Le Lézard

Coalition pour la Semaine des personnes assistées sociales - Des centaines de personnes assistées sociales rendent visite à la ministre Courchesne pour réclamer un revenu décent pour tous !



MONTRÉAL, le 11 mai /CNW/ -- MONTRÉAL, le 11 mai /CNW Telbec/ - Une coalition de groupes communautaires formée de l'OPDS-RM (Organisation Populaire des Droits Sociaux - Région de Montréal), de l'ADDS-MM (Association pour la Défense des Droits Sociaux du Montréal Métropolitain), du MASSE (Mouvement Autonome et Solidaire des Sans-Emploi) et du FRAPRU (Front d'Action Populaire en Réaménagement Urbain) est à l'origine de la visite collective à la demeure de la ministre Michelle Courchesne. Dans le cadre d'un rassemblement à la fois festif et combatif, les participants sont venus dire à madame Courchesne qu'ils refusent la charité et qu'ils réclament un revenu leur permettant de répondre dignement et adéquatement à leurs besoins.

Le rassemblement vise à revendiquer une hausse immédiate des prestations d'aide sociale permettant de sortir de la pauvreté. Les prestations d'aide sociale, de chômage ainsi que le revenu annuel d'un travailleur au salaire minimum, sont loin d'atteindre le seuil de faible revenu établi par Statistique Canada. "Sachant que le revenu annuel d'une personne assistée sociale sans contraintes à l'emploi est de 6800 $ et que le coût de la vie ne cesse d'augmenter : logement, électricité, nourriture, etc., comment peut-on subvenir à ses besoins primaires avec si peu ? Vivre décemment avec 543 $ par mois, c'est impossible et encore moins acceptable !" souligne Amélie Hébert, porte-parole de la coalition. "Être sans-emploi, chômeur ou assisté social, ce n'est pas un choix, c'est une dure réalité. Perdre son emploi ou avoir des problèmes de santé physique ou mentale, ça peut tous nous arriver. Dans notre société, être sans-emploi mène inévitablement à la pauvreté, une pauvreté qui laisse des traces..." de renchérir Mathieu Thériault, également porte-parole de la coalition.

Les protestataires ont choisi de se rendre directement à la résidence de Mme Courchesne, ministre responsable de l'Emploi et de la Solidarité sociale, dans un des quartiers les plus chics de l'île de Laval. Sans vouloir attaquer directement l'individu, le groupe tenait à se rendre à la demeure de la dirigeante du ministère afin d'illustrer l'écart de richesses et de conditions de vie entre les prestataires d'aide sociale et ceux qui prétendent agir en leur nom et pour leur bien. De plus, la coalition ne croit pas qu'il faut voir dans ce geste une intrusion indue dans la vie privée de la ministre Courchesne, surtout quand on pense que les agents d'aide sociale ne se gênent pas pour scruter et demander des comptes sur les moindres détails de la vie des prestataires, leur donnant ainsi un pouvoir gigantesque sur le sort et la destinée de milliers de ménages.

Les gens mobilisés par la coalition estiment qu'ils n'ont pas à avoir honte du fait d'être pauvres et qu'au contraire la lutte doit être menée afin de sortir de cette situation inacceptable et invivable. La richesse existe, il ne faut que la partager plus équitablement. Tant que les prestations ne permettront pas de sortir de la pauvreté, les protestataires continueront à exercer des pressions et annoncent que d'autres actions seront organisées.


Communiqué envoyé le 11 mai 2006 à 12:30 et diffusé par :