Le Lézard

Virage du Parti Québécois sur la réforme scolaire selon le Collectif pour une éducation de qualité



MONTREAL, le 11 juin /CNW/ -- MONTREAL, le 11 juin /CNW Telbec/ - Ce matin, les militants du Parti Québécois, réunis lors d'un Conseil national consacré à l'éducation, ont fait prendre un virage important à leur formation politique sur la réforme scolaire.

Une proposition adoptée par une vaste majorité de délégués reconnaît que des "mises au point s'imposent" quant à la réforme scolaire en train d'être implantée à l'école secondaire. Selon plusieurs spécialistes, cette réforme est trop axée sur des méthodes pédagogiques qui sont loin d'avoir fait leurs preuves.

En plus de "rappeler l'importance de la connaissance", d'affirmer que "la première mission de l'enseignement au Québec, c'est d'instruire", la proposition reconnaît que "apprendre à apprendre, cela ne suffit pas aux yeux du public". La proposition réclame également une meilleure formation disciplinaire pour les enseignants au secondaire et l'instauration d'examens nationaux.

Le Collectif pour une éducation de qualité, le CEQ, salue cette proposition. "Enfin, le Parti Québécois reconnaît que cette réforme est loin de faire l'unanimité, qu'un temps d'arrêt s'impose. Les militants péquistes envoient un message clair à leur aile parlementaire. L'Opposition officielle n'a désormais d'autres choix que de réclamer un vrai moratoire sur la réforme", explique Eric Bédard, un des porte-parole du Collectif.

Créé en janvier 2006, le Collectif pour une éducation de qualité réclame un moratoire sur la réforme scolaire ainsi qu'une amélioration substantielle de la formaiton des maîtres au scondaire. Normand Baillargeon, Jacques Dufresne, Marc Chevrier, Marie-Eva DeVillers, Mathieu-Robert Sauvé, Emile Robichaud, Anne-Catherine Lafaille et Eric Bédard sont membres de ce collectif. Pour en savoir plus sur le CEQ, consulter son site web : http:agora.qc.ca/ceq


Communiqué envoyé le 11 juin 2006 à 10:59 et diffusé par :