Le Lézard

Dépôt d'une pétition visuelle exigeant le renforcement du contrôle des armes



MONTRÉAL, le 8 juin /CNW/ -- MONTRÉAL, le 8 juin /CNW Telbec/ - Oxfam-Québec, Oxfam Canada, Project Ploughshares et Amnistie internationale ont présenté aujourd'hui plus de 10 000 photos de Canadiens adressées au ministre des Affaires étrangères, Peter MacKay. Ces photos font partie de la pétition "Million de visages", la plus grande pétition visuelle au monde, qui s'inscrit dans le cadre de la campagne Contrôlez les armes www.controlarms.com. Le sénateur Roméo Dallaire a pris la parole lors de la remise de la pétition aujourd'hui.

Ces 100 derniers jours, les organisateurs de la campagne Contrôlez les armes ont mobilisé l'opinion publique en faveur des efforts visant à mettre un terme à la prolifération et à l'utilisation abusive des armes légères. La campagne vise aussi la conclusion d'un traité international sur le commerce des armes dans le but d'endiguer le flot des armes vers les contrevenants aux droits de la personne et les pays en proie à des conflits.

La pétition a été présentée au gouvernement en prévision d'une conférence cruciale des Nations unies sur les armes légères et de petit calibre qui aura lieu à New York du 26 juin au 7 juillet. Les organisateurs de la campagne entendent déposer à la conférence de l'ONU une pétition d'au moins un million de visages. À ce jour, plus de 960 000 personnes de 160 pays différents ont fourni leur photo ou autoportrait, et leur nombre augmente chaque jour.

"J'ai vu comment ces armes peuvent déclencher, alimenter et prolonger un conflit, déclare le sénateur Roméo Dallaire. Je me joins aux milliers de Canadiens qui demandent au gouvernement de faire preuve de leadership à la conférence de l'ONU, de sorte qu'elle donne lieu à des efforts consolidés pour réglementer le commerce des armes, contrôler le transfert des armes et des munitions, et éliminer la violence armée."

Un millier de personnes sont tuées chaque jour dans le monde et des milliers d'autres sont blessées. Plus de 600 millions d'armes légères (des armes de poing aux missiles à tir épaulé en passant par les fusils d'assaut AK-47) sont en circulation dans le monde. Il n'existe actuellement pas de règles internationales qui empêchent que des armes légères tombent entre les mains de criminels ou de gouvernements qui en font un usage abusif.

"Les gouvernements continuent de transférer des armes et des munitions à des pays où il y a violation flagrante des droits de la personne, tandis que des lois laxistes sur le contrôle des armes à l'échelle nationale facilitent le trafic d'armes, affirme Michel Frenette, directeur général, Amnistie internationale section canadienne francophone. Nombre d'armes échangées légalement aboutissent sur les marchés illicites. Les conséquences en sont désastreuses."

"Le public est de plus en plus conscient des proportions épidémiques de la violence armée sur la planète et presse les gouvernements de redoubler d'efforts pour y mettre un terme, affirme Pierre Véronneau, directeur général d'Oxfam-Québec. La conférence de l'ONU est cruciale. Les Canadiens et les citoyens de nombreux pays du monde s'attendent à ce que les gouvernements unissent leurs efforts pour juguler cette crise."

"La conférence de l'ONU doit établir des normes internationales visant à prévenir le transfert des armes vers des lieux où elles risquent d'alimenter des conflits, d'entraver le développement ou d'être utilisées pour violer les droits de la personne, déclare Robert Fox, directeur général d'Oxfam Canada. Un nombre disproportionné de femmes sont victimes de violence armée dans les pays pauvres."

"Le gouvernement du Canada a, dans le cadre de la conférence, l'occasion de renforcer le leadership dont il a fait preuve pour le contrôle des armes légères à l'échelle internationale. Les enjeux sont élevés. Chaque jour sans exception, des gens sont tués bien qu'une solution soit à la portée de la main", déclare John Siebert, directeur général de Project Ploughshares.


Communiqué envoyé le 8 juin 2006 à 12:26 et diffusé par :