Le Lézard

Le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance (CQSGÉE) appui la décision de la ministre Carole Théberge d'interdire la surfacturation



QUÉBEC, le 8 juin /CNW/ -- QUÉBEC, le 8 juin /CNW Telbec/ - Bien que le CQSGÉE est d'avis que la surfacturation ne soit pas chose courante dans le réseau des CPE, il est d'accord pour interdire par règlement ces montants supplémentaires proposés aux parents utilisateurs, et ainsi s'en tenir au 7$ par jour.

Avec l'application obligatoire du programme éducatif dans les CPE, le CQSGÉE croit que l'enfant est déjà suffisamment stimulé. "Le programme éducatif est très complet et vise le développement de l'enfant sous plusieurs aspects, que ce soit cognitif, moteur ou autre. Donc, nous ne croyons pas nécessaire la mise en place de tous ces cours supplémentaires qui parfois peuvent être exténuant pour un enfant qui passe 10 h 00 par jour dans un service de garde. De plus, même si ces tarifs supplémentaires sont offerts de façon volontaire, les parents se retrouvent souvent, malgré eux, dans l'obligation d'inscrire leurs enfants dans ce cours ou cette activité, sans quoi l'enfant est séparé de son groupe habituel. C'est donc l'enfant qui se trouve pénalisé en bout de ligne", de mentionner madame Francine Lessard, directrice générale du CQSGÉE.

Projets de règlement

Par ailleurs, à la suite de l'invitation de la ministre Carole Théberge lancée aux organismes du réseau à soumettre leurs commentaires et recommandations en regard des projets de règlement sur la contribution réduite et sur les services de garde éducatifs à l'enfance, le CQSGÉE a transmis le 5 juin dernier son mémoire.

"Ce mémoire est le fruit des recommandations provenant de nos membres centres de la petite enfance et bureaux coordonnateurs. Notre comité interne mandaté pour analyser les projets de règlement a travaillé de façon rigoureuse afin d'inclure l'ensemble des commentaires des membres qui vivent au quotidien l'application du règlement. Ce mémoire est le deuxième qui porte sur la réglementation puisqu'on a soumis en février dernier un premier mémoire qui commentait le règlement sur les centres de la petite enfance. Ce mémoire fut bénéfique puisque plusieurs de nos recommandations se retrouvent aujourd'hui dans les projets de règlement sur la contribution réduite et sur les services de garde éducatifs à l'enfance. Encore une fois, nous avons bon espoir d'être entendu et retrouver de nos recommandations dans le nouveau règlement qui devrait être mis en application le 31 août prochain", de dire la présidente, madame Sylvie Gingras.

Changement de nom

Dans la mouvance de la réforme du milieu familial, en assemblée générale extraordinaire du 12 avril dernier, les membres du Conseil québécois des centres de la petite enfance (CQCPE) ont entériné à l'unanimité le changement de nom de l'organisme pour désormais porter le nom de Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance (CQSGÉE). Cette importante modification a pour but de s'ajuster à la réforme du milieu familial et ainsi représenter les différentes corporations qui composent dorénavant le réseau public des services de garde québécois, soit :

    <<
                 - Un CPE agréé d'un bureau coordonnateur ;
                 - Un CPE installation ;
                 - Un bureau coordonnateur.
    >>


"Par ce changement de nom, nous voulons démontrer que le CQSGÉE est un organisme inclusif qui a à c?ur les préoccupations de ses membres, quel que soit le type de corporation", de conclure la présidente.


Communiqué envoyé le 8 juin 2006 à 10:03 et diffusé par :