enseignement collégial et à son financement. Le Parti québécois insiste beaucoup sur le financement universitaire, mais semble délaisser le réseau collégial. Pourtant, tous les intervenants du réseau de l'éducation s'entendent pour dire que l'éducation postsecondaire souffre d'un problème chronique de sous-financement, tant le réseau collégial que le réseau universitaire. Dans son programme, le PQ doit s'assurer que les transferts fédéraux exigés pour l'éducation sont réinvestis autant dans le réseau collégial que dans le réseau universitaire. D'autre part, la Centrale s'inquiète de la vague de décentralisation du réseau collégial qui pourrait découler sur une vague de rationalisation. En ce sens, le Parti québécois aurait dû prendre des engagements clairs sur cette question.

Des mesures positives

La CSQ tient à souligner que d'autres propositions retenues durant le Conseil général représentent de bonnes nouvelles et constituent un pas dans la bonne direction, notamment le gel des frais de scolarité, la diminution du nombre d'élèves par classe d'au moins 10 %, de la troisième année du primaire à la première année du secondaire dans toutes les écoles en milieux défavorisés, l'augmentation des ressources spécialisées en milieu éducatif : orthopédagogues, psychologues, psychorééducateurs et autres, et les incitatifs financiers tels que des réductions de frais de scolarité et des prêts et bourses aux étudiants étrangers qui choisissent d'aller étudier en région.

Renforcer le réseau des Établissements verts Brundtland

La CSQ salue la volonté de renforcer et de développer davantage le réseau des Établissements verts Brundtland. Rappelons que la CSQ est à l'origine du mouvement québécois qui compte plus de 1000 établissements et qui prône des valeurs d'ouverture, d'inclusion et de solidarité.

L'école de 8 h à 17 h

La CSQ trouve intéressante la proposition d'une école ouverte de 8 h à 17 h si elle a pour but de développer un sentiment d'appartenance à l'école et d'en faire un milieu de vie stimulant et intéressant en offrant gratuitement des activités parascolaires, culturelles et sportives. Il est clair toutefois que cette proposition ne doit pas avoir pour but d'alourdir la tâche des personnels de l'éducation. Il faudra également s'assurer du meilleur arrimage possible entre l'école et les services de garde en milieu scolaire.

Pour la CSQ, l'exercice du Parti québécois de la fin de semaine est insuffisant et demande des précisions à plusieurs égards. Elle déplore également l'important recul en ce qui a trait au financement de l'école privée. "Nous nous serions attendus à de véritables mesures afin de permettre à l'école publique d'aider tous les jeunes à cheminer vers la réussite. Nous devons malheureusement constater que nous sommes loin du compte, car ce que propose le PQ n'est pas suffisant pour contrer les difficultés de l'école publique ni pour contribuer à la réussite du plus grand nombre. Nous les invitons à refaire leur devoir dans l'élaboration de leurs futurs engagements", de conclure le président de la CSQ, Réjean Parent.

Profil de la CSQ

La Centrale des syndicats du Québec représente environ 180 000 membres, dont plus de 125 000 dans le secteur public, la grande majorité travaillant dans le domaine de l'éducation. Elle est présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.


Communiqué envoyé le 12 juin 2006 à 15:25 et diffusé par :