Le Lézard

La Fédération des policiers municipaux dénonce le climat de travail à la Régie intermunicipale de police de la Rivière-du-Nord



MONTREAL, le 7 juin /CNW/ -- MONTREAL, le 7 juin /CNW Telbec/ - Aujourd'hui, lors d'une conférence de presse, le président de la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec (FPMQ), M. Denis Côté, et le président de la Fraternité des policiers et policières de la Régie intermunicipale de police de la Rivière-du- Nord, M. Sylvain Demeule, ont dénoncé le mauvais climat de travail qui perdure à la Régie. Ils ont demandé à cette dernière de mandater une ressource externe afin d'analyser l'organisation. Selon eux, cette analyse permettrait de trouver des solutions afin d'assainir les relations de travail entre les policiers et l'employeur.

M. Demeule a présenté un état de la situation de la façon suivante : "Depuis sa création en 1996, six directeurs, autant de capitaines à la gendarmerie, une soixantaine de policiers et policières à temps plein ou surnuméraires, sont passés dans notre organisation. Non seulement nous ne sommes pas en mesure d'embaucher des policiers surnuméraires, mais nous sommes actuellement incapables de combler un poste permanent vacant."

Il a poursuivi ainsi : "Nous dénonçons la situation déplorable des relations de travail depuis 2001, situation qui s'est amplement dégradée en 2003 jusqu'à aujourd'hui. A titre d'exemples, 62 griefs ont été déposés, dont une vingtaine ont été soumis à l'arbitrage, et il y a d'importantes lacunes quant à l'équipement, mettant en péril la sécurité des policiers." Il a également souligné qu'un grief collectif pour harcèlement psychologique a été déposé à la suite de nombreuses plaintes à ce sujet.

En ce qui a trait aux démarches entreprises, le président de la Fraternité a mentionné que : "Plusieurs démarches ont été entreprises pour sensibiliser les dirigeants de la Régie à toutes ces problématiques, mais en vain. Ces démarches visent à améliorer le fonctionnement du service de police par l'assainissement des relations et du climat de travail. Il est totalement faux de prétendre que ces moyens de sensibilisation sont reliés à l'arbitrage de la convention collective ou à une intention de transférer le service à la Sûreté du Québec."

Le président de la Fédération se disant extrêmement préoccupé par cette situation, s'est exprimé comme suit : "Le 26 mai dernier, la Régie signifiait une mise en demeure à l'ensemble de ses policiers et policières. La Fraternité n'a eu d'autre choix que d'y répliquer. Nous ne pouvons que dénoncer cette façon de faire. Au lieu de chercher des solutions, la Régie choisit de judiciariser le dossier." Il a ajouté : "Au lieu de faire face à cette réalité et de chercher véritablement à améliorer le climat de travail, la Régie prend la direction de la confrontation. C'est inacceptable."

M. Côté a souligné qu'un responsable au ministère de la Sécurité publique a récemment rencontré les représentants de la Fraternité et de la Régie.

La Fédération des policiers et policières municipaux du Québec est un regroupement d'associations syndicales composées de plus de 8 000 policiers et policières municipaux de la province. Elle compte parmi ses associations, la Fraternité des policiers et policières de la Régie intermunicipale de police de la Rivière-du-Nord.


Communiqué envoyé le 7 juin 2006 à 11:00 et diffusé par :