Le Lézard

Le gouvernement McGuinty investit 50 millions de dollars dans des réformes de l'éducation de l'enfance en difficulté



TORONTO, le 8 juin /CNW/ -- Remanie les programmes de façon à mettre l'accent sur les résultats

scolaires; appuie l'accélération des évaluations et l'amélioration de la

médiation

TORONTO, le 8 juin /CNW/ - Le gouvernement McGuinty simplifie le mode de prestation des programmes d'éducation de l'enfance en difficulté et modifie les méthodes d'évaluation pour améliorer les résultats des élèves qui méritent notre plus grande attention, a annoncé aujourd'hui Mme Sandra Pupatello, ministre de l'Éducation.

"Notre gouvernement est du côté des familles qui veulent la meilleure éducation publique qui soit pour leurs enfants, a déclaré Mme Pupatello. Les modifications que nous apportons nous permettront de mieux répondre aux besoins des élèves en difficulté."

    <<
    Le gouvernement aide les élèves qui ont des besoins particuliers en :
    -   investissant 25 millions de dollars pour permettre au Conseil
        ontarien des directrices et directeurs de l'éducation d'accroître le
        perfectionnement professionnel, ce qui renforcera la capacité du
        personnel enseignant d'améliorer les résultats des élèves qui ont des
        besoins particuliers;
    -   investissant 20 millions de dollars pour permettre à l'Association de
        psychologie de l'Ontario de collaborer avec les conseils afin de
        réduire les délais d'attente pour les élèves qui ont besoin d'une
        évaluation; cette mesure permettra d'évaluer adéquatement les besoins
        d'un plus grand nombre d'élèves;
    -   investissant 5 millions de dollars dans la formation dispensée par le
        Geneva Centre for Autism aux aides-enseignantes et aides-enseignants
        dont les élèves ont des troubles du spectre autistique.
    >>


Ces modifications prévoient l'adoption de nouvelles lignes directrices portant sur la participation des parents et sur la résolution des conflits avec les conseils scolaires, ce qui donnera aux parents une plus grande voix au chapitre dans l'éducation de leurs enfants. La démarche pour identifier les élèves et pour évaluer leurs progrès sera simplifiée de façon à mettre davantage l'accent sur les résultats scolaires et à réduire les processus administratifs.

"Les élèves ayant des besoins particuliers méritent une éducation de qualité, qui aura un impact positif réel sur le processus d'enseignement quotidien, a déclaré Lynn Ziraldo, mère et présidente intérimaire du Conseil consultatif de la ministre sur l'éducation de l'enfance en difficulté. Les initiatives présentées aujourd'hui susciteront la collaboration plus étroite des personnes qui travaillent dans le domaine de l'éducation de l'enfance en difficulté, et nous pourrons assumer un meilleur leadership pour réaliser notre objectif qui est l'amélioration des résultats des élèves."

Ces nouveaux programmes et mesures de soutien donnent suite aux recommandations de la Table de concertation sur l'éducation de l'enfance en difficulté, coprésidée par Kathleen Wynne, adjointe parlementaire à la ministre de l'Éducation, et par Sheila Bennett, professeure agrégée à l'Université Brock. Le rapport de la Table de concertation, qui a été publié aujourd'hui, conclut que le système doit mettre davantage l'accent sur l'apprentissage, les résultats et l'accès au curriculum de l'Ontario.

"Je suis heureuse de constater que le gouvernement apporte des modifications au système d'éducation de l'enfance en difficulté, a indiqué Mme Wynne. Nous sommes résolument convaincus que la culture entourant l'éducation de l'enfance en difficulté a besoin d'une transformation pour que les résultats des élèves reçoivent une plus grande attention, que la bureaucratie ne mette pas des bâtons dans les roues et que les familles et les écoles soient encouragées à travailler en collaboration pour appuyer le rendement des élèves."

"Notre gouvernement apprécie le travail ardu de la Table de concertation sur l'éducation de l'enfance en difficulté, a déclaré Mme Pupatello. Toutes les personnes qui y ont participé - les enseignantes et enseignants, les aides-enseignantes et aides-enseignants, les directrices et directeurs, les conseillères et conseillers scolaires et les parents - nous ont donné des conseils judicieux pour améliorer le système d'éducation de l'enfance en difficulté. Grâce à leur travail, les élèves auront de meilleures chances de réussite."

Les changements apportés aux programmes et services d'éducation de l'enfance en difficulté sont une des nombreuses mesures que prend le gouvernement McGuinty pour améliorer le système d'éducation financé par les deniers publics pour les élèves et les jeunes adultes de la province ayant des besoins particuliers. Voici d'autres initiatives :

    <<
    -   Le ministère des Services sociaux et communautaires a mis à l'essai
        un nouveau programme de mentorat qui donnera aux jeunes adultes ayant
        une déficience intellectuelle les conseils, les compétences et
        l'inspiration dont ils ont besoin pour réussir dans la vie.
    -   Le ministère des Services à l'enfance et à la jeunesse investit un
        montant supplémentaire de 10 millions de dollars par an pour que les
        centres de traitement pour enfants de l'Ontario puissent desservir
        quelque 4 800 enfants et jeunes de plus ayant des besoins
        particuliers. Ce montant est en complément des nouveaux fonds de plus
        de 110 millions de dollars investis depuis 2003, qui ont déjà
        amélioré de façon concrète la situation des enfants et des jeunes
        ayant des besoins particuliers.
    -   Le ministère des Services à l'enfance et à la jeunesse a accru ses
        aides, ayant plus que doublé les dépenses dans les services destinés
        aux enfants autistes, embauché plus de 110 thérapeutes et augmenté de
        48 pour cent le nombre d'enfants qui reçoivent des services
        d'intervention comportementale intensive (ICI), et fourni des
        soutiens à un plus grand nombre d'enseignants pour qu'ils puissent
        aider les enfants en salle de classe.
    >>


"Il s'agit là d'initiatives importantes qui s'ajoutent aux efforts que nous déployons pour augmenter et renforcer les services fournis aux enfants ayant des besoins particuliers, notamment les enfants autistes, a déclaré Mme Mary Anne Chambers, ministre des Services à l'enfance et à la jeunesse. Notre vision est d'assurer la prestation d'un ensemble homogène de services et de soutien qui soit approprié aux stades de développement des enfants et qui puisse les aider à mesure qu'ils apprennent et grandissent pour qu'ils puissent réaliser leur plein potentiel."

    <<
    Available in English

                              www.edu.gov.on.ca
                       www.resultatsontario.gouv.on.ca



    Document d'information
    -------------------------------------------------------------------------

               FAIRE UNE DIFFÉRENCE POUR LES ÉLÈVES QUI ONT DES
                             BESOINS PARTICULIERS
    >>


Les élèves ayant des besoins particuliers méritent de recevoir une éducation de premier ordre qui leur permet de réaliser leur potentiel. Le système d'éducation public se doit de leur offrir des programmes, soutiens et évaluations pour qu'ils obtiennent les meilleurs résultats possibles.

Ces élèves comprennent ceux qui ont une difficulté d'apprentissage, un trouble du langage ou de la parole, des troubles du spectre autistique, un handicap de développement, des troubles de comportement ou encore un handicap physique. Sont inclus dans ce groupe les élèves surdoués, sourds, malentendants, aveugles ou malvoyants. Les élèves qui ont des besoins particuliers représentent près de 14 % de l'ensemble des élèves de la province.

D'après les conseils scolaires, près de 180 000 élèves du palier élémentaire et 110 000 élèves du secondaire reçoivent une aide dans le cadre des programmes et services à l'enfance en difficulté.

Grâce aux réformes mises en place par le gouvernement McGuinty, il sera possible d'obtenir de meilleurs résultats pour ce groupe important d'élèves qu'on ne peut laisser pour compte.

Réduire les délais d'attente pour les évaluations

L'Association de psychologie de l'Ontario collaborera avec les conseils scolaires dans le but de réduire les délais d'attente pour les élèves nécessitant des évaluations et d'accroître la capacité du personnel enseignant à dispenser des programmes efficaces aux élèves.

La priorité sera donnée aux élèves de la maternelle à la 4e année qui nécessitent des programmes d'enseignement différencié à cause de besoins importants en matière d'apprentissage ou de comportement.

En bénéficiant d'évaluations accélérées, un plus grand nombre d'élèves auront la possibilité de réussir en profitant des programmes et services à l'enfance en difficulté.

Renforcer la responsabilité

Les plans pour l'enfance en difficulté des conseils scolaires seront transformés de manière à mettre l'accent sur l'établissement d'objectifs et la planification de l'amélioration pour ce qui est du rendement des élèves et de l'efficacité des programmes. Le Ministère établira également, à titre d'essai, un processus d'examen du financement et des programmes de l'éducation de l'enfance en difficulté, afin de déterminer l'efficacité des programmes et des ressources dans un certain nombre de conseils.

En ce qui concerne les élèves, le Ministère entend renforcer le lien entre le plan d'enseignement individualisé de l'élève et le curriculum et le bulletin scolaire de l'Ontario. Ainsi, les élèves et les parents pourront avoir une meilleure idée de la façon dont les progrès scolaires sont évalués et présentés par l'enseignante ou l'enseignant pendant l'année scolaire.

Simplifier le processus des comités d'identification, de placement et de

révision (CIPR)

Certains élèves ont par le passé rencontré des obstacles ou des retards pour avoir accès aux programmes et services à l'enfance en difficulté à cause de formalités administratives dans le processus des CIPR. Le Ministère encourage dorénavant les conseils scolaires à réfléchir à la nécessité de recourir aux CIPR lorsque l'école et les parents sont d'accord pour que l'élève soit placé dans une classe ordinaire.

Les parents conserveraient le droit d'entamer le processus des CIPR pour toute raison, et une réunion du CIPR aurait aussi lieu lorsque les parents ou la direction de l'école souhaitent le placement dans une classe distincte.

Chaque élève continuerait de bénéficier d'un plan d'enseignement individualisé que le personnel enseignant remplit chaque année. Ce dernier se sert de ces plans pour communiquer aux parents la façon dont les progrès de leurs enfants sont évalués et expliqués dans le bulletin scolaire.

Établir un groupe de référence sur les troubles du spectre autistique

Un groupe de référence sur les troubles du spectre autistique sera établi et chargé de soumettre au Ministère ses recommandations au sujet des méthodes efficaces que les conseils scolaires pourront utiliser pour améliorer le milieu d'apprentissage des élèves. Le groupe présentera son rapport à la ministre. Un guide décrivant des méthodes d'enseignement efficaces sera également distribué aux conseils scolaires.

Améliorer la participation des parents et la résolution des conflits

Les conseils scolaires devront mettre en place des processus informels de résolution des différends concernant les programmes et services à l'enfance en difficulté. Pour les aider, on élabore un guide destiné aux parents et aux conseils scolaires qui contiendra des recommandations sur la façon dont ils peuvent collaborer pour parvenir à des solutions mutuellement satisfaisantes.

Une politique provinciale sur les processus de médiation relatifs aux programmes et services à l'enfance en difficulté sera élaborée en consultation avec les groupes d'intéressés et s'accompagnera d'un mécanisme de reconnaissance des qualifications des médiateurs.

Grâce à ces changements, les parents auront davantage voix au chapitre dans l'éducation de leurs enfants, et des personnes neutres et qualifiées pourront aider à régler les différends.

Offrir une formation supplémentaire aux aides-enseignantes et aides-

enseignants

Le Geneva Centre for Autism offrira des programmes de formation aux aides-enseignantes et aides-enseignants qui travaillent avec des élèves atteints de troubles envahissants du développement ou du spectre autistique.

Élargir les programmes de perfectionnement professionnel

Le Conseil ontarien des directrices et directeurs de l'éducation envisage d'élargir les programmes de perfectionnement professionnel afin d'accroître la capacité du personnel enseignant et d'autres personnes d'améliorer les résultats des élèves ayant des besoins particuliers.

TABLE DE CONCERTATION SUR L'ÉDUCATION DE L'ENFANCE EN DIFFICULTÉ

En mai 2005, le ministre de l'Éducation de l'époque a créé une Table de concertation sur l'éducation de l'enfance en difficulté pour étudier la façon dont on pourrait modifier les politiques, le financement et la responsabilisation afin de mieux appuyer le système d'éducation de l'enfance en difficulté et de l'aligner sur les objectifs stratégiques globaux du gouvernement.

La Table de concertation avait pour mandat de soumettre ses recommandations au ministre de l'Éducation sur la façon dont l'Ontario pouvait remanier le système d'éducation de l'enfance en difficulté et mettre davantage l'accent sur les résultats scolaires et la responsabilité du système - une tendance qui est actuellement constatée dans le monde entier et qui a pour objet d'améliorer les résultats des élèves ayant des besoins particuliers.

Kathleen Wynne, adjointe parlementaire à la ministre de l'Éducation, et Sheila Bennett, professeure agrégée à l'Université Brock, ont été chargées de coprésider la Table de concertation, qui se composait également d'enseignantes et enseignants d'enfants ayant des besoins particuliers, de parents et d'élèves d'un bout à l'autre de la province.

La Table de concertation s'est réunie six fois entre les mois de mai et de décembre 2005 et a étudié le rapport et les recommandations préliminaires en mai 2006.

La Table de concertation a conclu que la réforme de l'éducation de l'enfance en difficulté devait porter sur huit domaines importants : la réussite des élèves et l'accès accru au curriculum approprié; le perfectionnement professionnel; les mesures d'identification et de soutien; l'intégration des services; la collaboration des parents; la responsabilité et la présentation de rapports; la recherche; le financement de l'éducation de l'enfance en difficulté.

Elle a présenté son rapport final aujourd'hui.

    <<
    Available in English

                              www.edu.gov.on.ca
                       www.resultatsontario.gouv.on.ca
    >>



Communiqué envoyé le 8 juin 2006 à 11:25 et diffusé par :