Le Lézard
Classé dans : Science et technologie, Santé

AEterna Zentaris dévoile des résultats positifs d'une étude de phase 1 en cours sur le AN-152 chez des patientes atteintes de divers cancers gynécologiques et du cancer du sein



QUEBEC, le 5 juin /CNW/ -- QUEBEC, le 5 juin /CNW Telbec/ - La société AEterna Zentaris Inc. (TSX : AEZ; Nasdaq : AEZS) a dévoilé aujourd'hui des résultats positifs de phase 1 sur son produit conjugué cytotoxique AN-152 chez des patientes atteintes de divers cancers gynécologiques et du cancer du sein. Les résultats démontrent que ce produit possède un bon profil d'innocuité et ne cause aucune toxicité limitant la dose. Les résultats font partie d'un résumé intitulé "Phase I study of AN-152, a targeted cytotoxic LHRH analog, in female patients with cancers expressing LHRH receptors*", publié dans le cadre de la 42e assemblée annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui se déroule présentement à Atlanta en Georgie.

"Les résultats pharmacocinétiques valident le concept selon lequel la liaison chimique de la doxorubicine à l'analogue LHRH (facteur de libération de l'hormone lutéinisante) faisant partie de ce complexe moléculaire est stable dans le sang humain. Ceci est nécessaire pour une captation spécifique de la molécule cytotoxique doxorubicine par les récepteurs hormonaux exprimés par les cellules tumorales et également pour la minimisation des effets secondaires indésirables vis-à-vis d'autres tissus", a déclaré Dr Jurgen Engel, vice-président exécutif, R-D et chef de l'exploitation chez AEterna Zentaris.

"Nous sommes très heureux et encouragés à la suite de ces résultats de phase 1 sur le AN-152", d'ajouter Gilles Gagnon, président et chef de la direction d'AEterna Zentaris. "Nous croyons que notre approche ciblée auprès de patientes exprimant spécifiquement des récepteurs du LHRH augmentent nos chances de réussite dans ces indications. Cette approche s'inscrit dans la tendance vers des traitements personnalisés qui sont de plus en plus considérés comme la voie de l'avenir. Nous maintenons notre engagement à faire progresser notre portefeuille de produits de manière vigoureuse et de permettre aux personnes atteintes de divers types de cancer d'accéder à des traitements novateurs", de conclure M. Gagnon.

Résultats

Huit patientes ont été enrôlées dans l'étude toujours en cours. Elles ont reçu le AN-152 par perfusion pendant deux heures à des doses de 10, 20, 40, 80 et 160 mg/m(2). Après avoir constaté une leucopénie de grade 2 chez une patiente à qui on avait administré une dose de 160 mg/m(2), on a ajouté trois autres patientes à cette dose. Les patientes ont reçu au moins deux régimes de traitement à intervalle de 21 jours. Le traitement était discontinué lorsqu'on constatait une progression de la maladie. Cependant, on a observé une stabilisation de la maladie chez une des trois patientes recevant la dose de 160 mg/m(2) et atteinte d'un cancer ovarien. Cette patiente a reçu quatre régimes de traitement. La perfusion du AN-152 a été bien tolérée à toutes les doses, sans traitement d'appoint. Les analyses pharmacocinétiques ont démontré des niveaux plasmatiques du AN-152 de façon dose dépendante ainsi qu'une libération mineure (10% à 20%) de doxorubicine.

Conclusions

La perfusion du AN-152 est bien tolérée par les patientes. On n'a observé aucune toxicité limitant la dose jusqu'à 267 mg/m(2), ce qui représente une équimolarité par rapport à une dose de 77 mg/m(2) de doxorubicine. Le recrutement de patientes à ce niveau de dose se poursuit. Le dérivé cytotoxique du LHRH est stable dans le plasma humain, ce qui est nécessaire pour une captation spécifique du produit par les cellules tumorales exprimant le récepteur du LHRH. On a constaté la stabilisation de la maladie chez une des huit patientes participant à cette étude de phase 1 toujours en cours.

Contexte

Les cancers du sein, des ovaires et de l'endomètre expriment couramment des récepteurs du facteur de libération de l'hormone lutéinisante (LHRH-R). LHRH-R peut être utilisé en combinaison avec le AN-152 comme chimiothérapie ciblée, où la doxorubicine est liée au (D-Lys(6))-LHRH. Des études d'innocuité pharmacologique et de toxicité menées sur des souris, des rats et des chiens ont permis d'observer une réduction significative du potentiel cardio-toxique du AN-152 comparativement à la doxorubicine, c'est-à-dire, pas de prolongation QT, pas de myocardite ni de fibrose dans des modèles appropriés. L'étude de phase 1 a servi à évaluer les toxicités limitant la dose, la dose maximale tolérée et la pharmacocinétique du AN-152 administré une fois toutes les trois semaines chez des patientes souffrant de cancers gynécologiques et du cancer du sein.

*Auteurs: G. Emons, M. Kaufmann, A. R. Gunthert, M. Hamid-Werner, C. Grundker, S. Loibl, A. V. Schally; George August University, Goettingen, Germany; J.W. Goethe University, Frankfurt, Germany; V.A. Hospitals, New Orleans / Miami, LA

Information sur le cytotoxique conjugué AN-152

Des peptides cytotoxiques conjugués ciblés sont des molécules hybrides composées d'un transporteur de peptides synthétiques et d'un produit cytotoxique bien connu. Ces produits sont conçus afin de permettre la fixation spécifique et la captation sélective des cytotoxiques conjugués par des tumeurs exprimant des récepteurs du LHRH. La fixation de cytotoxiques conjugués à des cellules cancéreuses qui expriment ces récepteurs, résulte dans l'accumulation de l'agent cytotoxique anti-prolifique spécifiquement dans les tissus malins. Cette fixation est suivie d'une internalisation et d'une rétention du composé cytotoxique dans les cellules. Ainsi, puisqu'ils ciblent des cellules spécifiques, les cytotoxiques conjugués sont beaucoup moins toxiques, causent moins d'effets secondaires et sont plus efficaces pour inhiber la croissance des tumeurs que les substances mères correspondantes.

AN-152 fait actuellement l'objet d'une étude de phase 1 en cancer du sein, des ovaires et de l'endomètre.

Information sur AEterna Zentaris

AEterna Zentaris Inc. est une société biopharmaceutique internationale en croissance, spécialisée dans la découverte, le développement et la commercialisation de thérapies en oncologie et endocrinologie.

AEterna Zentaris détient également une participation de 48,29 % de sa filiale Atrium Biotechnologies inc. (TSX : ATB.sv) ainsi que 64,7 % des droits de vote. Atrium développe, fabrique et commercialise des produits à valeur ajoutée pour les secteurs des cosmétiques, de la pharmaceutique, de la chimie et de la nutrition.

Des renseignements supplémentaires et des communiqués peuvent être consultés sur notre site Internet à l'adresse www.aeternazentaris.com.

Enoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs présentés conformément aux règles refuge de la Securities Litigation Reform Act de 1995 des Etats-Unis. Les énoncés prospectifs comprennent certains risques connus et inconnus et comportent des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de la Société diffèrent considérablement de ceux indiqués dans les énoncés prospectifs. Ces risques et incertitudes comprennent l'accès aux fonds et aux ressources nécessaires à la poursuite des projets en R-D, la réalisation avec succès des études cliniques selon les échéanciers prévus, la capacité de la Société de tirer profit d'occasions d'affaires dans le secteur pharmaceutique, les incertitudes relatives à la réglementation et l'évolution générale de la conjoncture économique. Les investisseurs devraient consulter les documents trimestriels et annuels déposés par la Société auprès des commissions des valeurs mobilières du Canada et des Etats-Unis, où se trouvent d'autres renseignements sur les risques et incertitudes propres aux énoncés prospectifs. Les investisseurs sont mis en garde contre le risque d'accorder une crédibilité excessive à ces énoncés prospectifs. La Société ne s'engage pas à mettre ces énoncés prospectifs à jour.

Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

21 jan 2018
Panacea Biotec Ltd. (PBL), principale entreprise biopharmaceutique d'Inde et l'un des plus grands fabricants de vaccins du pays, a signé deux accords de collaboration à long terme avec Serum Institute of India Pvt. Ltd (SII), le premier fabricant de...

21 jan 2018
Enerkem inc. (http://enerkem.com), un chef de file mondial en production de biocarburants et de produits chimiques renouvelables à partir de matières résiduelles, a annoncé aujourd'hui la signature d'une entente avec Sinobioway Group, évaluée à plus...

21 jan 2018
Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister à une conférence de presse au cours de laquelle le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette, et la ministre de la Culture et des Communications,...

21 jan 2018
Suite à l'abolition des frais accessoires le 26 janvier 2017, le Comité de lutte en santé de la Clinique communautaire lançait son registre de surveillance des frais accessoires. Cet outil permet de démontrer l'ampleur des pratiques de facturation...

21 jan 2018
Les fumeurs sont jusqu'à dix fois plus à risque de souffrir d'un cancer de la bouchei et quatre fois plus à risque d'avoir une maladie du coeur que les non-fumeursii, alors que 85 % des cancers du poumon et 60 % des décès liés au cancer de la gorge...

21 jan 2018
Dans le cadre de la 41e édition de la Semaine pour un Québec sans tabac, qui se tient cette année du 21 au 27 janvier, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, madame...




Communiqué envoyé le 5 juin 2006 à 07:00 et diffusé par :