Le Lézard

LE MINISTRE REND OFFICIEL LE REGLEMENT SUR LES AUTORISATIONS D'ENSEIGNER



QUEBEC, le 7 juin /CNW/ -- QUEBEC, le 7 juin /CNW Telbec/ - Le ministre de l'Education, du Loisir et du Sport, M. Jean-Marc Fournier, rend officiel, après consultation et modification, le Règlement sur les autorisations d'enseigner. Rappelons qu'au cours des dernières années, pour pallier des besoins accrus de personnel, les commissions scolaires ont été dans l'obligation d'avoir de plus en plus recours à des tolérances d'engagement, c'est-à-dire d'engager temporairement des personnes qui n'ont pas la formation pédagogique requise pour pouvoir enseigner.

Ce règlement vient répondre aux besoins accrus de personnel enseignant. Il ne constitue pas un retour à la situation prévalant avant 1994, où une formation de trois ans était suffisante pour devenir enseignant. Une formation de quatre ans est toujours nécessaire pour accéder à la profession. "Nous offrirons dorénavant de nouvelles voies d'accès à la profession enseignante et permettrons à ceux qui enseignent actuellement sans être passés par la formation des maîtres d'améliorer leur qualification en les amenant graduellement à obtenir leur brevet permanent", a rappelé aujourd'hui M. Fournier.

Ce règlement permettra aux titulaires d'un baccalauréat dans une discipline enseignée au secondaire, aux étudiants de quatrième année des programmes universitaires de formation à l'enseignement, de même qu'aux enseignants du collégial d'obtenir, à certaines conditions, une autorisation temporaire d'enseigner. Les nouvelles dispositions leur permettront d'exercer la profession tout en poursuivant leur formation en pédagogie. En plus de confirmer qu'il a retenu plusieurs propositions du Conseil supérieur de l'éducation, le ministre Fournier a tenu à préciser que l'on soumettra ces personnes à un suivi rigoureux afin de s'assurer qu'elles respectent les exigences de formation dans les délais requis.

Ainsi, les titulaires d'un baccalauréat disciplinaire seront davantage suivis et encadrés dans la poursuite de leur formation de 60 crédits en pédagogie. Ils auront, comme le prévoit le projet de règlement, un maximum de sept ans pour terminer leur formation. Toutefois, comme le souhaitait le Conseil, leur progression sera suivie tous les deux ans au lieu de cinq ans comme il avait été envisagé antérieurement. Nous pourrons ainsi nous assurer que les enseignants auront réussi les cours exigés dans les délais prescrits. S'ils ne remplissent pas les exigences requises, leur autorisation provisoire d'enseigner ne sera pas renouvelée.

Les étudiants de quatrième année à la formation des maîtres devront, quant à eux, compléter leur formation au cours des deux années suivantes. Quant aux enseignants du collégial qui ont déjà 30 crédits de formation en pédagogie, ils devront, en cinq ans, réussir 15 autres crédits de formation en enseignement ainsi que le stage probatoire.

Mentionnons, par ailleurs, que des ajustements sont proposés en matière de langue d'enseignement. Concrètement, les personnes diplômées à l'extérieur du Québec, qui ont étudié en anglais ou en français dans leur province ou pays d'origine, subiront, dès septembre 2008, la même épreuve uniforme que celle que subissent tous les étudiants québécois en formation des maîtres. Quant à ceux qui ont étudié dans une autre langue, ils continueront d'être soumis à l'examen du ministre.

Le nouveau règlement entraîne aussi une modification à l'évaluation du stage probatoire prévu notamment pour les personnes qui ont acquis leur formation à l'étranger. Cette suggestion formulée par le Conseil supérieur de l'éducation, selon laquelle les critères d'évaluation des enseignants en stage devraient être uniformes et obligatoires, a été entérinée par le ministre. A cet effet, le Ministère propose des orientations ainsi que des outils d'évaluation aux écoles, disponibles maintenant dans son site Web (www.mels.gouv.qc.ca).

Quant à la recommandation relative à la formation à l'enseignement aux adultes émise par le Conseil supérieur de l'éducation, le ministre s'est dit d'accord avec le souhait d'élaborer et d'offrir des orientations précises pour les enseignants en éducation aux adultes. M. Fournier a indiqué que les 24 programmes, dans tout le Québec, offrant des cours et des stages aux étudiants dans ce domaine, devront continuer de renforcer cette préparation. "Nous travaillerons dans ce sens avec les universités", a-t-il ajouté.

Mentionnons que le règlement comporte également de nouvelles dispositions permettant d'assurer la qualification des personnes immigrantes ou possédant le statut de réfugié afin de faciliter leur intégration à la profession enseignante.

Le Ministère et les universités continueront d'apporter une attention particulière à la reconnaissance des formations disciplinaires ou en enseignement déjà réussies par les candidats à l'autorisation d'enseigner. Toutefois, ils s'assureront que ces derniers possèdent toutes les compétences attendues des enseignants québécois.

Rappelons que le projet de règlement, déposé le 8 mars dernier, a été soumis à une consultation auprès de l'ensemble des partenaires scolaires. Le Ministère a notamment retenu plusieurs des recommandations qu'a formulées le Conseil supérieur de l'éducation dans l'avis qu'il a émis à ce sujet. "Le nouveau règlement s'inscrit dans la foulée des engagements qu'a pris le gouvernement du Québec afin de soutenir la réussite des élèves. Nous passons donc d'un système de tolérances d'engagement sans exigence pédagogique à un système où une formation pédagogique sera exigée pour tout enseignant", a conclu le ministre Fournier.

Le nouveau Règlement sur les autorisations d'enseigner sera consultable à la Gazette officielle du Québec.

-%SU: EDU

-%RE: 01


Communiqué envoyé le 7 juin 2006 à 15:15 et diffusé par :