Le Lézard

Le projet de loi C-292 sur la mise en ?uvre de l'Accord de Kelowna : Une bonne chose pour le Canada, selon le Chef national de l'APN



OTTAWA, le 2 juin /CNW/ -- OTTAWA, le 2 juin /CNW Telbec/ - Le Chef national de l'Assemblée des Premières Nations. Phil Fontaine, a félicité aujourd'hui le député Paul Martin d'avoir proposé le projet de loi C-292, une loi portant sur la mise en ?uvre de l'Accord de Kelowna. Ce projet de loi a pour objet de faire en sorte que les ententes conclues lors de la rencontre des premiers ministres sur les questions autochtones, qui a eu lieu à Kelowna au mois de novembre dernier, soient honorées et appliquées.

"Je me réjouis de l'appui ferme et constant de M. Martin envers les objectifs et les engagements qui ont découlé de la rencontre des premiers ministres sur les questions autochtones", a déclaré le Chef national Fontaine. "Ces ententes ont été conclues entre notre peuple et celui du Canada. Elles ont obtenu l'appui des dirigeants de tous les peuples autochtones, de tous les premiers ministres, des dirigeants des territoires, et du gouvernement fédéral. Les approches élaborées dans le cadre de ces ententes permettront d'éliminer l'écart qui prévaut en matière de qualité de vie entre les citoyens des Premières Nations et les autres canadiens, en renforçant l'ensemble des conditions socioéconomiques de ce pays."

Les engagements pris lors de la rencontre des premiers ministres ont été acceptés par les dirigeants de 19 sphères de compétence, notamment le gouvernement du Canada et l'Assemblée des Premières Nations. L'appui à l'Accord de Kelowna et à l'amélioration de la qualité de vie des citoyens des Premières Nations a été réitéré plus tôt cette semaine, à l'occasion de la conférence des premiers ministres de l'Ouest qui s'est tenue à Gimli (Manitoba). Le premier ministre du Manitoba, Gary Doer, a déclaré qu'il serait "moralement injuste" de se dissocier de ces engagements, alors que tous les premiers ministres ensemble se sont prononcés en faveur de sommets sur les questions économiques autochtones et sur la violence à l'égard des femmes autochtones. À propos de la concrétisation des engagements découlant de la rencontre des premiers ministres, le premier ministre de la Colombie-Britannique, Gordon Campbell, a déclaré que rien de moins que "l'honneur de la Couronne" était en jeu.

"Tant le Conseil économique et social des Nations Unies que la vérificatrice générale ont récemment déclaré que le Canada ne respectait pas ses engagements vis-à-vis des citoyens des Premières Nations", a déclaré le Chef national. "Honorer l'Accord de Kelowna fournira au Canada une véritable occasion de respecter lesdits engagements et de faire passer nos citoyens de la pauvreté à la prospérité. Il ne s'agit pas seulement de l'avenir des Premières Nations, mais de celui du pays. Le premier ministre a déclaré qu'il voulait réexaminer les ententes de Kelowna. Dans ce cas, je m'adresse à lui en ces termes : "Monsieur le premier ministre, travaillons de concert pour que les engagements vis-à-vis des Premières Nations soient encore plus concrets"."

Le Chef national a fait remarquer que la Colombie-Britannique a signé son propre accord régional entre les Premières Nations, le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral, accord fondé sur les engagements de Kelowna.

Le Chef national a également répondu aux commentaires du gouvernement conservateur voulant qu'il n'y ait "pas d'accord de Kelowna" parce qu'aucun document n'a été signé et que des fonds n'ont pas été réservés pour honorer les engagements qu'il contient.

"Les engagements de Kelowna ont été entérinés publiquement et de façon transparente par tous les dirigeants provinciaux et territoriaux, par le premier ministre et par tous les dirigeants autochtones pendant les allocutions publiques de clôture de la rencontre des premiers ministres", a déclaré le Chef national. "Pas une seule voix discordante ne s'est élevée. De plus, l'ancien ministre des finances a clairement énoncé que les            5,1 millions $ de dollars étaient 'réservés' dans les processus budgétaires du gouvernement du Canada. Comment un tel endossement et un tel engagement de financement pourraient-ils être plus transparents et plus responsables? Les rencontres des premiers ministres se concluent rarement par la signature d'un quelconque document, mais des engagements sont pris et honorés. Nous considérons comme honorable la parole des premiers ministres. Ces derniers, tout comme les dirigeants des Premières Nations, des Inuits et des Métis, ont fourni au premier ministre Harper une occasion historique. Nous pouvons travailler ensemble pour briser le cycle de pauvreté auquel sont quotidiennement confrontés un trop grand nombre de nos citoyens et édifier pour nous tous un meilleur pays."

L'Assemblée des Premières Nations est l'organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada.


Communiqué envoyé le 2 juin 2006 à 18:25 et diffusé par :