Le Lézard

Livraison quasi-normale du Journal ce matin - La direction du Journal de Montréal a demandé au Ministère du travail d'enclencher le processus d'arbitrage



MONTREAL, le 6 juin /CNW/ -- MONTREAL, le 6 juin /CNW Telbec/ - Suite au déclenchement de la grève de ses 115 salariés du service des presses le 4 juin à 23 h 30, la direction du Journal de Montréal a demandé hier par écrit au Ministère du travail d'enclencher le processus d'arbitrage. Une entente jointe à la convention collective prévoit que le dossier soit immédiatement référé à l'arbitrage de différend si l'une ou l'autre des parties décidait d'exercer son droit de grève ou de lock-out. Il est également convenu que les parties procéderont avec diligence à cet arbitrage.

"Comme l'arbitrage est obligatoire dès le déclenchement d'un conflit, nous sommes perplexes face aux motifs réels qui poussent le syndicat à pénaliser l'ensemble des travailleurs du Journal, ses lecteurs et ses partenaires. Pourquoi ne pas s'investir dans le processus d'arbitrage le plus rapidement possible afin qu'une personne neutre et objective tranche sur les questions non résolues," a demandé Lyne Robitaille, présidente et éditrice du Journal de Montréal.

La direction du Journal a fait parvenir aujourd'hui à la partie syndicale une liste d'arbitres potentiels.

La police de la Ville de Montréal a ouvert une enquête hier sur les actes de sabotage qui ont été commis à la salle des presses du 4545 Frontenac. Les cadres du Journal sont toujours afférés à remettre en état de marche les installations d'imprimerie. Compte tenu des dommages causés aux équipements d'impression et afin de minimiser les impacts de cette grève pour ses lecteurs et annonceurs, la direction du Journal n'a eu d'autre choix que de faire imprimer le quotidien la nuit dernière dans différentes imprimeries, dans le respect du Code du travail. "En prévision d'une grève, nous avions planifié d'imprimer le quotidien avec l'aide de nos cadres au 4545 Frontenac. Mais vu la gravité des actes de sabotage sur les presses il nous était impossible de le faire. Nous avons donc confié le travail d'impression à des entreprises possédant le type d'équipement et la disponibilité de temps de presse requis pour répondre à nos besoins" a commenté Lyne Robitaille, présidente et éditrice du Journal de Montréal.

Le Journal a été livré dans la région métropolitaine ce matin à compter de 6 h. Toutefois, certains retards pourraient être observés.

Au coeur de l'impasse se trouvent des vues opposées sur la nouvelle réalité des grands quotidiens dans le monde. La direction propose aux salariés du service des presses des aménagements opérationnels et de nouvelles façons de faire permettant au Journal d'opérer selon les paramètres concurrentiels d'aujourd'hui, dont notamment une répartition plus efficaces des effectifs.

Les salariés du service des presses, qui travaillent pour la plupart quatre nuits par semaine, n'impriment que Le Journal de Montréal et peuvent quitter les lieux de leur travail dès que l'impression est terminée, soit généralement quatre ou cinq heures après le début du quart de nuit. Ils jouissent des meilleures conditions de travail sur le marché, voire en Amérique du Nord, avec un salaire moyen de 115 000 $ par année pour des semaines d'environ 32 heures travaillées. La quasi-totalité d'entre eux jouissent d'une sécurité d'emploi jusqu'à l'âge de 65 ans. La direction du Journal a obtenu cette année des ententes pour le renouvellement des conventions collectives avec ses salariés de l'expédition et de l'encartage qui vont contribuer à relever les défis importants qui guettent le Journal.

Le Journal de Montréal est une propriété de Corporation Sun Media, la première chaîne nationale de tabloids et de journaux régionaux du Canada. Le groupe publie huit grands quotidiens urbains couvrant la plupart des grandes agglomérations du pays, trois quotidiens gratuits, neuf quotidiens locaux et près de 200 hebdomadaires, guides d'achat et autres publications spécialisées au Canada. Le tirage hebdomadaire de l'ensemble des journaux de Corporation Sun Media s'élève à plus de 12 millions d'exemplaires chaque semaine. Le Journal de Montréal, fondé en 1964, est numéro un dans son marché. Corporation Sun Media est une filiale à part entière de Quebecor Média inc., l'un des plus importants conglomérats de médias au Canada, dont les entreprises sont des chefs de file du Québec ou du Canada dans leurs secteurs d'activité respectifs.


Communiqué envoyé le 6 juin 2006 à 11:08 et diffusé par :