Le Lézard

Une première opération du genre au Canada la GRC saisit 22,5 tonnes métriques de haschich en haute mer



MONTREAL, le 5 juin /CNW/ -- MONTREAL, le 5 juin /CNW Telbec/ - Le 10 mai dernier, la Gendarmerie royale du Canada a exécuté une opération unique en son genre en saisissant directement des fournisseurs, au large de l'Afrique, l'impressionnante quantité de 22,5 tonnes métriques de haschich destinée au marché canadien. Trois conspirateurs liés au groupe criminalisé Gang de l'Ouest ont été arrêtés, ce qui signifie l'anéantissement d'une cellule "importation" de cette organisation criminelle montréalaise.

Baptisée "Projet Chabanel", cette opération a été réalisée grâce à l'étroite collaboration du ministère de la Défense nationale du Canada et des agents de liaison de la GRC en Angleterre, au Maroc, au Pakistan, aux Emirats Arabes Unis et en Espagne. Ce sont les enquêteurs de la Section des stupéfiants de la GRC de Montréal et d'Halifax qui ont orchestré dans les moindres détails cette opération policière d'envergure internationale. Ils ont mis plus d'un an et demi à réaliser le tout.

L'enquête a été amorcée à la suite d'une cueillette de renseignements qui permettait d'impliquer Peter Toman, un individu relié au Gang de l'Ouest, à une importation majeure de haschich en provenance de l'Afrique. L'organisation de Peter Toman devait au préalable se trouver un équipage ainsi qu'un navire adapté pour le voyage en haute mer et le transport de la drogue.

La GRC a donc initié le "Projet Chabanel". Un navire a été affrété pour les fins de l'opération. Ce navire s'est rendu à un endroit prédéterminé à environ 200 milles au large de l'Angola, en Afrique australe. C'est à cet endroit que la drogue a été transbordée du navire fournisseur, dont l'équipage était majoritairement composé de marins d'origine philippine, à celui de la GRC. L'équipage de la GRC a passé plus de 43 jours en haute mer pour mettre la main sur les 22,5 tonnes métriques de haschich et ainsi éviter que cette drogue ne se retrouve dans les communautés canadiennes.

Pour assurer la sécurité des policiers et servir de base de commandement, le NCSM Fredericton, une frégate du ministère de la Défense nationale du Canada, a suivi le bateau de la GRC et était prête à intervenir et fournir l'assistance nécessaire lors du voyage.

Après le transbordement de la drogue à bord du navire de la GRC, celle-ci a été introduite au pays et transportée sous haute escorte policière de la GRC vers Montréal. Cette drogue devait être livrée le 2 juin 2006 à l'organisation de Peter Toman. C'est à ce moment que les arrestations ont été effectuées. Outre la saisie de 22,5 tonnes de haschich, un montant de 195 000 $ en devises canadiennes a été saisi du groupe de Peter Toman.

Cette saisie de 22,5 tonnes représente plus de six fois la quantité de haschich confisqué l'an dernier au Canada et/ou à destination du Canada. Cette quantité de drogue aurait pu générer environ 22,5 millions de doses vendues à l'unité, lesquelles ne serviront pas à enrichir le crime organisé.

Les principaux conspirateurs arrêtés dans le cadre du "Projet Chabanel" sont Peter Toman, âgé de 59 ans, Andrew Toman, âgé de 24 ans et Sidney Lallouz, âgé de 57 ans. Ils sont tous trois de la région de Montréal. Ils ont été accusés d'importation de drogue, de complot en vue d'une importation, de possession dans le but d'en faire le trafic et de trafic de drogue en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. Ces trois individus contrôlaient une cellule "importation" du Gang de l'Ouest. L'enquête suit son cours.

Il est à noter que le "Projet Chabanel" a nécessité l'apport de la quasi- totalité des policiers enquêteurs de la Section des stupéfiants de la GRC à Montréal. Au total, plus de 250 policiers de la GRC du Québec, de la région d'Ottawa, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Ecosse, de l'Ile-du-Prince- Edouard, de Terre-Neuve, de la Saskatchewan et près de 200 marins du ministère de la Défense nationale du Canada ont pris part à l'enquête.

La GRC rappelle que les saisies de drogue à l'échelle locale constituent une solution à court terme au problème de la criminalité organisée dans nos collectivités. Puisque le crime organisé est sans frontière, la solution à long terme réside dans le ciblage des fournisseurs à l'échelle internationale dans le but d'éliminer l'approvisionnement, comme ce fut le cas lors de cette opération.


Communiqué envoyé le 5 juin 2006 à 12:10 et diffusé par :