Le Lézard

Impasse budgétaire de l'agglomération : Les maires de Boucherville, Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert associent leurs voix pour interpeller la ministre Nathalie Normandeau



BROSSARD, le 6 juin /CNW/ -- BROSSARD, le 6 juin /CNW Telbec/ - Dans le but de freiner le climat d'incertitude et faisant écho aux inquiétudes manifestées par de nombreux citoyens de Boucherville, Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint- Lambert, la mairesse Francine Gadbois ainsi que les maires Jean-Marc Pelletier, Claude Benjamin et Sean Finn pressent la ministre des Affaires municipales et des Régions d'intervenir rapidement et de rendre une décision dans le dossier du budget de l'agglomération de Longueuil.

Les quatre maires rappellent à la ministre que les intérêts courent depuis déjà six mois et qu'il reste peu de temps aux contribuables pour étaler leurs paiements. Au cours des dernières semaines, des centaines de propriétaires commerciaux et résidentiels de ces quatre villes ont contacté leur mairie ou leur service des Finances afin d'exprimer leur inquiétude et demander à la Ville de multiplier les contacts avec le gouvernement du Québec pour dénouer l'impasse budgétaire.

"Le milieu des affaires, tout autant que les propriétaires résidentiels sont inquiets, et avec raison. Les montants correspondant à la majeure partie des taxes d'agglomération ne sont pas encore connus et de plus, ils ne savent pas quand ils recevront leur compte! Cette situation est inacceptable et instaure un profond malaise qui incite les citoyens à s'interroger sur le modèle actuel de gouvernance et même, de réclamer une pleine autonomie pour leur ville", commente le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Claude Benjamin.

Précisons que cinq mois se sont déjà écoulés depuis la mise en application automatique du budget de 256 M$ déposé par les élus de la ville de Longueuil en décembre dernier. Si la ministre entérine une réduction significative du budget d'agglomération tel que souhaité par les quatre maires, le délai résiduel de sept mois pour appliquer les compressions souhaitées apparaît de moins en moins réalisable dans l'état actuel du dossier.

Le citoyen avant tout

"Nous avons retroussé nos manches et contribué à l'effort en plaçant toujours le contribuable au coeur de nos préoccupations. Maintenant que nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour défendre ses intérêts économiques, que nous avons collaboré étroitement avec le médiateur Jean Pronovost et amené des pistes de solution constructives dans ce débat, nous considérons que la ministre Normandeau doit prendre ses responsabilités et rendre une décision dans les plus brefs délais. Cette demande, nous la faisons au nom de tous les citoyens et des gens d'affaires inquiets que nous côtoyons quotidiennement", ajoute le maire de Saint-Lambert, Sean Finn.

" La Ville de Boucherville réitère sa position quant à la nécessité de régler la question du mode de gouvernance de l'agglomération de Longueuil. Il est toujours essentiel que les villes reconstituées soient représentées au conseil exécutif et dans les différentes commissions," précise Mme Francine Gadbois, mairesse de Boucherville.

Pas deux fois la même erreur

Pour sa part, le maire de Brossard, Jean-Marc Pelletier, ne souhaite pas que se reproduise la même erreur que dans le dossier des systèmes informatiques. On se souvient que Longueuil avait refusé la demande du comité de transition de l'agglomération visant à conclure des ententes permettant aux quatre villes d'accéder aux systèmes informatiques existants. Selon lui, l'absence d'intervention du gouvernement du Québec dans ce dossier a généré des coûts additionnels de plusieurs millions de dollars pour les contribuables des quatre villes reconstituées de l'agglomération de Longueuil. "La patience et la capacité de payer des citoyens ont des limites. A défaut de trancher rapidement pour dénouer l'impasse budgétaire, la ministre Normandeau ne fait qu'engendrer l'incertitude et une insatisfaction grandissante à l'égard du gouvernement qu'elle représente", ajoute-t-il.

Rappelons que le 24 avril dernier, la ville de Brossard déposait au gouvernement du Québec, une proposition constructive visant à réduire les dépenses d'agglomération de 39,5 millions de dollars. A ce jour, la ministre des Affaires municipales et des Régions n'a donné aucun écho à cette proposition qui jouit pourtant de l'appui des trois autres villes reconstituées.


Communiqué envoyé le 6 juin 2006 à 16:25 et diffusé par :