Le Lézard

Ville de Montréal : Une Charte du piéton pour une ville plus humaine et sécuritaire



MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 7 juin 2006) - M. André Lavallée, responsable du transport collectif et de l'aménagement urbain au comité exécutif de la Ville de Montréal, est heureux de présenter sa proposition de Charte du piéton de Montréal. L'Administration Tremblay veut reconnaître la primauté du piéton dans l'espace urbain et en même temps, affirmer la nécessité pour le piéton, d'adopter des comportements sécuritaires en respectant notamment le Code de sécurité routière.

"La Charte du piéton s'inscrit dans une vision globale, celle de faire de Montréal une ville plus humaine et plus sécuritaire. C'est la clef du succès de l'avenir de Montréal. Améliorer l'environnement, diminuer la pollution, réduire les embouteillages et assurer la sécurité sur nos rues, c'est augmenter la qualité de vie de nos citoyens", a déclaré d'emblée M. Lavallée.

Les principes proposés pourront s'appliquer à une vaste gamme d'activités municipales et nous pourrons repenser la place qui revient au piéton, entre autres, l'entretien des rues, l'aménagement urbain, l'éclairage, le déneigement, la signalisation et la sécurité urbaine.

"Durant longtemps, le développement de Montréal a été conçu essentiellement en fonction des besoins de l'automobile. Il faut maintenant repenser la ville en tenant compte des piétons. Nous parlons ici d'un changement de culture important dans une ville nord-américaine", a expliqué le responsable du transport collectif et de l'aménagement urbain au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Plusieurs actions de la ville vont déjà dans le sens des orientations proposées par la Charte, telles l'interdiction du virage à droite aux feux rouges et l'installation de feux piétons à décompte numérique. L'Administration Tremblay s'engage toutefois à entreprendre des gestes additionnels à court terme en vue de réaliser ses objectifs. Soulignons notamment des mesures pour favoriser la marche et la rendre plus sécuritaire aux abords des stations de métro, des gares de trains de banlieues et des points d'embarquement majeurs au réseau de transport en commun. Egalement, l'identification d'axes privilégiés dans le centre-ville pouvant conduire à la piétonisation de certains tronçons de rue. En matière de sécurité routière, Montréal veut entre autres, créer un Bureau de la sécurité routière, réduire la vitesse à 40 km/h dans le réseau local et réaliser une campagne de partage de la rue entre piétons et autres usagers de la route.

"Nous proposons un engagement mutuel entre, d'une part, la Ville et ses partenaires, incluant le Service de la police et d'autres part, les citoyens. Bien entendu, aucune mesure ne sera ultimement efficace si les piétons n'assument pas leur part de responsabilité et ne mettent pas fin au non-respect généralisé du Code de sécurité routière ", affirme M. Lavallée.

Consultation publique

A l'image du Plan de transport, dont la Charte représente un chapitre, l'Administration Tremblay veut qu'elle reflète les besoins et aspirations des Montréalais. La population est donc invitée à participer à une assemblée de consultation publique de la Commission du conseil municipale sur la mise en valeur du territoire, l'aménagement urbain et le transport collectif, présidé par Mme Manon Barbe, le 13 juin prochain à 19 h, à la salle du conseil de l'hôtel de ville. A cette occasion, il y aura une présentation de la Charte et les citoyens pourront poser des questions et formuler des commentaires et observations. La Commission recevra ensuite les mémoires des personnes et des organismes intéressées par le sujet le 22 août et fera ses recommandations au conseil municipal. La Charte sera subséquemment présenté pour adoption par le conseil municipal cet automne.

Précisons que la Charte du piéton peut être consulté sur le portail Internet de la Ville de Montréal (www.ville.montreal.qc.ca). Elle sera aussi disponible aux divers bureaux Accès Montréal et dans les bibliothèques des arrondissements.

"La Charte du piéton n'est pas à nos yeux statique, c'est aussi un processus dynamique. La commission du conseil municipal, les conseils d'arrondissements, mais aussi les comités de circulation, seront des endroits privilégiés pour que les citoyens puissent exprimer leurs préoccupations. Nous voulons qu'ils soient des lieux de discussions et d'échanges, voire même qu'ils suscitent des initiatives. Nous sommes convaincus que la Charte et la démarche proposées entraîneront une diminution des impacts négatifs liés à l'usage croissant de l'automobile et améliorera la qualité de vie des Montréalais", a conclu M. André Lavallée.




Communiqué envoyé le 7 juin 2006 à 16:00 et diffusé par :