Le Lézard

Entente Québec-Ontario : les entrepreneurs de construction du Québec soulagés



MONTRÉAL, le 2 juin /CNW/ -- MONTRÉAL, le 2 juin /CNW Telbec/ - L'Association de la construction du Québec (ACQ) se réjouit de l'accord intervenu entre le Premier ministre du Québec, Jean Charest, et son homologue ontarien, Dalton McGuinty, concernant la mobilité de la main-d'?uvre dans l'industrie de la construction.

L'entente qui prévoit notamment l'abolition de la loi 17 interpelle d'abord les entrepreneurs de l'Outaouais. "Nous sommes à la fois soulagés et heureux de la conclusion d'une entente entre les deux provinces. Les efforts des représentants de l'ACQ-Région Outaouais et des entreprises de construction de l'Outaouais qui ont travaillé sans relâche pour la réouverture des marchés sont aujourd'hui récompensés. Chaque jour, depuis plus de quatre ans, les entrepreneurs de l'Outaouais étaient confrontés à des contraintes importantes imposées par la loi 17", affirme Claude Parent, président de l'ACQ-Région Outaouais.

Depuis la réintroduction de la loi 17 en mars 2002, les entrepreneurs de l'ensemble du Québec ne pouvaient pas soumissionner sur les projets publics et parapublics en Ontario. Cette décision allait à l'encontre des règles du commerce interprovincial et entraînait des retombées négatives sur l'économie québécoise.

"L'importance du règlement va bien au-delà de la mobilité de la main-d'?uvre, puisque depuis 2002, les entrepreneurs du Québec n'ont pas accès à un marché évalué au minimum à 2,5 milliards de dollars par année", ajoute Gaétan Grondin, président de l'ACQ.

Dans ce contexte d'ouverture de marché, l'ACQ applaudit également un autre aspect de l'entente touchant les contrats publics relatifs aux sociétés d'État. "Le seuil d'admissibilité jadis fixé à 5 millions de dollars par l'accord sur le commerce intérieur est maintenant diminué à 100 000 $, ce qui amènera des occasions d'affaires encore plus nombreuses pour les entrepreneurs québécois", mentionne Pierre Hamel, directeur des affaires juridiques et gouvernementales de l'ACQ et responsable du dossier de la mobilité de la main-d'?uvre Québec-Ontario.

L'Association de la construction du Québec représente 15 000 entreprises à travers ses différents mandats de promotion et de défense des intérêts des entreprises en construction. Ses membres ?uvrent principalement dans les secteurs institutionnel-commercial et industriel (IC/I). L'ACQ est l'agent patronal négociateur pour tous les employeurs des secteurs IC/I. Elle est également présente dans le secteur résidentiel par l'entremise de ses plans de garantie Qualité Habitation et Qualité Rénovation.


Communiqué envoyé le 2 juin 2006 à 14:59 et diffusé par :