Le Lézard
Classé dans : Santé, Le virus Ebola
Sujet : Actualité gouvernementale

L'équipe d'intervention rapide contre le virus Ebola s'entraîne à se déployer en réponse à un cas simulé de maladie à virus Ebola.



Les exercices sont une mesure de précaution visant à faire en sorte que les équipes soient prêtes et capables de réagir rapidement.

OTTAWA, le 19 oct. 2014 /CNW/ - L'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé, a annoncé aujourd'hui que le gouvernement du Canada avait commencé à procéder à des exercices avec ses équipes d'intervention rapide contre le virus Ebola pour faire en sorte que le Canada soit prêt à réagir si un premier cas de maladie à virus Ebola survenait au Canada.

Aujourd'hui, l'Agence de la santé publique du Canada et le ministère de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse mènent un exercice conjoint. Pour cet exercice, une équipe d'intervention rapide contre le virus Ebola a été déployée d'Ottawa à Halifax, en Nouvelle-Écosse. L'équipe collaborera avec les responsables de la santé publique provinciaux et locaux, qui dirigent toute intervention, pour s'entraîner à les épauler dans l'éventualité d'un cas de maladie à virus Ebola.

Transports Canada a réservé quatre aéronefs (deux avions situés dans un emplacement central à Winnipeg et deux à Ottawa) qui ont la capacité de transporter rapidement les équipes d'intervention rapide et l'équipement de protection individuelle vers n'importe quelle destination au Canada. Ces aéronefs sont chargés d'équipement important et sont prêts à s'envoler à court préavis.

L'exercice d'aujourd'hui fait suite à un autre exercice plus petit qui a eu lieu le vendredi 17 octobre à Ottawa et qui avait pour but de vérifier la capacité des équipes à se rassembler rapidement avec l'équipement approprié et à équiper l'un des aéronefs réservés.

Si à un moment donné le Canada devait confirmer son premier cas de maladie à virus Ebola, l'une des cinq équipes disponibles serait déployée pour travailler avec les autorités de la santé provinciales ou territoriales et locales à fournir une capacité de mobilisation, des ressources supplémentaires et des compétences complémentaires pour prévenir toute propagation de la maladie.

L'endiguement de la propagation d'une maladie infectieuse comme la maladie à virus Ebola nécessite une collaboration entre tous les ordres de gouvernement et le secteur de la santé. Ces exercices sont conçus pour faire en sorte que les équipes soient capables de réagir rapidement et de collaborer efficacement avec les autorités sanitaires provinciales, territoriales et locales.

L'Agence de la santé publique du Canada continue de nous informer que le risque pour les Canadiens demeure faible.

Faits en bref

 

Citations

« Les exercices d'entraînement, les activités d'essai et les répétitions sont importantes pour faire en sorte que nos équipes soient en mesure de réagir sans hésitation dans l'éventualité d'un cas de maladie à virus Ebola. Il est essentiel que nos travailleurs de la santé de première ligne aient les directives et l'information nécessaires pour faire face à la maladie à virus Ebola. L'équipe d'intervention rapide contre le virus Ebola a pour but d'aider les travailleurs de la santé à endiguer la propagation du virus en fournissant des directives et un soutien éclairés en matière de santé publique. Nous continuerons à collaborer avec les provinces et les territoires pour protéger les Canadiens et nous assurer d'être prêts. » 
L'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé

« Notre expérience des problèmes de santé publique, y compris le SRAS, la grippe H1N1 et la grippe H5N1, a permis au Canada d'être mieux préparé aux risques pour la santé publique et aux épidémies. Néanmoins, nous prenons et continuerons à prendre activement toutes les mesures possibles pour que le pays soit mieux préparé et que nous soyons dans la meilleure position possible dans l'éventualité peu probable d'un premier cas de maladie à virus Ebola au Canada. »
Dr Gregory Taylor
Administrateur en chef de la santé publique du Canada

« Bien que le risque d'avoir un cas de maladie au virus Ebola en Nouvelle-Écosse demeure faible, nous avons collaboré avec des partenaires à l'échelle de notre système de soins de santé et à l'échelle du pays pour nous assurer d'être prêts à affronter cette maladie ou toute autre maladie infectieuse. Nous avons le plaisir d'aider l'Agence de la santé publique du Canada avec ce test de leur équipe d'intervention rapide dans le cadre de nos efforts de préparation en collaboration, et nous continuons à perfectionner et à améliorer nos propres plans provinciaux. »
Dr Rob Strang
Administration en chef de la santé publique de la Nouvelle-Écosse 

Produits connexes

Feuille de renseignements - Maladie à virus Ebola

SOURCE Agence de la santé publique du Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

8 déc 2017
Son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada, remettra des décorations pour service méritoire (division civile) à 42 récipiendaires de divers secteurs au pays le mardi 12 décembre 2017, à 10 h 30, durant une...

30 nov 2017
Le 29 novembre dernier à Toronto, Dr Gary Kobinger, microbiologiste, chercheur et directeur du Centre de recherche en infectiologie (CRI) du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, professeur à la Faculté de médecine de l'Université...

30 nov 2017
L'honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, et la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique, ont fait aujourd'hui la déclaration commune qui suit pour féliciter les lauréats pour l'année 2017 du Prix principal de la...

12 sep 2017
Merck , connue sous le nom de MSD à l'extérieur du Canada et des États-Unis, a annoncé aujourd'hui la disponibilité d'ISENTRESS® HD, une nouvelle...

21 aoû 2017
Des chercheurs de l'Université Laval et de partout au Canada travaillent d'arrache-pied pour créer de nouvelles connaissances scientifiques et s'attaquer aux problèmes de santé les plus urgents qui touchent les Canadiens à l'heure actuelle....

20 jui 2017
Le gouvernement du Canada est déterminé à assurer la santé et la sécurité des Canadiens grâce à une meilleure protection de la santé publique. Améliorer le laboratoire de niveau de confinement 4 (NC4) du Canada est essentiel pour renforcer la...




Communiqué envoyé le 19 octobre 2014 à 15:29 et diffusé par :