Le Lézard
Classé dans : Santé, Le virus Ebola
Sujets : Politique intérieure, Sécurité publique

Au moment où un deuxième travailleur de la santé à Dallas est testé positif pour le virus Ebola, les infirmières exhortent le président Obama à ordonner aux hôpitaux de suivre les normes les plus strictes pour éviter une épidémie



 --11 500 infirmières autorisées participent à une conférence téléphonique nationale sur la préparation  

OAKLAND, CA, le 16 oct. 2014 /CNW/ - Face aux craintes de plus en plus vives que suscite la menace d'une flambée d'Ebola aux États-Unis, National Nurses United a lancé un appel aujourd'hui au président Barack Obama pour qu'il « invoque son pouvoir exécutif » et oblige ainsi tous les hôpitaux américains à respecter les « normes et procédures nationales uniformisées » les plus strictes afin de « protéger adéquatement les patients, l'ensemble des travailleurs de la santé et la population en général. »

La demande, qui a été faite par le biais d'une lettre envoyée au président, survient le jour où NNU, la plus grande organisation d'infirmières aux États-Unis, a tenu une conférence téléphonique nationale à laquelle 11 500 infirmières autorisées (IA) d'un bout à l'autre des États-Unis ont participé pour discuter des mesures devant être prises afin d'affronter cette maladie virulente qui, au dire de l'Organisation mondiale de la santé, est la prise crise sanitaire de l'histoire moderne.

Pendant l'appel, des IA de la Californie, du district fédéral de Columbia, de la Floride, du Massachusetts, du Michigan, de New York, de l'Oregon et du Texas ont fait état des inquiétudes qui règnent présentement dans leurs hôpitaux en raison d'une préparation inadéquate. En effet, au moins deux infirmières ont obtenu un résultat positif d'infection au virus Ebola dans un centre hospitalier où un patient est mort après avoir contracté la maladie.  

L'appel a été fait quelques heures seulement après que NNU ait publié un communiqué des IA travaillant au Texas Health Presbyterian Hospital à Dallas. Celles-ci ont exprimé leur frustration et leurs inquiétudes concernant ce qu'elles considèrent être un manque flagrant de préparation et de formation dans leur hôpital, le premier aux États-Unis à recevoir un patient contaminé par l'Ebola qui est mort des suites de la maladie. C'est aussi le premier centre hospitalier à signaler un cas de contamination au virus Ebola chez l'une de ses infirmières.   

Dans le communiqué, les IA du Texas ont indiqué qu'une certaine confusion planait à l'intérieur de l'hôpital relativement aux procédures prévues pour recevoir les patients atteints d'Ebola, à la formation spécialisée qui est inadéquate, à la disponibilité des équipements de protection personnelle appropriés et aux lignes directrices changeantes. À la fin de l'appel, les infirmières ont mentionné qu'elles avaient l'impression de « ne pas être soutenues, de ne pas être préparées et d'être abandonnées à leur propre sort. »

« Malheureusement, les problèmes soulevés par les courageuses infirmières autorisées du Texas Health Presbyterian étaient prévisibles compte tenu de la fragmentation et de la désorganisation de notre système de santé privé, ce qui illustre bien les préoccupations dont nous font part les infirmières à la grandeur des États-Unis », déplore RoseAnn DeMoro, directrice exécutive de NNU.

C'est la situation qui prévaut à Dallas, celle-là même qui reflète les inquiétudes exprimées par les infirmières américaines lors de la conférence téléphonique et dans le cadre d'un sondage en ligne mené par NNU auprès de plus de 2 500 infirmières, qui a poussé NNU à demander au président Obama de décréter des normes de sécurité plus strictes dans tous les établissements de santé des États-Unis.

« Aucun autre patient, membre du personnel infirmier ou travailleur de la santé ne doit être mis en danger à cause de la mauvaise préparation d'un établissement de santé », a souligné Mme DeMoro dans la lettre adressée au président Obama. « Les États-Unis devraient prêcher par l'exemple et montrer comment contenir et éradiquer le virus Ebola. »

La lettre mentionne également :

« Chaque employeur du secteur de la santé doit recevoir les instructions nécessaires pour suivre le principe de précaution et instaurer les mesures suivantes :

L'épidémie d'Ebola et l'exposition des travailleurs de la santé au virus représentent un réel danger pour la santé publique.

Sans ces mandats imposés aux établissements de santé, nous sommes conscients que les infirmières autorisées, les médecins et autres travailleurs de la santé courent un très grand risque. Ils sont notre première ligne de défense. Nous n'enverrions pas nos soldats à la guerre sans armes ni blindage.  

En conclusion, aucun autre patient, membre du personnel infirmier et travailleur de la santé ne devrait être mis en danger à cause de la mauvaise préparation d'un établissement de santé. Les États-Unis devraient prêcher par l'exemple et montrer comment contenir et éradiquer le virus Ebola.

« Les infirmières du pays n'accepteront rien de moins qu'un mandat ferme visant l'application de normes optimales », conclut la lettre de Mme DeMoro au président.

SOURCE National Nurses United


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

14 déc 2017
Merck & Co., Inc. , connue sous le nom de MSD à l'extérieur des États-Unis et du Canada, a annoncé aujourd'hui que PREVYMIStm (létermovir), qui a été approuvé récemment, devrait être offert au Canada d'ici la fin de décembre 2017. Le produit est...

8 déc 2017
Son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada, remettra des décorations pour service méritoire (division civile) à 42 récipiendaires de divers secteurs au pays le mardi 12 décembre 2017, à 10 h 30, durant une...

30 nov 2017
Le 29 novembre dernier à Toronto, Dr Gary Kobinger, microbiologiste, chercheur et directeur du Centre de recherche en infectiologie (CRI) du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval, professeur à la Faculté de médecine de l'Université...

30 nov 2017
L'honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, et la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique, ont fait aujourd'hui la déclaration commune qui suit pour féliciter les lauréats pour l'année 2017 du Prix principal de la...

12 sep 2017
Merck , connue sous le nom de MSD à l'extérieur du Canada et des États-Unis, a annoncé aujourd'hui la disponibilité d'ISENTRESS® HD, une nouvelle...

21 aoû 2017
Des chercheurs de l'Université Laval et de partout au Canada travaillent d'arrache-pied pour créer de nouvelles connaissances scientifiques et s'attaquer aux problèmes de santé les plus urgents qui touchent les Canadiens à l'heure actuelle....




Communiqué envoyé le 16 octobre 2014 à 16:43 et diffusé par :