Le Lézard

Violence conjugale, une nouvelle présidente pour le Regroupement des maisons



MONTRÉAL, le 2 juin /CNW/ -- MONTRÉAL, le 2 juin /CNW Telbec/ - Dans le cadre de leur assemblée générale annuelle qui a lieu les 31 mai et 1er juin, les membres du Regroupement provincial des maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale ont élu par acclamation leur nouvelle présidente, madame Rolande Clément.

Intervenante à la maison Alternatives pour Elles de Rouyn-Noranda, Madame Clément est engagée auprès des femmes violentées depuis maintenant près de 20 ans. Devant une assemblée de quelque 180 travailleuses et militantes des maisons membres réunies à l'Université du Québec à Montréal, Madame Clément a déclaré : "Je suis fière de reprendre le flambeau après d'autres femmes engagées. J'arrive à la présidence bien déterminée à poursuivre le travail et à m'investir pour faire mieux comprendre la réalité vécue par les femmes violentées et par leurs enfants et pour faire en sorte que leurs droits soient respectés."

Un vaste plan d'action

Les membres du Regroupement ont également voté la poursuite du travail amorcé depuis 2004 dans le cadre du plan stratégique de l'organisme. Ainsi cette année, l'organisme mettra beaucoup d'énergie à évaluer et implanter son programme de prévention de la violence à l'école. Le Regroupement sera également très actif pour sensibiliser les décideurs politiques à la nécessité de modifier les lois et les pratiques afin que les tribunaux et les intervenant-e-s en droit de la jeunesse et en droit de la famille tiennent compte de la présence de la violence conjugale au sein de certaines familles. L'organisme restera également très actif dans la coordination d'un projet-pilote mené par la maison La Séjournelle de Shawinigan qui vise à augmenter la collaboration entre les différents intervenants (maison d'hébergement, groupe pour conjoints violents, service de police, procureurs, probation, libérations conditionnelles, etc.) pour assurer la sécurité des victimes de violence conjugale. Il cherchera aussi à obtenir le soutien de donateurs et donatrices qui partagent ses objectifs de non-violence et d'égalité.

"Dans les prochains mois, je compte rencontrer le ministre de la Justice, Monsieur Marcoux, sa collègue Madame Margaret Delisle, responsable de la Protection de la jeunesse et Madame Théberge, la ministre de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine, et coresponsable avec Monsieur Marcoux, du plan d'action gouvernemental en violence conjugale. Je souhaite m'entretenir avec eux des difficultés liées à la médiation familiale et à l'IVAC, des problèmes qui découlent de Loi de la protection de la jeunesse et du manque criant de services de visites supervisées. Je prévois poursuivre les discussions entamées avec succès avec le ministre Couillard pour m'assurer que les femmes et enfants qui s'adressent à nos maisons aient réellement accès au soutien dont ils ont besoin" a affirmé la nouvelle porte-parole officielle du Regroupement.

Des remerciements émouvants

Les membres du conseil d'administration ont souligné de façon très émouvante la fin du mandat de Liette Brousseau qui a assumé la responsabilité de la présidence du Regroupement pendant 6 ans. Madame Brousseau a contribué à faire connaître la réalité et les besoins des femmes et des enfants victimes de violence conjugale. Elle restera active au sein de l'organisme.

Un colloque annuel attendu

La rencontre annuelle des maisons se terminera aujourd'hui par la tenue du colloque du Regroupement. Sur le thème De la crinoline au string : la socialisation des filles en 2006 diverses conférencières entretiendront les 2000 participantes sur la situation actuelle notamment sur le phénomène de la sexualisation précoce des filles et sur l'"empowerment" des jeunes filles.

Le Regroupement provincial des maisons d'hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale regroupe 48 maisons d'aide et d'hébergement réparties sur le territoire québécois. Cette association a pour but de sensibiliser à la problématique de la violence conjugale, de défendre les droits des femmes et des enfants violentés, de représenter leurs membres auprès des instances publiques et gouvernementales.


Communiqué envoyé le 2 juin 2006 à 13:58 et diffusé par :