Le Lézard

Le Comité permanent de la Chambre des Communes sur les affaires autochtones exprime son appui au projet de Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones



MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 8 juin 2006) - Les peuples autochtones, des organisation religieuses et des organisations de droits humains affirment que le gouvernement Harper devrait suivre la recommandation d'un comité de la Chambre des Communes qui a appuyé hier un instrument crucial pour la protection universelle des droits humains des peuples autochtones.

Mercredi, le Comité permanent des affaires autochtones a approuvé une motion demandant au gouvernement d'appuyer l'adoption, au niveau international, du projet de Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, quand il sera présenté au nouveau Conseil des droits de l'homme ce mois-ci. Après l'approbation du Conseil des droits de l'homme, la Déclaration sera présentée à l'Assemblée générale des Nations Unies afin d'être adoptée. La motion, présentée par le Bloc Québécois, a été appuyée par les membres du Comité provenant du parti Libéral et du parti Néo-démocrate. Les membres conservateurs du Comité se sont abstenus.

Lors de sa comparution devant le Comité permanent des affaires autochtones, le Chef national Phil Fontaine de l'Assemblée des premières nations a encouragé le Canada à continuer d'appuyer le projet de Déclaration sur les droits des peuples autochtones.

"Il est urgent, ici au Canada et partout dans le monde, de protéger et d'appuyer les droits des peuples autochtones" a déclaré la Présidente de la Native Women's Association of Canada (Association des femmes autochtones du Canada) Beverly Jacobs. "Il est de l'intérêt des peuples autochtones et du gouvernement du Canada d'appuyer la Déclaration en paroles et en actes en adoptant la Déclaration et en recommandant aux autres pays d'en faire autant."

Cette Déclaration est de la plus grande importance pour les peuples autochtones du monde entier et son contenu est balisé par les valeurs et principes fondamentaux du droit canadien et international des droits humains. Cette Déclaration est le produit de plus de 18 années de discussions entre autochtones et Etats au niveau international. Jusqu'à ce jour le Canada a joué un rôle déterminant pour solliciter l'appui des Etats au texte qui sera présenté au Conseil des droits de l'homme. Toutefois, le gouvernement Harper n'a pas encore confirmé qu'il maintiendrait son appui à la Déclaration qui est de la plus haute importance pour les peuples autochtones du monde entier. Le projet de Déclaration a pour objectif de s'attaquer à la discrimination, profondément ancrée et largement répandue, dont sont victimes les peuples autochtones et elle affirme l'application intégrale des normes universelles en matière de droits humains tout en tenant compte de la réalité particulière dans laquelle se trouvent ces peuples. Il est donc urgent qu'elle soit enfin adoptée.

Plusieurs organisations ont demandé au gouvernement d'appuyer la Déclaration dont la Native Women's Association of Canada, le Grand conseil des Cris (Eeyou Istchee), le Secours Quaker canadien, Kairos (Initiatives canadiennes ocuméniques pour la justice), Amnesty International Canada, Droits et Démocratie, la Ligue des droits et libertés et l'Assemblée des premières nations. Plusieurs personnes présentes lors de la séance du Comité permanent ont salué la prise de position des membres des partis d'opposition sur les droits humains des peuples autochtones.

"Le projet de Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones est un document essentiel pour les droits humains. "a dit Jean-Louis Roy, Président de Droits et Démocratie." Nous prions instamment le gouvernement de continuer d'appuyer ce qui a été qualifié "d'instrument de grande valeur pour faire avancer les droits humains et les aspirations des peuples autochtones du monde" par l'Instance permanente de l'ONU sur les questions autochtones. Ce pays a démontré dans le passé qu'il était capable de leadership sur les questions internationales de droits humains et nous lui demandons d'être fidèle à cette tradition pour le bénéfice des peuples autochtones du Canada et du monde".




Communiqué envoyé le 8 juin 2006 à 16:40 et diffusé par :