Le Lézard

Le vérificateur général du Québec livre les conclusions de sa vérification concernant l'inspection des aliments - Communiqué no 2



QUEBEC, le 7 juin /CNW/ -- QUEBEC, le 7 juin /CNW Telbec/ - Le vérificateur général du Québec, M. Renaud Lachance, a rendu public aujourd'hui le tome I de son rapport à l'Assemblée nationale pour l'année 2005-2006.

Le chapitre 2 porte sur l'inspection des aliments. Dans ce domaine, il est essentiel d'avoir un système d'inspection pour gérer adéquatement les risques, puisque quelque 1 000 cas de toxi-infections alimentaires sont signalés chaque année. La sécurité des aliments est sans contredit un sujet d'actualité et les consommateurs expriment de plus en plus d'attentes à ce propos.

Le vérificateur général a mené cette vérification auprès du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et, plus particulièrement, du Centre québécois d'inspection des aliments et de santé animale. Ses travaux se sont déroulés dans deux directions régionales du Centre ainsi qu'auprès de la Ville de Montréal, mandatée pour inspecter les établissements de détail et de restauration situés sur son territoire.

M. Lachance visait d'abord à apprécier si la méthodologie élaborée par le Centre tient compte des risques rattachés à la sécurité des aliments. Il voulait ensuite s'assurer qu'elle est mise en oeuvre, et ce, avec un souci d'économie et d'efficience.

D'entrée de jeu, le vérificateur général constate que l'inspection des aliments est effectuée à l'aide d'une méthodologie adéquate, car elle tient compte des risques liés à leur sécurité, mais que son application comporte des lacunes. Il note en effet des différences appréciables entre les façons de faire du Centre et celles de la Ville de Montréal. Par exemple, en raison de ces disparités, cette dernière aurait à réaliser presque deux fois plus d'inspections servant à évaluer le niveau de risque des établissements que si la méthodologie du Centre à cet égard était appliquée. M. Lachance relève également des pratiques variables au sein des directions régionales dans l'organisation et la conduite de l'ensemble des activités d'inspection.

Les fréquences d'inspection établies par le Centre et la Ville de Montréal ne sont pas toujours respectées et des retards importants sont observés, parfois pour des établissements classés dans les catégories de risque supérieures. De plus, il arrive que de nouveaux établissements ne soient pas inspectés promptement.

M. Lachance signale dans son rapport que la productivité du personnel n'a pas été examinée en visant, entre autres, à trouver une solution aux retards, malgré des écarts notables entre les régions quant au temps consacré aux inspections. La supervision des résultats d'inspection présente aussi des déficiences. Enfin, le vérificateur général invite le Centre à s'assurer qu'il acquiert de façon économique les services rendus par la Ville de Montréal.

Le rapport détaillé ainsi que les faits saillants sont disponibles sur le site Internet du Vérificateur général à l'adresse suivante : http://www.vgq.gouv.qc.ca, sous l'onglet "Rapports" de la section "Publications".

-%SU: CPN

-%RE: 37


Communiqué envoyé le 7 juin 2006 à 10:17 et diffusé par :